Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la place des Vosges, situé à l’angle sud-est.

Rappelons qu’à l’exception du premier étage, dédié à des expositions temporaires, la visite de ce musée un tantinet négligé par le grand public est gratuite. Certes, l’appartement du deuxième étage n’est plus dans son état originel. Mais l’âme de celui qui fut poète, dramaturge, romancier, député de Paris et académicien, est encore palpable dans ce musée biographique qui retrace la vie de l’auteur : avant, pendant et après l’exil à Guernesey.

Habitant du Marais de 1832 à 1848, c’est ici que le chef de file des romantiques écrivit plusieurs œuvres majeures : Lucrèce Borgia, Ruy Blas, Marie Tudor, sans oublier une grande partie des Misérables. La table de travail surélevée sur laquelle il écrivait (toujours debout, jamais assis) est l’un des objets les plus émouvants de cet appartement en « L » doté de sept pièces en enfilade.

 On appréciera aussi le « salon chinois », qui révèle une facette méconnue du génie de Victor Hugo : son talent de décorateur. Cette pièce entièrement décorée de chinoiseries ressuscite l’esprit de la maison de sa maitresse, Juliette Drouet, venue le rejoindre en exil à Guernesey, après avoir habité rue Sainte-Anastase, tout près de l’actuel Musée Picasso.

Défenseur de la liberté de la presse, partisan de l’abolition de la peine de mort, militant pour les droits des femmes, bref agitateur d’idées avant-gardiste, Victor Hugo attire comme un aimant tous les esprits lettrés de son temps. Honoré de Balzac, Lamartine, Alexandre Dumas, Sainte-Beuve, Prosper Mérimée, Alfred de Vigny ou encore Théophile Gautier défilent au 6, place des Vosges. Admiré ou détesté, véritable star de son époque, Victor Hugo – comme Johnny Hallyday, il eut droit à des funérailles nationales ! – est assurément l’une des plus considérables célébrités à avoir vécu dans Le Marais. Visiter l’appartement de l’auteur culte dont l’œuvre “Les Misérables” est actuellement jouée à Broadway relève donc de l’obligation civique !

Texte : Ella David et Axel G. 
Photos : ©Anaïs Costet

25.02.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Le petit Turenne, gloire du Marais… et de la France

C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa...

Hôtel de Sully : le joyau de la rue Saint-Antoine

Rue Saint-Antoine, pile face au Monoprix, l’hôtel de Sully, du nom de son plus illustre propriétaire, est assurément l’un des plus remarquables bâtiments du Marais. Mais, mille fois hélas, ce joyau ne se visite pas : depuis 1967, il abrite le siège du Centre des...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Marie, la mascotte de la rue Barbette

En 1980, l’INSEE recensait 30 000 concierges à Paris. Quatre décennies plus tard, ils et elles ne seraient plus que 15 000... dont Marie Ladernois. Connue comme le loup blanc dans son quartier, elle assure l’intendance d’un immeuble de dix-neuf appartements depuis...

Le théâtre Dejazet ressuscite « Game of Thrones »

Une tragédie antique. Signée Cyrano de Bergerac. Mise en scène par Daniel Mesguich. Tous les ingrédients d’une expérience de « théâtre total » sont réunis ces-jours-ci au Déjazet qui présente La mort d’Argippine jusqu’au 20 avril. Magistral. Pratiquement jamais mise...

Oultma, une cabane berbère rue du Pont-aux-Choux

On se croirait dans une cabane avec vue sur la Méditerranée, chez Oultma (ma sœur, en berbère). Dans ce salon de thé paisible, ouvert à l’été 2018, on sert une tapenade de compétition dans des assiettes en terre cuite, le tout dans une décor blanc peint à la chaux....

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This