Pierre Dac, Paris, studio Photo Lynx, années 1960, Archives Jacques Pessis (g) – Pierre Dac et Dinah Gervyl dans le sketch « Greta Garbo et sa doublure » dans une revue de Jean Boyer au cabaret, La Lune rousse, Paris, 1934, Archives Jacques Pessis (dr.)

De l’humoriste Pierre Dac, on connaît surtout ses aphorismes :

– « Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir »
– Et aussi : « Donner avec ostentation, ce n’est pas très joli ; mais ne rien donner avec discrétion, cela ne vaut guère mieux. »
– Ou encore : « Quand celui qui rit le dernier a fini de rire, personne ne rigole plus. »

Mais au-delà de centaines de formules cinglantes, ce génie de l’absurde disparu en 1975 a laissé une empreinte si forte dans la culture française que le Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MahJ) a choisi de lui consacrer une exposition entière. Heureuse initiative qui prend la forme d’un hommage personnel et d’une radioscopie du rire au XXe siècle, selon Dac.

Du début des années 1920 au milieu des années 1970, Pierre Dac a laissé un arsenal humoristique d’un genre nouveau sans lequel Jean Yanne, Coluche, Pierre Desproges, les Guignols et beaucoup d’autres n’auraient sans doute jamais existé. De lui-même, il explique : « Etant donné mes origines juives, je ne comprends pas que ma ville natale de Chalons-sur-Marne n’ait pas été rebaptisée Chalom-sur-Marne. »

Né dans une famille juive d’origine alsacienne profondément patriote, Pierre Dac est mobilisé dès le début de la Première Guerre mondiale, où il est gravement blessé. Dans l’immédiat après-guerre, il fait plusieurs métiers où il brille, mais par son absence… Après avoir été par exemple chauffeur de taxi (un mois), il devient chansonnier dans les cabarets de Montmartre. Ses aphorismes, saynètes et revues amusent bientôt la France entière.

Fondateur de la Société des loufoques dont il se proclame le roi, il invente les nouvelles formes de la radio et crée La Course au trésor, un jeu qui incite les auditeurs à participer à une chasse hilarante aux objets les plus insolites et délirants.

Brassaï, Pierre Dac devant son micro, Paris, 1935 ; collection particulière © Estate Brassaï – RMN-Grand Palais – Photo ©RMN-Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi

Patriote et humaniste, il soutient dès 1928 la Ligue internationale contre l’antisémitisme, qui préfigure la LICRA. Fondateur et rédacteur en chef de l’hebdomadaire L’Os à moelle, il critique la montée des fascismes puis rejoint la France libre à Londres. Au micro de l’émission « Les Français parlent aux Français », il pourfend le régime de Vichy et l’occupant nazi. Après la guerre, il dira : « L’âme des justes qui ont péri dans les fours crématoires est immortelle. La preuve, dans le ciel, j’ai vu briller des étoiles jaunes. »

Au début des années 1950, Dac forme un duo avec Francis Blanche avec qui il crée le « Parti d’en rire », une parodie de parti politique, et des feuilletons radiophoniques aux audiences record. Dans les années 1960, il tourne en dérision le cynisme et la médiocrité des hommes politiques de la V° République. En 1965, il est même candidat à l’élection présidentielle, à la tête du Mouvement ondulatoire unifié (M.O.U.).

Pierre Dac, correspondant de guerre, au prmier plan,
accoudé à un camion militaire, Est de la France, hiver 1944-1945, Archives Jacques Pessis

Dans la présentation de l’exposition, le MahJ rappelle que Pierre Dac consacre ses dernières années à la rédaction de ses Pensées : « Il laisse une œuvre considérable – plus de 900 chansons, douze romans et essais, cinq feuilletons radiophoniques, plusieurs pièces de théâtre, et un nombre incalculable d’articles, dans un style redevable tant à l’argot des bouchers (son père était boucher) qu’au mot d’esprit freudien et au nonsense de l’humour juif. A plus d’un titre, Pierre Dac mérite aujourd’hui d’être considéré comme un maître de l’absurde, au même titre que Samuel Beckett ou Eugène lonesco. »

Du 20 avril au 27 août

Exposition Pierre Dac, le Parti d’en rire
Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MahJ)
71, rue du Temple, 75003 Paris
Le mardi, le jeudi et le vendredi de 11h à 18h
Le mercredi de 11h à 21h
Le samedi et le dimanche de 10h à 19h
Fermé le lundi
Tél : 01 53 01 86 53

Pierre Dac dans la Revue des loufoques au cabaret La Lune rousse Paris, studio Kehren, 1936 Archives Jacques Pessis

Texte : Katia Barillot

28.04.23

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !