A l’occasion de la 25e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, le Mémorial de la Shoah organise une exposition sur les mécanismes du dernier génocide du XXe siècle. Du 7 avril à la mi-juillet 1994 plus d’un million de personnes (Hutus modérés et Tutsis) sont mortes assassinées.

L’ampleur et la cruauté particulière de ce génocide constituent un défi moral mais aussi intellectuel. Avec cette exposition exigeante, le Mémorial de la Shoah met l’accent sur la généalogie du massacre qui repose sur une construction politique ayant conduit à la déshumanisation des futures victimes.

Contrairement à ce que tente d’imposer le cliché, il n’est ni le résultat d’une brusque flambée de violence populaire, ni d’une mêlée « interethnique ».

En réalité, l’histoire remonte aux colonisateurs européens et leur fable racialiste qui établit une hiérarchie délétère entre deux catégories de Rwandais, les pasteurs Tutsis et les forestiers Hutus.

Lorsque les Européens quittent le Rwanda, l’administration perpétue cette obsession de la classification raciale. Or, comme l’explique Hélène Dumas, commissaire scientifique de l’exposition et chargée de recherche au CNRS, « il n’existe aucune différence physique » entre Hutus et Tutsis.

La première salle expose des dessins d’enfants réalisés juste après le génocide. Bouleversants. La seconde présente sobrement des documents historiques écrits et vidéo qui tentent de nous faire comprendre l’incompréhensible.

Entrée du site mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Intérieur de l’église de Nyamata, actuel mémorial de Nyamata, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

Le mémorial des enfants au Memorial Genocide Center, Gisozi, Kigali.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.
Messages écrits sur une bannière par des visiteurs sur le site du mémorial de Ntarama, Rwanda.
2018. © Mémorial de la Shoah, Paris.

25e commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris
Tous les jours de 10h à 18h, sauf le samedi. Nocturne jusqu’à 22h le jeudi.
Jusqu’au 17 novembre.

 

Texte : Axel G.
Photo de une : Carte d’identité retrouvée près de l’église de Ntarama (Bugesera), Rwanda. Ethnie : Tutsi.
Le 15 avril 1994, près de 5 000 personnes ont été tuées dans cette église, érigée depuis en site mémoriel.
© Francis via ZU Ric

07.04.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

1534, François Ier fonde « les Enfants Rouges »

Le marché des Enfants Rouges, en plein cœur du Haut-Marais, est un des « spots » du quartier, connu autant des habitants que des touristes. Tous s’y pressent, du mardi au dimanche, pour y faire quelques « courses » et pour s’y restaurer - tendance « street food » et...

Rachel, une tragédienne dans le Marais

La célèbre tragédienne Rachel n’est pas à proprement parler une « figure » du Marais. Elle ne demeure que peu de temps place des Vosges et qui plus est, à la toute fin de sa vie. Et pourtant… Rachel est une telle star, au sens moderne du terme, que chacun de ses...

Le théâtre de Beaumarchais

Le 13 janvier 1791, sous la Révolution, une loi paraît qui décrète la liberté des théâtres : tout un chacun peut désormais ouvrir en France une salle de spectacles et y donner les pièces de son choix – chose impensable sous la Monarchie. Dans le Marais, la nouvelle...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

1534, François Ier fonde « les Enfants Rouges »

Le marché des Enfants Rouges, en plein cœur du Haut-Marais, est un des « spots » du quartier, connu autant des habitants que des touristes. Tous s’y pressent, du mardi au dimanche, pour y faire quelques « courses » et pour s’y restaurer - tendance « street food » et...

Anne Depétrini : le Marais sans langue de bois

Coprésentatrice, à la mi-journée, de l’émission phare Nulle Part Ailleurs midi sur Canal+, Anne Depétrini a marqué les téléspectateurs de la chaîne cryptée par son esprit mordant aux côtés de feu Philippe Gildas. Invitée régulière de l’émission potache d’Alain Chabat...

De drôles de « Zèbres » rue François-Miron

En haut des marches de cette rue historique, tout près de l’église Saint-Gervais, se sont installés de drôles de « Zèbres ». C’est du moins le nom de la boutique déco d'Antonin Gatier qui se situe à équidistance de la galerie d’art, de la brocante et du cabinet de...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This