©Fok Kan

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ?

Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir un bel immeuble, au numéro 7 de la rue, doté d’un porche remarquable encadré de deux nymphes torchères. Les Guerbois ne sont pas n’importe qui. Cette famille possède en effet le café le plus branché de l’époque, le Café Guerbois, au 9, avenue de Clichy. C’est, entre autres, le quartier général de Zola et de ses amis impressionnistes : Manet, Renoir, Monet, Degas, Pissarro, Sisley, Cézanne. Fortune faite, les bistrotiers ouvrent les Bains-Guerbois, véritable spa haut de gamme, doté de bains japonais (eau sulfureuse), turcs (vapeur) et russes (sorte de sauna), mais aussi d’un salon de massage, d’un barbier, d’un salon de coiffure et d’un restaurant.

La renommée des Bains Guerbois est immense. Marcel Proust est un habitué. L’endroit est prisé de la communauté gay de l’époque. Les « forts des halles », ou manutentionnaires, viennent également se doucher ici, puis avaler un café calva après leur labeur. La destruction des halles Baltard et la généralisation des salles de bains dans les appartements parisiens « tuent » le business des bains-douches au début des années 1970.

Façade des Bains – ©Les Bains Paris

En 1978, première renaissance : le nouveau propriétaire Maurice Marois, un professeur de médecine, se laisse convaincre de transformer les lieux en discothèque. Bingo ! Avec le Palace, Les Bains Douches deviennent la boite de nuit la plus courue de Paris. C’est la version française du Studio 54, le club new-yorkais né quelques mois plus tôt. Dirigée tour à tour par les duos Jacques Renault et Fabrice Coat, puis Hubert Boukobza et Claude Challe et enfin Cathy et David Guetta, on y croise Jean-Paul Gaultier, Karl Lagerfeld, Loulou de Falaise, les Rita Mitsouko, Mick Jagger, Grace Jones, Robert de Niro, Naomi Campbell, Carla Bruni, Kate Moss, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat, Andy Warhol. La déco est signée Philippe Starck.

Boy George et Jean-Paul Gaultier – ©Foc Kan

Karl Lagerfeld au club des Bains – ©Foc Kan

L’âge d’or des « Bains » s’achève vers le tournant du siècle mais la boite de nuit ne ferme définitivement qu’en 2010. En 2015, les Bains Douches, entièrement rénovés, sont ressuscités à nouveau, cette fois sous la forme d’un boutique-hôtel cinq étoiles, grâce à Jean-Pierre Marois, le fils du professeur de médecine. Renaissent alors également le restaurant, le club, le bar. Doté de 39 chambres ou suites, l’établissement possède un charme indéniable avec sa déco façon Château Marmont (à Los Angeles) et son restaurant au ciel en laque rouge.

Le ROXO bar – ©Anaïs Costet

De surcroit, les Bains accueillent maintenant des résidences d’artistes, des expositions, etc. Le tout en collab’ avec des galeries prestigieuses : Gagossian, Templon, Jérôme Pauchant. Le prochain événement, « Les Simonnet s’installent aux Bains » sera consacré au très inventif couple Jean-Marie et Marthe Simonnet, spécialisé dans les œuvres en plastique armé. Le commissariat de l’exposition a été confié au maraisien Gilbert Kann. A partir du 2 avril 2019.

Les Bains Paris
7 Rue du Bourg l’Abbé, 75003 Paris
Tel : 01 42 77 07 07

Texte : Katia Barillot

13.03.19
Mise à jour : 25.01.21

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Le quartier juif du Marais à Paris

Le quartier juif du Marais à Paris

Dès le XIIIe siècle, le Marais abrite une communauté juive qui s’y maintient jusqu’à son expulsion au XIVe siècle. Fuyant la misère et les persécutions, les juifs des pays de l’Est et ceux de l’Alsace s’y installent au XIXe siècle. Autour de la rue des rosiers et de la place Saint-Paul rebaptisée Pletz…

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Né en 1802, Victor Hugo devient un écrivain social, un dramaturge, un poète, un romancier et un dessinateur romantique. Surnommé l’homme-océan puis l’homme-siècle, c’est une personnalité politique et un intellectuel engagé. Il rencontre le succès avec Notre-Dame-de-Paris en 1831 et avec les Misérables en 1862.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

La liste conduite par Raphaël Glucksmann arrive en tête dans les deux arrondissements du Marais avec 29,41 % dans le 3e arrondissement et 29,41 % dans le 4e. Elle est aussi victorieuse dans le 2e, 5e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 18e.

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

C’est un endroit net et bien cadré comme une photo argentique. Normal, dira-t-on, puisque ce café-restaurant possède aussi une partie librairie dédiée à la photographie avec des ouvrages de qualité, parfois rares – sélectionnés par des commissaires différents comme Christine Barthe la responsable photo…

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Le marché de la seconde main a toujours eu ses fans. Il y a cependant vintage et vintage. Du sweat-shirt vendu au poids à la pièce rare restaurée, il y a un monde. C’est la mode du second hand, qui rejoint aujourd’hui les préoccupations environnementales. Surtout, c’est un moyen de se composer des looks uniques à bon prix.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !