©Onii-San

En haut de la rue des Archives, un peu avant la rue de Bretagne, cette petite table nippone que nous avons visité le 10 juillet, après le confinement, propose de réjouissants tapas.

Déco : Elégante et chaleureuse, la décoration signée par le cabinet d’architecture Ucrhonia fait mouche. Les murs en pierres apparentes contrastent avec un autre mur fait d’accumulation de vases anciens. Les assises en cuir brun devant les tables noires et le large comptoir en marbre blanc sont confortables et posées sur un sol de ciment brut.

Ambiance : Intimiste avec juste ce qu’il faut de sophistication. La jeune équipe qui s’active autour des tables est aux petits soins. Bonne « vibe ».

Cuisine : Sur le modèle des izakaya (bistrot en japonais), on déguste de moyennes portions de délicieux mets twistés d’un trait d’inspiration espagnole et arrosées d’une belle sélection de sakés, bières, thé ou vins naturels.

Aux fourneaux : Issac Romero (ex- Holiday Café) et Risa Ichimaru (ex- Abri Soba) règnent ici en maîtres. Le tandem prépare ses plats avec des produits ultra-frais selon l’arrivage du jour.

La commande : Salade de pêches blanches, katsuobushi (lamelles de bonite séchée), salicorne croquante / Tartare de thon gras avec œufs de truite, crème de wasabi et sauce ponzu assaisonnée de yuzu et jalapeno/ Assiette de maki au thon et au saumon/ Toro thon Katsu/ Tarte Tatin sésame noir et crème crue.

Est-ce bon ? Délicieux, délicat. Les saveurs salées, acidulées, sucrées explosent en bouche. Le tout est équilibré. Les plats sont interprétés avec justesse.

Quelle table ? La table du milieu à droite, pour 2 personnes. Placée en face du mur en pierre, dos aux vases en porcelaine, elle est positionnée entre deux tablées de 4.

Les clients : Des jeunes marchands d’art, des fines gueules du quartier et d’ailleurs, des modeux.

Onii – San
82, Rue des Archives, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12h00 à 14h30 puis de 19h00 à 23h00
Tel : 01 45 35 14 60

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Onii-San

06.10.20

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

À un pâté de maison du métro Saint-Paul, se cache une petite pépite du nom d’Ajia (阿 姊 仔) qui, en mandarin signifie « grande sœur ». C’est l’histoire de Kay et Gregory, un couple qui s’est formé sur les bancs d’HEC et qui, depuis 2017, partagent son amour de la cuisine taïwanaise, de plus en plus en vogue à Paris et dans le Marais.

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !