Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la place des Vosges, situé à l’angle sud-est.

Rappelons qu’à l’exception du premier étage, dédié à des expositions temporaires, la visite de ce musée un tantinet négligé par le grand public est gratuite. Certes, l’appartement du deuxième étage n’est plus dans son état originel. Mais l’âme de celui qui fut poète, dramaturge, romancier, député de Paris et académicien, est encore palpable dans ce musée biographique qui retrace la vie de l’auteur : avant, pendant et après l’exil à Guernesey.

Habitant du Marais de 1832 à 1848, c’est ici que le chef de file des romantiques écrivit plusieurs œuvres majeures : Lucrèce Borgia, Ruy Blas, Marie Tudor, sans oublier une grande partie des Misérables. La table de travail surélevée sur laquelle il écrivait (toujours debout, jamais assis) est l’un des objets les plus émouvants de cet appartement en « L » doté de sept pièces en enfilade.

 On appréciera aussi le « salon chinois », qui révèle une facette méconnue du génie de Victor Hugo : son talent de décorateur. Cette pièce entièrement décorée de chinoiseries ressuscite l’esprit de la maison de sa maitresse, Juliette Drouet, venue le rejoindre en exil à Guernesey, après avoir habité rue Sainte-Anastase, tout près de l’actuel Musée Picasso.

Défenseur de la liberté de la presse, partisan de l’abolition de la peine de mort, militant pour les droits des femmes, bref agitateur d’idées avant-gardiste, Victor Hugo attire comme un aimant tous les esprits lettrés de son temps. Honoré de Balzac, Lamartine, Alexandre Dumas, Sainte-Beuve, Prosper Mérimée, Alfred de Vigny ou encore Théophile Gautier défilent au 6, place des Vosges. Admiré ou détesté, véritable star de son époque, Victor Hugo – comme Johnny Hallyday, il eut droit à des funérailles nationales ! – est assurément l’une des plus considérables célébrités à avoir vécu dans Le Marais. Visiter l’appartement de l’auteur culte dont l’œuvre « Les Misérables » est actuellement jouée à Broadway relève donc de l’obligation civique !

Texte : Ella David et Axel G. 
Photos : ©Anaïs Costet

25.02.19

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Carnavalet : du côté de chez Proust

Carnavalet : du côté de chez Proust

Marcel Proust (1871-1922) n’a jamais mis les pieds dans Le Marais. Dans l’exposition consacrée à l’écrivain au Musée Carnavalet pour célébrer les 150 ans de sa naissance, une importante cartographie permet de matérialiser la présence de Marcel Proust dans Paris, ses réseaux et lieux de prédilection.

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Avec ses paysages forestiers et minéraux composés à partir de carton, Éva Jospin, avec l’aimable autorisation de sa galerie Suzanne Tarasiève, plonge les visiteurs du Musée de la Chasse et de la Nature dans l’univers fantastique des jardins baroques du XVIIIe siècle.

Expo Cartier-Bresson : la magie du cadrage parfait

Expo Cartier-Bresson : la magie du cadrage parfait

Henri Cartier-Bresson, Hyères, France, 1932, © Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum PhotosCertaines photos d’Henri Cartier-Bresson, très nombreuses, sont des chefs-d’œuvre. D’autres sont seulement géniales. D’autres encore sont juste formidables ou très, très, très...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This