Terrasse du restaurant Notre Café, © Anaïs Costet

Non, le Marais n’est pas seulement dédié à la fashion et au tourisme ! N’oublions pas que le 3e et le 4e valorisent aussi l’entraide et le beau projet solidaire. Une nouvelle adresse, aux prix très abordables et installée au sein de l’ancienne caserne des Minimes, en apporte la preuve. Elle répond au doux nom, très inclusif, de “Notre café”.

© Anaïs Costet

Entre salon de thé et cafétéria, ce formidable lieu associatif doit beaucoup à Laurence Melloul-Piou, directrice de l’institut médico éducatif (situé juste à côté, rue Saint-Gilles) qui se consacre depuis quatorze ans aux autistes.

L’originalité de “Notre Café” ? Ici ce sont des jeunes autistes, âgés de 12 à 18 ans, qui assurent le travail en cuisine et le service en salle. Une manière de préparer au monde professionnel ce futurs adultes qui se débattent avec ce que l’on appelle des ‘troubles envahissants du développement’ (TED).

© Anaïs Costet

Mieux vaut le savoir à l’avance pour ne pas être surpris : les autistes ne répondent pas forcément aux sourires, ne regardent pas toujours les clients dans les yeux, et fuient souvent les interactions sociales. Mais, que l’on se rassure : le cœur y est ! Ce n’est pas tout.

Outre la satisfaction de participer à un projet intelligent, les clients sont de surcroit récompensé dans l’assiette, où est servie une cuisine maison, minute, imaginative, savoureuse.

Gaspacho, croque-monsieur, salade aux quinoas et légumes croquants, fromage blanc au miel et fruits rouges, © Anaïs Costet

On aime : le croque-monsieur, la salade aux quinoas et légumes croquants (selon une recette donnée personnellement par Alain Ducasse), le gaspacho, les cookies, etc. La carte est courte et les prix sont amicaux : 12€ entrée-plat-dessert. 

Avec le Reflet, situé pour sa part 11 rue Braque, qui emploie des jeunes adultes trisomiques, “Notre café” confirme la vocation inclusive du Marais.

Notre café
Caserne des Minimes, 75003 Paris
Du mardi au vendredi de 8h30 à 15h00

Texte : Katia Barillot

19.07.21

Le top 3 des terrasses cachées

Le top 3 des terrasses cachées

Après les nourritures de l’esprit, les nourritures terrestres ! En rouvrant ses portes après quatre années de travaux, le musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, a inauguré, côté rue des Francs-Bourgeois, un restaurant en plein air (qui prendra ses quartiers d’hiver en intérieur)…

Crush test : Top 5 des cantines délicieusement healthy

Crush test : Top 5 des cantines délicieusement healthy

Les beaux jours arrivent et avec eux leurs lots de poncifs nous invitant à réduire drastiquement le nombre de calories au compteur – ne plus prononcer le mot « régime » – si l’on veut faire peau neuve, pour ne pas dire bonne impression dans nos maillots. En bonnes amies bien renseignées…

Le Top 5 des « rooftops »

Le Top 5 des « rooftops »

Voici venu le temps de « rooftop ». Moins nombreuses qu’à New York mais de plus en plus en vogue à Paris, ces terrasses magiques nous permettent de voir loin et de décrocher du quotidien le temps d’un cocktail ou d’un coucher de soleil. Dans le Marais et à Paris Centre, voici notre Top 5 des « rooftops », pour une parenthèse enchantée à l’abri des bruits de la ville.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le top 3 des terrasses cachées

Le top 3 des terrasses cachées

Après les nourritures de l’esprit, les nourritures terrestres ! En rouvrant ses portes après quatre années de travaux, le musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, a inauguré, côté rue des Francs-Bourgeois, un restaurant en plein air (qui prendra ses quartiers d’hiver en intérieur)…

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Après sept années de bons et loyaux services à la tête du musée national Picasso, Laurent Le Bon, conservateur général du patrimoine, s’en va. Mais il ne part pas loin. Le voici qui préside, depuis le 19 juillet, le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

Le look de Anton

Le look de Anton

Avec son air de pâtre grec, nous aurions pu le croiser guidant un troupeau sur les hauteurs de l’île de Naxos. Mais c’est rue Vieille-du-Temple que nous avons rencontré Anton, « berger urbain » épris de fashion qui travaille chez Comme des garçons, l’enseigne japonaise fondée en 1969.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This