Tout le monde connaît Le Carreau du Temple. Mais qui se cache derrière ? Depuis 2015, une femme discrète et attentive aux autres, Sandrina Martins, préside aux destinées de ce haut lieu de la culture qui rayonne au-delà du Marais et de Paris.

Directrice générale de la « Société publique locale Carreau du Temple », elle attire dans ce lieu hybride les publics intéressés par la culture ou par la pratique sportive, ou les deux à la fois.

Carreau Avril 2014 – ©Fernando Javier Urquijo

Sur le lieu de l’ancienne halle au vieux linge de la fin du XVIIIe siècle, rebâti en 1863 sous sa forme actuelle, le marché du Temple a longtemps été dédié à la friperie mais aussi à l’orfèvrerie, la fourrure, le cuir.

Il a accueilli également la Foire de Paris en 1904 et même un carnaval avant de tomber en désuétude à partir de 1976. Année où, le très peu imaginatif maire RPR du IIIe arrondissement, Jacques Dominati voulut tout raser pour transformer le lieu en parking.

Et cela, en sus de celui qu’il voulait construire à la place du Marché des Enfants rouges ! Les protestations et la mobilisation locale permirent d’éviter ces « assassinats ».

Foire de Paris, 1904 – Carreau du Temple

Halle au vêtement, 1993 – Carreau du Temple

Œuvre de l’architecte Jean-François Milou, le nouveau Carreau du Temple, réaménagé en 2014 sur la base du bâtiment de 1863, abrite un auditorium de 250 places où l’on peut assister à des spectacles de danse contemporaine en grande majorité mais aussi des concerts et débats de société.

Quand ses sous-sols sont dédiés aux pratiques sportives.

Et une halle de 1 800 m2 ouverte à la gastronomie (avec des évènements tels que le Food Temple), à la création artistique contemporaine comme à la danse, des salons (Urban art fair, Drawing now, l’Art & design fair AKAA), en passant par des défilés de haute-couture etc. ou encore des évènements privés.

Sandrina Martins y programme 230 événements artistiques, culturels et sportifs chaque année en s’appuyant sur le savoir-faire d’une équipe soudée et sa propre expérience.

Après avoir travaillé au centre chorégraphique de Grenoble à la fin des années 1990, elle a été chargée de mission à la mairie de Paris en tant que responsable du cirque et des arts de la rue.

Son itinéraire l’a ensuite conduite à Marseille, où elle a successivement administré un centre de création contemporaine, assumé la fonction de secrétaire générale du festival actOral et dirigé des projets dans le cadre de « Marseille, capitale européenne de la culture ».

Depuis cinq ans déjà elle préside aux destinées du Carreau, dont elle nous explique la philosophie.

Le Carreau du Temple
4 rue Eugène Spuller 75003, Paris
Du lundi au vendredi de 10h à 21h
Le samedi de 10h à 19h
Tél : 01 83 81 93 30

Food Temple Africa au Carreau du Temple – © Le Marais Mood

Texte : Katia Barillot

28.05.21

D’AUTRES AMOUREUX DU MARAIS

Librairie 0fr., le temple du « cool »

Librairie 0fr., le temple du « cool »

La librairie Ofr. est tellement ouverte sur le monde qu’elle déborde sur le trottoir. Rue Dupetit-Thouars, les livres étalés sur les tables de part et d’autre de l’entrée donnent une idée de ce qui attend les clients à derrière la vitrine : des revues de mode ultrabranchées, des magazines de design…

Emily in Paris… et Bruno dans le Marais !

Emily in Paris… et Bruno dans le Marais !

Dans Emily in Paris, il est Luc, le collègue gentiment « relou » de l’héroïne américaine de la série Netflix. Un spécimen d’hédoniste parisien qui explique à la jeune Emily, fraîchement débarquée dans une agence de marketing de luxe de la capitale, les codes du monde du travail en France…

Antoine Carrance, à la tête du Centre de Danse du Marais

Antoine Carrance, à la tête du Centre de Danse du Marais

Aux commandes de la plus ancienne école de danse amateure de Paris, Antoine Carrance poursuit l’œuvre initiée par sa mère avec le même credo : fermeté mais bienveillance. Et professionnalisme ! C’est elle, en effet, qui avait créé dans les années 1970 le Centre de danse du Marais devenu aujourd’hui une institution.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !