La voie de chemin de fer, 07h00, 25 février 2012, ©Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London

Initialement prévue du 25 février au 17 mai 2020 L’exposition Nocturnes à la Fondation Henry Cartier Bresson présente une sélection inédite d’images prises par l’artiste, à Marseille, à Paris et en Afrique.

La nuit et son mystère voilà le sujet de prédilection de Marie Bovo.

Ce moment qui nous plonge dans les ténèbres quand on est hors de son halo, qui révèle le feu sous la cocotte et parfois le manque d’eau ou d’électricité.

C’est ce champ que la plasticienne nous donne à voir quand ses prises de vues dissèquent les espaces intermédiaires dépeuplés.

Comme ce campement de roms, sur une voie de chemin de fer et à première vue, vidés de ses occupants mais pourtant emplis de leur présence.

Il en est de même au Ghana quand la pénombre laisse entrevoir la charge du foyer dévolu aux femmes et les objets du quotidien abandonnés à la faveur de la nuit.

A Alger aussi les fenêtres des immeubles, à l’air inoccupé apportent malgré les multiples rideaux épais, des traces de vie.

Véritable théoricienne du quotidien, la photographe, entichée de grands formats qu’elle présente systématiquement en série, capture l’intime sous lumière naturelle sans se déparer de la politesse du regard.

Toujours son travail photographique (argentique) ou vidéo est abordé avec délicatesse.

L’exposition réalisée en collaboration avec la galerie Kamel Mennour présente 35 tirages de grand format de 5 séries différentes ainsi que 2 films.

Du 25 février au 23 août

Attention bon plan : la Fondation HCB prolonge jusqu’au mercredi 15 juillet l’offre d’une entrée au tarif réduit (5€) pour visiter les expositions Marie Bovo – Nocturnes- et Marie Franck – Face à face.

Marie Bovo
Nocturne
Fondation Henri Cartier-Bresson
79, rue des Archives, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 11h à 19h
Tel : 01 40 61 50 50

Alger 22h05, le 9 novembre 2013, ©Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London

Cour intérieure, 17 février 2009, ©Marie Bovo

Texte : Katia Barillot

 07.07.20

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !