©Mémorial de la Shoah

Un document photographique d’une valeur inestimable vient de refaire surface avec l’annonce, par le Mémorial de la Shoah, de l’acquisition de 98 images inédites prises par l’occupant allemand lors de la rafle du 14 mai 1941, à Paris. Ce jour-là, plus de 3 700 juifs étrangers avaient été arrêtés par la police française lors d’une opération présentée comme un vaste contrôle d’identité.

À la différence de la rafle du Vélodrome d’hiver, ou Vel’d’Hiv (16-17 juillet 1942), cette arrestation ne concerne pas les juifs français mais les juifs étrangers. Agés de 18 à 60 ans, ces réfugiés originaires de Tchécoslovaquie, d’ex-Autriche et surtout de Pologne, sont arrêtés en divers lieux de la région parisienne – y compris dans Le Marais – et transportés au gymnase Japy, dans le 11e arrondissement avant d’être convoyés vers les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande (Loiret) puis d’être déportés dans les camps de la mort. La plupart sont morts en déportation.

Les clichés inédits ont été pris par un photographe allemand. Ils retracent heure par heure la rafle dite « du billet vert ». Il s’agit de la première opération d’envergure menée contre des juifs en zone occupée, seize mois avant celle du Vél’d’Hiv.

Conservées au centre de documentation du Mémorial, les photos sont aussi présentées au grand public depuis le 14 mai dans une exposition en plein air, devant le gymnase Japy, qui se trouve rue Japy (métro Charonne ou Voltaire), à 10 minutes à pied du Marais.

« Plutôt que de « rafle », il conviendrait davantage de parler d’une souricière, voulue par l’occupant mais tendue et orchestrée de bout en bout par la police française. Tout est là, en noir et blanc, dans ces vues d’une étonnante qualité technique et même esthétique, accablantes pièces à conviction de la collaboration de l’Etat français », écrit le Monde dans un article récent.

« Des listes de recensement des juifs avaient été établies dès octobre 1940, poursuit le journal, quand Pétain signa les premières mesures antisémites. S’appuyant sur ces fichiers, les commissariats parisiens envoyèrent à l’adresse de 6494 juifs étrangers une brève convocation, libellée sur un papier vert qui donnera son surnom à l’opération ».

Le Mémorial de la Shoah est le plus grand centre d’archives en Europe sur l’histoire de la Shoah. Lieu de mémoire, c’est aussi un centre pédagogique et de transmission sur l’histoire du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Une meilleure connaissance de l’histoire de la Shoah vise à lutter également contre le retour de la haine et contre toutes formes d’intolérance aujourd’hui. Ainsi, le Mémorial travaille depuis plus de dix ans à l’enseignement des autres génocides du XXe siècle tels que le génocide des Tutsis au Rwanda ou encore le génocide des Arméniens.

Rafle du billet vert : découverte de 98 photos inédites
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris

Événement gratuit, en direct sur le site internet, Facebook, et Youtube.
Jeudi 20 Mai 2021, 19h30

Cette rencontre est en direct de l’auditorium du Mémorial de la Shoah, sans public.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Mémorial de la Shoah

 20.05.21

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Expo Cartier-Bresson / Martin Parr : derniers jours

Expo Cartier-Bresson / Martin Parr : derniers jours

Henri Cartier-Bresson, Usine de confection Burton, Manchester, octobre 1962 © Fondation Henri Cartier-Bresson / Magnum PhotosCartier-Bresson et Martin Parr ! C’est la rencontre la plus inattendue de l’année. D’autant qu’au départ, ces deux-là ne s’appréciaient guère....

Carnavalet : l’expo féministe qui rafraîchit les idées

Carnavalet : l’expo féministe qui rafraîchit les idées

Voici une exposition qui mettra tout le monde d’accord : les féministes de l’école Élisabeth Badinter, les néoféministes tendance Sandrine Rousseau et, même, les féministes contrariés qui se croient parfois antiféministes. Sans oublier – on allait les oublier – les hommes.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Discret, d’une élévation d’âme rare et un tantinet rêveur, Adolfo Kaminsky, s’est éteint à Paris à l’âge de 97 ans, le 9 janvier. Photographe, résistant et faussaire de génie, ce natif de Buenos Aires, où il était né en 1925, s’engage dans la Résistance à l’âge de 17 ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !