À l’occasion de la journée des droits de la femme, le 8 mars, nous avons rencontré trois entrepreneuses du Marais, dans le domaine du chocolat, de la photographie et des métaux.

Rencontre avec trois femmes remarquables.

Après une carrière dans la publicité, Laure Bouvet a fondé en 2018 son entreprise Well Done John et, ce faisant, créé un métier qui n’existait pas encore en France, celui de coach pour photographes.

• « Coach pour photographes », c’est quoi ?

C’est un nouveau métier ! Après dix ans dans la publicité où j’étais acheteuse d’art (la personne qui cherche les meilleurs talents pour produire les campagnes publicitaires, du photographe au chef déco ou la styliste), j’ai décidé en 2018 de voler de mes propres ailes en créant Well Done John, une société dédiée au coaching pour photographes mais aussi à l’achat d’art, métier que je continue à exercer en parallèle pour différentes agences.

Le métier de photographe a énormément changé du fait de la crise de 2008 et des évolutions technologiques digitales. En une décennie, les revenus ont baissé de 80%.

Les clients comprennent moins la valeur ajoutée d’un professionnel. Avec les réseaux sociaux, tout le monde s’autoproclame photographe.

A cela s’ajoutent des plateformes et des banques d’images qui cassent les prix. Même les marques de luxe et certaines grandes agences de pub rechignent à payer à sa juste valeur le travail d’un artiste.

Les photographes ont désormais besoin d’être accompagnés dans leur dialogue avec les clients. Ce service existait à l’étranger mais pas en France.

• Pourquoi avoir créé votre propre entreprise ?

C’est d’abord le fruit de mon expérience sur plus de dix ans au contact des photographes. Créer son entreprise est un défi exaltant, tout particulièrement pour les femmes.

Aujourd’hui, le salariat reste très inégalitaire. Lors de la recherche d’emploi, il n’est pas rare qu’on soit interrogées sur nos projets de maternité.

L’écart entre hommes et femmes à parcours égal commence à se creuser au moment de la première grossesse et est rarement rattrapé…

La création d’entreprise permet de réaliser ses projets professionnels sans avoir à se poser ce genre de question.

Dans mon entourage, nombreuses sont celles qui ont suivi cette voie. C’est un acte de liberté. Cela donne de la force et c’est enthousiasmant. Lorsqu’on y a goûté, on ne veut plus revenir en arrière.

• Vous êtes-vous sentie soutenue ?

La création d’un nouveau métier suscite toujours des questions. Pour entreprendre, il faut être convaincue et convaincante !

J’ai la chance d’avoir toujours été soutenue par mes proches et d’avoir trouvé un métier qui me plait énormément. Aider les artistes à avoir envie de faire des images et à mieux vivre de leur activité est une vraie satisfaction.

Quand une femme crée son propre job, il existe parfois un soupçon chez certains, comme si elle faisait cela en guise de passe-temps. Je crois que la meilleure réponse à cela est de leur donner tort ! Et cela me donne encore plus d’énergie.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

08.03.20

LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS DANS LE MARAIS

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

La Nuit Blanche 2020

La Nuit Blanche 2020

la Nuit Blanche 2020 s’offre le tour de Paris le 3 octobre 2020 de 18h à 2h du matin, heure du dernier métro et cette annonce met en joie les amateurs d’art in-situ. D’autant que cette 19ème édition se veut « ciselée et délicate » selon les mots de Christophe Girard, créateur de cet évènement phare et désormais ex-adjoint…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les nouveaux nomades du travail 2.0

Les nouveaux nomades du travail 2.0

La crise sanitaire a transformé nos styles de vie : nous n’occupons plus nos lieux de travail ni nos espaces à vivre comme avant. En quelques jours et sur de nombreux mois maintenant, des milliers d’entreprises ont mis en place des mesures inédites comme le télétravail généralisé, qui aujourd’hui est presque devenu la nouvelle norme…

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

Petit par la taille mais grand par le cœur. Depuis le confinement, Gramme, mini néo-cantine de la rue des Archives a su se réinventer en proposant ses recettes maison en version « take-out ». Pas étonnant que dès l’annonce du reconfinement, cette équipe d’hédonistes- bio ait remis le couvert à emporter directement depuis son comptoir.

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Sabine Bayasli est galeriste. En 2020 après des années dans sa galerie d’art contemporain du 9eme, cette ardente « défenseure » de la création depuis plus de vingt ans, a installé « ses » artistes dans un espace blanc et silencieux proche du centre Pompidou. Quelques semaines avant le reconfinement elle y proposait un accrochage…

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This