Carte d’identité retrouvée près de l’église de Ntarama (Bugesera), Rwanda. Ethnie : Tutsi. Le 15 avril 1994, près de 5 000 personnes ont été tuées dans cette église, érigée depuis en site mémoriel. © Francis via ZU Ric

A l’occasion de la 25e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, le Mémorial de la Shoah organise une exposition sur les mécanismes du dernier génocide du XXe siècle. Du 7 avril à la mi-juillet 1994 plus d’un million de personnes (Hutus modérés et Tutsis) sont mortes assassinées.

L’ampleur et la cruauté particulière de ce génocide constituent un défi moral mais aussi intellectuel. Avec cette exposition exigeante, le Mémorial de la Shoah met l’accent sur la généalogie du massacre qui repose sur une construction politique ayant conduit à la déshumanisation des futures victimes.

Contrairement à ce que tente d’imposer le cliché, il n’est ni le résultat d’une brusque flambée de violence populaire, ni d’une mêlée « interethnique ».

En réalité, l’histoire remonte aux colonisateurs européens et leur fable racialiste qui établit une hiérarchie délétère entre deux catégories de Rwandais, les pasteurs Tutsis et les forestiers Hutus.

Lorsque les Européens quittent le Rwanda, l’administration perpétue cette obsession de la classification raciale. Or, comme l’explique Hélène Dumas, commissaire scientifique de l’exposition et chargée de recherche au CNRS, « il n’existe aucune différence physique » entre Hutus et Tutsis.

La première salle expose des dessins d’enfants réalisés juste après le génocide. Bouleversants. La seconde présente sobrement des documents historiques écrits et vidéo qui tentent de nous faire comprendre l’incompréhensible.

Entrée du site mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Intérieur de l’église de Nyamata, actuel mémorial de Nyamata, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Le mémorial des enfants au Memorial Genocide Center, Gisozi, Kigali.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.
Messages écrits sur une bannière par des visiteurs sur le site du mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

25e commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris
Tous les jours de 10h à 18h, sauf le samedi. Nocturne jusqu’à 22h le jeudi.
Jusqu’au 17 novembre.

 

Texte : Axel G.

07.04.19

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

Le Musée Carnavalet fête la culture

Le Musée Carnavalet fête la culture

Il y a tout juste un an, le musée Carnavalet rouvrait ses portes après 5 longues années de travaux. Pour célébrer comme il se doit cet heureux anniversaire, l’établissement organise un week-end culturel gratuit le 21 et 22 mai. Au programme, art-hérapie, créations littéraires ou encore séances de danse dans le hall du musée !

Le musée Picasso déserté

Le musée Picasso déserté

Naguère archi-populaire le musée Picasso n’attire plus les foules. Récemment encore, des files interminables s’étiraient rue de Thorigny, devant l’entrée de la prestigieuse institution. Ce n’est plus le cas. La faute à la crise sanitaire ? Oui, mais pas seulement.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !