Auberge Nicolas Flamel

À l’annonce du départ de l’excellent Alan Geaam, qui avait déserté l’auberge Nicolas Flamel voilà un an, certains craignaient de se retrouver Gros-Jean comme devant, selon l’expression médiévale. Mais la désillusion fut de courte durée : le chef étoilé franco-libanais a eu la bonne idée d’installer Grégory Garimbay dans ce vieux restaurant situé dans le plus ancien immeuble de la capitale – il fut érigé au Moyen-Âge, au 51 rue Montmorency.

Grégory Garimbay, nouveau chef de l’auberge Nicolas Flamel

Oyez, braves gens, l’assiette est bonne et, du haut de sa trentaine d’années, le chef Garimbay a du métier ! Second au Plaza-Athénée, il a aussi été le bras droit de Sylvestre Wahid, chez Thoumieux, rue Saint-Dominique (7e). Le voilà maintenant seul aux commandes,

Alan Geaam reste propriétaire du lieu mais il laisse carte blanche à ce cuisinier, qui écrit son histoire personnelle dans cette maison aux poutres anciennes et à la façade gothique dont la salle est aménagée – saisissant contraste ! – dans le meilleur style scandinave contemporain.

Salle de l’auberge Nicolas Flamel

C’est ici même – bien avant la tendance du design nordique ! – que vécu Nicolas Flamel. Mort en 1418, ce dernier fit d’abord carrière comme écrivain public avant de s’enrichir par la spéculation immobilière et de devenir une sorte de Robin des Bois du Marais. Il distribua aux nécessiteux une partie de sa fortune qui était considérable, au point que certains en conclurent que Nicolas savait transformer le métal en or.

Auberge Nicolas Flamel

Le chef Grégory Garimbay, lui transforme une série de plats classiques en régal. Et il fait ça « d’instinct et dans l’instant », comme il est écrit sur le mur de la cuisine ouverte qui donne sur la salle. Menu déjeuner à 38€, menu « signature 4 temps » à 70€. Entrées : poireaux, Saint-Jacques, langoustines, de 28 à 38€. Plats : turbot de ligne, homard bleu, ris de veau, poularde Culoiselle, de 42 à 48€. Produits de la chasse : lièvre de Beauce à la royale à 65€, Pithiviers (colvert, foie gras, chou) à 62€.

Auberge Nicolas Flamel
51, Rue de Montmorency, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12h à 13h45 puis de 19h30 à 21h30
Fermé le lundi et le dimanche
Tél : 01 42 71 77 78

Texte : Katia Barillot

12.11.21

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Piccola Mia, les pizzas de la République

Piccola Mia, les pizzas de la République

Sur la place de la République vient d’ouvrir une brasserie aux accents italiens, qui a rapidement fait oublier l’ancienne Pizza Pino. Bienvenue chez Piccola Mia, fruit de la rencontre joyeuse entre le chef Italien Denny Imbroisi, le pizzaïolo Julien Serri et le mixologue Matthias Giroud qui signe une carte de cocktails créative.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !