Photos : Chez Omar

Dans le top 5 des plats préférés des Français, le couscous est une institution bien de chez nous.

À Paris, le restaurant de couscous Chez Omar, lui aussi, est une institution. Inauguré en 1979, rue de Bretagne, dans le Marais, à côté d’un cinéma (à l’emplacement actuel du supermarché Franprix), l’établissement n’a jamais désempli depuis lors.

« Dès le premier jour, mon établissement a été à la mode… grâce aux gens de la mode », raconte Omar Guerda, aujourd’hui âgé de 79 ans. Aujourd’hui encore, il reste une valeur sûre. On y mange du couscous sept jours sur sept, midi et soir, sauf le dimanche soir.

Aux gens de la mode, parmi lesquels le couturier Azzedine Alaïa installé dans le 4e, s’ajoute une faune de noctambules. De fait, les mythiques années 1979-1980 correspondent à l’âge d’or des nuits parisiennes. Les fêtards viennent dîner Chez Omar avant d’aller s’éclater aux Bains Douches, tout proche (rue du Bourg-l’Abbé, dans le 3e).

Du groupe de rock Téléphone à Grace Jones en passant par Jack Nicholson, David Bowie ou Mel Gibson, la boîte de nuit est fréquentée par des célébrités qui font parfois un crochet par l’établissement de la rue de Bretagne.

Enfin, les années 1980 sont celles de la montée en puissance du Marais gay et des galeries d’art dans le quartier – Yvon Lambert en tête. « Après les vernissages, les gens se retrouvaient chez moi », se souvient le maître des lieux.

Le secret d’Omar ? « J’ai conservé la déco d’origine, celle d’une brasserie de l’entre-deux-guerres qui s’appelait La Bière », raconte le patron qui est un esthète autant qu’un grand sage. « Dans les années 1980, plein de gens me conseillaient de tout casser pour faire une déco moderne. Ils me disaient de faire poser de la moquette. » Ce à quoi Omar répond systématiquement : « Non. »

Voilà pourquoi la salle du restaurant conserve son cachet et continue d’attirer une clientèle de fidèles. Ils ne sont pas les seuls mais les « modeux » sont toujours là.

« En 2017, raconte encore Omar, Naomi Campbell est passée me voir après des obsèques d’Azzedine Alaïa qui l’avait accueilli, quand elle débutait, dans sa maison du Marais. Elle m’a dit : « Aujourd’hui, j’ai enterré mon papa »… »

L’autre secret d’Omar, c’est sa constance : en quarante-trois ans, sa carte n’a pas changé une seule fois. Et c’est vrai que la tradition, ça a du bon !

Chez Omar
47 Rue de Bretagne, 75003 Paris
Du lundi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h – 23h30
Le dimanche de 19h – 23h30
Tel : 09 86 39 91 14 

Texte : Axel G.

18.02.22

Restaurant Horiz, quand le riz fait « bing »

Restaurant Horiz, quand le riz fait « bing »

Il existe presque autant de variétés de riz que de jours dans l’année : 360 ! Et tous cumulent les qualités qui font la richesse de cette céréale : énergétique, sans gluten, source de fibres, de vitamines et régulatrice du transit intestinal.

Restaurant Têt : une pépite avec la « Vietnam touch »

Restaurant Têt : une pépite avec la « Vietnam touch »

Têt est ce qu’au Marais Mood, on appelle une pépite. Une fois franchi le seuil, on plonge dans un univers. Celui du Vietnam d’aujourd’hui, dans une jolie salle ornée d’un mur végétal où tout tient en équilibre harmonieux. La déco est à la hauteur du service qui est au diapason de la bande-son « chill »…

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Discret, d’une élévation d’âme rare et un tantinet rêveur, Adolfo Kaminsky, s’est éteint à Paris à l’âge de 97 ans, le 9 janvier. Photographe, résistant et faussaire de génie, ce natif de Buenos Aires, où il était né en 1925, s’engage dans la Résistance à l’âge de 17 ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !