« Barbue et palourdes – Sake kasu », Ogata (g.), Auberge Nicolas Flamel (dr.)

Depuis le 22 mars, Le Marais compte deux nouveaux restaurants étoilés – sur lesquels Le Marais Mood avait d’ailleurs attiré l’attention ces derniers mois. Parmi les 49 nouveaux lauréats français du Guide Michelin 2022 se trouvent en effet L’Auberge Nicolas Flamel, rue de Montmorency, et Ogata, temple de la cuisine japonaise, rue de Debelleyme.

Ris de veau, aubergine, rhubarbe, sureau – Auberge Nicolas Flamel

Ces deux tables du 3e arrondissement de Paris décrochent leur première étoile. Et rejoignent cinq établissements étoilés du Marais, tous situées dans le 4e arrondissement : Anne au Pavillon de la Reine (place des Vosges), Benoit (rue Saint-Martin), Restaurant H (rue Jean-Beausire) et Le Sergent recruteur (sur l’Ile Saint-Louis). A ces « une étoile » s’ajoute évidemment L’Ambroisie, triple étoilé de la place des Vosges que l’on ne présente plus.

« HIRUZEN Un déjeuner aux saveurs végétales en accord avec nos thés et wagashi. » – Ogata

À propos de L’Auberge Nicolas Flamel et de son nouveau chef, le Marais Mood écrivait en novembre dernier : « Grégory Garimbay, transforme une série de plats classiques en régal. Et il fait ça « d’instinct et dans l’instant », comme il est écrit sur le mur de la cuisine ouverte qui donne sur la salle. » Quant à Ogata, nous en faisions l’éloge en ces termes : « À ce niveau de sophistication on peut parler de haute couture. Véritable ovni, l’adresse japonaise qui a ouvert fin 2020 rue Debelleyme, atteint des sommets dans l’excellence et la précision. » Le Marais Mood ne change pas un mot, persiste et signe !

 OGATA
16 Rue Debelleyme, 75003 Paris
Du jeudi au dimanche de 11h à minuit
Tél : 01 80 97 76 80

 Auberge Nicolas Flamel
51, Rue de Montmorency, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12h à 13h45 puis de 19h30 à 21h30
Fermé le lundi et le dimanche
Tél : 01 42 71 77 78

Texte : Katia Barillot

26.03.22

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

À un pâté de maison du métro Saint-Paul, se cache une petite pépite du nom d’Ajia (阿 姊 仔) qui, en mandarin signifie « grande sœur ». C’est l’histoire de Kay et Gregory, un couple qui s’est formé sur les bancs d’HEC et qui, depuis 2017, partagent son amour de la cuisine taïwanaise, de plus en plus en vogue à Paris et dans le Marais.

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !