À l’occasion de la journée des droits de la femme, le 8 mars, nous avons rencontré trois entrepreneuses du Marais, dans le domaine du chocolat, de la photographie et des métaux.

Rencontre avec trois femmes remarquables.

Après avoir travaillé avec des grands noms de la pâtisserie et de la chocolaterie, la Japonaise Emiko Sano a lancé Les 3 chocolats, sa boutique de chocolats à Saint-Paul.

• A quoi fait référence le nom « Les 3 chocolats » ?

Aux trois sortes de chocolats : noir, au lait et blanc. Mais aussi au fait que, dans notre famille, nous sommes chocolatiers et pâtissiers depuis trois générations. Mon grand-père l’était, mon père l’est toujours (au Japon) et me voici ! Le chocolat, c’est mon ADN.

• Quelle est votre « Japan touch » ?

Mon équipe est japonaise, les techniques sont japonaises, les saveurs aussi : matcha, yuzu, mirin (vin de riz), wasabi, kinako (soja torréfié). Ces ingrédients, bons pour la santé, se marient parfaitement avec le chocolat. De plus nos gâteaux sont moins dosés en sucre.

• Votre parcours ?

J’ai travaillé comme pâtissière et chocolatière chez Michalak et de nombreux autres chefs à Paris et en province. J’ai fondé ma boutique dans le Marais voilà trois ans.

• Y a-t-il beaucoup de femmes dans votre métier ?

Non, 90% des chocolatiers sont des hommes peut-être parce que c’est en partie un travail de force. Pourtant, les femmes possèdent un meilleur palais que les hommes, et beaucoup de dextérité.

De plus, le métier de pâtissier chocolatier est très prenant. Il exige une grande disponibilité. Même pendant les fêtes, on travaille de sept heures du matin jusqu’à tard le soir.

Au Japon, la majorité des femmes arrêtent leur carrière après leur mariage pour se consacrer à leurs enfants. Mais en France, c’est différent.

• C’est-à-dire ?

Je suis arrivée ici il y a douze ans pour apprendre la pâtisserie parce qu’il n’y a pas mieux que la France pour cela. Auparavant, j’étais vendeuse dans la chocolaterie de mon père.

C’est en arrivant ici que je me suis autorisée à créer ma propre entreprise de chocolats. Ce qui m’a le plus étonnée, c’est la loi des 35 heures et les cinq semaines de vacances.

Au Japon, la loi prévoit deux semaines de congés payés mais peu d’employés les prennent, de peur de passer pour des paresseux.

• En tant que femme, quels obstacles avez-vous rencontrés ?

Tout le monde, même mon ex-petit ami, qui est japonais, m’a dit que je n’y arriverais pas, d’autant qu’au départ, je parlais mal français.

Mon père m’a également conseillée de rentrer au Japon. Mais je voulais à tout prix réussir en France ; c’est ici que je voulais essayer de créer mes propres recettes.

Je me suis débrouillée toute seule. Car monter une entreprise en France n’est pas facile. Aucune banque ne m’a fait de crédit. Mais depuis l’ouverture, les clients sont au rendez-vous, fidèles, encourageants : 60% sont des gens du quartier, 20% sont des touristes et 20% des amoureux du Japon.

Les trois chocolats
45 Rue Saint-Paul, 75004 Paris
Du mardi au dimanche de 11h à 20h
Fermé le lundi
Tel : 01 44 61 28 65

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

08.03.20

C’EST L’HEURE DU GOÛTER !

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

Quel rapport entre la musique rock et les crèmes glacées ? A priori aucun… sauf un certain François-Xavier Goudemand, un professionnel du marketing également fêlé de rock, hard-rock et métal, qui a publié Oh My Rock ! un livre sur l’origine des noms de 101 groupes de musiques publié en 2021.

Wheel cake, le gâteau taïwanais qui fait la roue

Wheel cake, le gâteau taïwanais qui fait la roue

C’est la madeleine de Proust des Taïwanais (et des Japonais) et c’est aussi une petite merveille culinaire. Venu de la grande île en mer de Chine, le wheel cake, ou gâteau roue, est une douceur que les enfants taïwanais ou japonais dégustent à la sortie de l’école.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !