Portrait de Victor Hugo par Léon Bonnat, Château de Versailles, 1879

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la place des Vosges, situé à l’angle sud-est.

Rappelons qu’à l’exception du premier étage, dédié à des expositions temporaires, la visite de ce musée un tantinet négligé par le grand public est gratuite. Certes, l’appartement du deuxième étage n’est plus dans son état originel. Mais l’âme de celui qui fut poète, dramaturge, romancier, député de Paris et académicien, est encore palpable dans ce musée biographique qui retrace la vie de l’auteur : avant, pendant et après l’exil à Guernesey.

Habitant du Marais de 1832 à 1848, c’est ici que le chef de file des romantiques écrivit plusieurs œuvres majeures : Lucrèce Borgia, Ruy Blas, Marie Tudor, sans oublier une grande partie des Misérables. La table de travail surélevée sur laquelle il écrivait (toujours debout, jamais assis) est l’un des objets les plus émouvants de cet appartement en « L » doté de sept pièces en enfilade.

 On appréciera aussi le « salon chinois », qui révèle une facette méconnue du génie de Victor Hugo : son talent de décorateur. Cette pièce entièrement décorée de chinoiseries ressuscite l’esprit de la maison de sa maitresse, Juliette Drouet, venue le rejoindre en exil à Guernesey, après avoir habité rue Sainte-Anastase, tout près de l’actuel Musée Picasso.

Défenseur de la liberté de la presse, partisan de l’abolition de la peine de mort, militant pour les droits des femmes, bref agitateur d’idées avant-gardiste, Victor Hugo attire comme un aimant tous les esprits lettrés de son temps. Honoré de Balzac, Lamartine, Alexandre Dumas, Sainte-Beuve, Prosper Mérimée, Alfred de Vigny ou encore Théophile Gautier défilent au 6, place des Vosges. Admiré ou détesté, véritable star de son époque, Victor Hugo – comme Johnny Hallyday, il eut droit à des funérailles nationales ! – est assurément l’une des plus considérables célébrités à avoir vécu dans Le Marais. Visiter l’appartement de l’auteur culte dont l’œuvre « Les Misérables » est actuellement jouée à Broadway relève donc de l’obligation civique !

Texte : Ella David et Axel G. 
Photos : ©Anaïs Costet

25.02.19

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

On se sent immédiatement bien chez Bonnard où l’on est accueilli par Elise, la maîtresse de maison franco-américaine, chic et décontractée, dans un décor où le bois et la pierre prédominent. C’est que, ici, tout est naturel : la déco, les gens, les vins bios, la cuisine de saison. Bienvenue, donc, rue…

Le 26 mai 2024, c’est la fête des mères

Le 26 mai 2024, c’est la fête des mères

A cette occasion, petits et grands célèbrent leur mère par un coup de fil, un cadeau, un bouquet de fleurs. On célèbre les mamas partout dans le monde et dans la plupart des pays, au mois de mai. On croit à tort que cette fête date des sombres années Pétain alors qu’il l’a seulement réhabilitée pour en faire une célébration lithurgique…

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !