Construit en 1615 à la demande de Louis XIII ce marché dans lequel on vendait des volailles, du gibier et autres denrées servait à approvisionner le Marais et la place Royale, l’actuelle place des Vosges.

En 1772 on baptise « marché des enfants rouges » cette halle en bois de 2000 m2, équipée d’un puits et d’une étable. Une référence à l’orphelinat que Marguerite de Navarre (sœur de François Ier) avait ouvert, non loin de là, en 1534  et dont les jeunes pensionnaires étaient vêtus de l’habit rouge, signe de charité chrétienne.

Fermé en 1994 le plus ancien marché couvert de Paris a failli se transformer en parking, du temps où Jacques Chirac officiait à la mairie de Paris.

Mais grâce à une campagne menée par le réalisateur Bernard Tavernier et quelques maraisiens il a rouvert en novembre 2000.

Désormais cet édifice qui vient de fêter ses 400 ans est le lieu de rencontres gustatives de toutes sortes.

Ici, deux maraîchers (dont l’un, bio), deux fleuristes, un fromager, un caviste à la sélection bien sentie, ou encore l’un des rares poissonniers du 3e arrondissement, proposent de quoi remplir son panier à provision.

Côté restaurants, il y a l’embarras du choix : cuisine française ou d’ailleurs. On vient du quartier mais aussi de loin pour s’installer, aux coudes à coudes, à une table et échanger dans toutes les langues autour d’un colombo de poulet, délicieusement parfumé, d’un coucous à se damner, un hamburger ou d’autres délices italiens ou libanais.

Et on ne se lasse pas du petit corner japonais qui propose des bento ultra frais, inventifs et aussi authentiques qu’à Tokyo ou de l’Estaminet où l’on se jette sur les légumes frais et les cochonnailles de Savoie.

Seul point noir les toilettes pas toujours impeccables. Dommage !

Le Marché des enfants rouges
39 rue de Bretagne, 75003 Paris
Du mardi au Samedi de 8h à 20h30
Du dimanche de 8h30 au 17h

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Notre-Dame : bienvenue dans la crypte

Notre-Dame : bienvenue dans la crypte

Il y a Notre-Dame, la cathédrale, toujours en chantier. Et, juste à côté, la crypte archéologique de l’Ile de la Cité qui, après un an de travaux consécutifs à l’incendie du 15 avril 2019, rouvre ses portes. On y descend par le parvis de la cathédrale pour se plonger dans 2000 ans d’histoire.

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Dans la continuité de la rue des Quatre Fils, après le croisement avec la rue Vielle du Temple, se profile la rue de la Perle. Après avoir pris un café au bistro du coin, servi par Eric, Didier, Magid ou Maximus, enfilons donc cette rue de la Perle dont le nom provient, selon certains, d’un jeu de Paume…

Les rêveries d’un promeneur confiné : De Michel-le-Comte aux Quatre Fils

Les rêveries d’un promeneur confiné : De Michel-le-Comte aux Quatre Fils

Transportons-nous à la fin du dix-neuvième siècle. Le cocher du fiacre qui nous a véhiculés nous à déposés à l’adresse que nous lui avions indiqué. Nous le payons, il vérifie et déclare : «Ça fait la rue Michel». Cette expression typique de l’argot de sa profession signifie «Ça fait le compte» ou plus exactement…

OU MANGER ? LES DERNIERS ARTICLES
 
Marlette Marais, bien plus que délicieux

Marlette Marais, bien plus que délicieux

Envie de booster vos défenses immunitaires sans culpabiliser ? Courez goûter la nouvelle carte gourmande du café Marlette Marais. L’histoire de Marlette en une minute chrono : deux sœurs, Margot et Scarlette, élevées au grand air de l’île de Ré aux bons produits locaux et aux recettes maison, ont commencé par créer des préparations bio…

Onii-San, délicieusement authentique

Onii-San, délicieusement authentique

En haut de la rue des Archives, un peu avant la rue de Bretagne, cette petite table nippone que nous avons visité le 10 juillet, après le confinement, propose de réjouissants tapas nippones.

Le Beef, un steakhouse pour faim de loup

Le Beef, un steakhouse pour faim de loup

En ces temps de récession mondiale liée à la Covid19, quand on apprend qu’un nouveau restaurant ouvre dans le Marais on se réjouit d’avance. Et l’on se rend ventre à terre dans l’habituellement très fréquentée rue des Rosiers pour s’attabler à la terrasse du Beef.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Marlette Marais, bien plus que délicieux

Marlette Marais, bien plus que délicieux

Envie de booster vos défenses immunitaires sans culpabiliser ? Courez goûter la nouvelle carte gourmande du café Marlette Marais. L’histoire de Marlette en une minute chrono : deux sœurs, Margot et Scarlette, élevées au grand air de l’île de Ré aux bons produits locaux et aux recettes maison, ont commencé par créer des préparations bio…

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

Horace : Où est le mâle ?!

Horace : Où est le mâle ?!

Horace, c’est l’unique boutique parisienne où trouver tous les “Essentiels de soins pour mecs”. C’est ainsi que se définit Horace, marque de cosmétiques pour homme fondée par deux garçons dans le vent, Marc Briant-Terlet et Kim Mazzilli, lassés de ne trouver aucun produit de soin…

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This