A l’occasion de la 25e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, le Mémorial de la Shoah organise une exposition sur les mécanismes du dernier génocide du XXe siècle. Du 7 avril à la mi-juillet 1994 plus d’un million de personnes (Hutus modérés et Tutsis) sont mortes assassinées.

L’ampleur et la cruauté particulière de ce génocide constituent un défi moral mais aussi intellectuel. Avec cette exposition exigeante, le Mémorial de la Shoah met l’accent sur la généalogie du massacre qui repose sur une construction politique ayant conduit à la déshumanisation des futures victimes.

Contrairement à ce que tente d’imposer le cliché, il n’est ni le résultat d’une brusque flambée de violence populaire, ni d’une mêlée « interethnique ».

En réalité, l’histoire remonte aux colonisateurs européens et leur fable racialiste qui établit une hiérarchie délétère entre deux catégories de Rwandais, les pasteurs Tutsis et les forestiers Hutus.

Lorsque les Européens quittent le Rwanda, l’administration perpétue cette obsession de la classification raciale. Or, comme l’explique Hélène Dumas, commissaire scientifique de l’exposition et chargée de recherche au CNRS, « il n’existe aucune différence physique » entre Hutus et Tutsis.

La première salle expose des dessins d’enfants réalisés juste après le génocide. Bouleversants. La seconde présente sobrement des documents historiques écrits et vidéo qui tentent de nous faire comprendre l’incompréhensible.

Entrée du site mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Intérieur de l’église de Nyamata, actuel mémorial de Nyamata, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Le mémorial des enfants au Memorial Genocide Center, Gisozi, Kigali.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.
Messages écrits sur une bannière par des visiteurs sur le site du mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

25e commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris
Tous les jours de 10h à 18h, sauf le samedi. Nocturne jusqu’à 22h le jeudi.

 

Texte : Axel G.
Photo de une : Carte d’identité retrouvée près de l’église de Ntarama (Bugesera), Rwanda. Ethnie : Tutsi.
Le 15 avril 1994, près de 5 000 personnes ont été tuées dans cette église, érigée depuis en site mémoriel.
© Francis via ZU Ric

07.04.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Victor Hugo, la star de la place des Vosges

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la...

Le petit Turenne, gloire du Marais… et de la France

C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

L’ethnique est partout (podcast)

Dans un monde devenu un véritable village global, a l’ère de la diversité, l’interconnectivité entre les continents -merci internet, qui relie les peuples et les cultures- nous avons développé un sens commun de l’histoire, de la créativité où les influences...

Hôtel 9confidentiel, pour initiés esthètes

Plus besoin de courir dans le 8e arrondissement pour s'offrir un thé (ou un verre) au bar d'un hôtel cinq étoiles. Ce petit luxe est également accessible dans le Marais où, ces dernières années, plusieurs établissements haut de gamme ont pris leurs quartiers. Après le...

Parts of four candles, des bougies punk-rock

Dans sa boutique du 36 rue Charlot, l'artiste californien Evan Sugerman propose depuis sept ans des bijoux punk-rock industriels, sertis de cristal, cuir, bois ou os. Dans le même esprit et à quelques mètres de là, il fabrique aujourd’hui des bougies en cire de coco...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This