Des restaurants. Des marchands (de fruits et légumes, de fromages, de poissons, de fleurs…). Et un magasin de photos. Le tout adossé à Comme un roman, l’une des plus belles librairies parisiennes, sur la rue de Bretagne. Bref, des nourritures pour le corps et pour l’esprit. Autrement dit : un parfait résumé du Marais.

Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans la capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

©Le Marais Mood

Et dire ce qui est le plus ancien marché couvert de Paris a failli se transformer en parking… C’était du temps où Jacques Chirac officiait à la mairie de Paris. Après sa fermeture en 1994, la municipalité entend réaliser une juteuse opération immobilière pour y garer des voitures sur plusieurs étages ! Un deuxième « assassinat de Paris » (*) en somme, après celui, en 1971, des pavillons Baltard aux Halles, sous la présidence Pompidou.

©Le Marais Mood

Heureusement, après une campagne menée par le réalisateur Bernard Tavernier et des maraisiens raisonnables, il rouvre en novembre 2000, près de quatre cents ans après sa création. Construit en 1615 à la demande de Louis XIII, le marché sert alors à approvisionner le Marais et l’aristocratique place Royale, l’actuelle place des Vosges.

Voilà 250 ans, on baptise cette halle en bois, équipée d’un puits et d’une étable « marché des enfants rouges ». Une référence à l’orphelinat que la sœur de François Ier avait ouvert, non loin de là, en 1534, et dont les pensionnaires étaient vêtus de rouge.

Entrée du Marché des Enfants-Rouges, en 1907, Houbron

Intérieur du Marché des Enfants-Rouges, en 1907, Houbron

Le marché est aujourd’hui un incontournable du Marais, au même titre que le musée Picasso ou la Place des Vosges. Un « must see » pour les touristes qui apprécient d’y côtoyer des habitants du quartier venus s’approvisionner en fromages, fruits et légumes, viandes, poissons et fleurs dans un harmonieux melting-pot.

Côté restauration, il y a l’embarras du choix : cuisine française ou d’ailleurs, l’offre est large. Chez Taeko, les délicieux bentos nous transportent à Tokyo. Juste à côté, l’afro-antillais Corossol propose d’excellents accras, des bokits ou encore des yassas poulets. Au Burger fermier, même les Américains reconnaissent que de ce côté-ci de l’Atlantique, on sait faire ! Juste en face, voici Alain Miam-Miam et ses légendaires sandwiches pantagruéliques.

©Le Marais Mood

Plus loin encore, le Traiteur marocain – une affaire familiale tenue par des gens d’Agadir – fait les bons comptes des plus jeunes : à dix euros le tagine de poulet et 13 le couscous royal, on mange pas cher, bon et équilibré. Et chez Bio Wagner, le long d’une des deux entrées à droite, tout est « organic ». Il y a aussi un Italien, de bonne réputation, un Libanais et une poignée d’autres adresses, françaises.

©Le Marais Mood

Aux Enfants du Marché, Mika, arrivé voilà six ans, a installé la réputation de son comptoir gastronomique où l’on mange pour 30 ou 60 euros, ou davantage, selon les vins (bio ou nature). Ce parigot né dans le quartier de halles résume ainsi son ambition : « Perpétuer la tradition du marché comme elle existait autrefois dans aux halles de Paris [avant leur transfert à Rungis]. »

Juste à côté et dans la même gamme de prix, The Butcher of Paris – qui fête ses deux ans – ressuscite la tradition des « joyeux bouchers de la Villette » chère à Boris Vian. Ici, on peut acheter sa viande et l’emporter chez soi ou la consommer sur place.

©Le Marais Mood

Ici on prépare et on cuit la viande sur place. Et les clients mangent sur des billots qui font office de table. La barbaque arrive directement de producteurs français, tout comme les vins, choisis par le patron. Bref, ça sent bon le terroir. A une table, Matt, un habitué américain qui vit à Paris et bosse dans la finance n’en revient pas de tant de génie tricolore : « La France, c’est formidable. Le marché des Enfants Rouges, c’est exceptionnel. Je traverse régulièrement la Seine depuis le 7e arrondissement pour venir jusqu’ici. C’est génial ! »

Moins géniaux sont toutefois les W.-C. du marché, loin d’être impeccables. Ni la mairie ni les commerçants du marché ne jugent utile de les hisser au niveau de l’offre commerciale par ailleurs sans défaut, ou presque. Étrange…

(*) L’expression est de l’historien français Louis Chevalier (1911-2001), auteur de L’Assassinat de Paris (Editions Ivrea) qui compare la disparition du marché des halles à un homicide sur la capitale.

Le Marché des enfants rouges
39 rue de Bretagne, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 8h à 20h30
Le dimanche de 8h30 à 17h

©Le Marais Mood

Texte : Axel G

07.05.24

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

C’est un endroit net et bien cadré comme une photo argentique. Normal, dira-t-on, puisque ce café-restaurant possède aussi une partie librairie dédiée à la photographie avec des ouvrages de qualité, parfois rares – sélectionnés par des commissaires différents comme Christine Barthe la responsable photo…

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

On se sent immédiatement bien chez Bonnard où l’on est accueilli par Elise, la maîtresse de maison franco-américaine, chic et décontractée, dans un décor où le bois et la pierre prédominent. C’est que, ici, tout est naturel : la déco, les gens, les vins bios, la cuisine de saison. Bienvenue, donc, rue…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

La liste conduite par Raphaël Glucksmann arrive en tête dans les deux arrondissements du Marais avec 29,41 % dans le 3e arrondissement et 29,41 % dans le 4e. Elle est aussi victorieuse dans le 2e, 5e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 18e.

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

C’est un endroit net et bien cadré comme une photo argentique. Normal, dira-t-on, puisque ce café-restaurant possède aussi une partie librairie dédiée à la photographie avec des ouvrages de qualité, parfois rares – sélectionnés par des commissaires différents comme Christine Barthe la responsable photo…

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Le marché de la seconde main a toujours eu ses fans. Il y a cependant vintage et vintage. Du sweat-shirt vendu au poids à la pièce rare restaurée, il y a un monde. C’est la mode du second hand, qui rejoint aujourd’hui les préoccupations environnementales. Surtout, c’est un moyen de se composer des looks uniques à bon prix.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !