Construit en 1615 à la demande de Louis XIII ce marché dans lequel on vendait des volailles, du gibier et autres denrées servait à approvisionner le Marais et la place Royale, l’actuelle place des Vosges.

En 1772 on baptise « marché des enfants rouges » cette halle en bois de 2000 m2, équipée d’un puits et d’une étable. Une référence à l’orphelinat que Marguerite de Navarre (sœur de François Ier) avait ouvert, non loin de là, en 1534  et dont les jeunes pensionnaires étaient vêtus de l’habit rouge, signe de charité chrétienne.

Fermé en 1994 le plus ancien marché couvert de Paris a failli se transformer en parking, du temps où Jacques Chirac officiait à la mairie de Paris.

Mais grâce à une campagne menée par le réalisateur Bernard Tavernier et quelques maraisiens il a rouvert en novembre 2000.

Désormais cet édifice qui vient de fêter ses 400 ans est le lieu de rencontres gustatives de toutes sortes.

Ici, deux maraîchers (dont l’un, bio), deux fleuristes, un fromager, un caviste à la sélection bien sentie, ou encore l’un des rares poissonniers du 3e arrondissement, proposent de quoi remplir son panier à provision.

Côté restaurants, il y a l’embarras du choix : cuisine française ou d’ailleurs. On vient du quartier mais aussi de loin pour s’installer, aux coudes à coudes, à une table et échanger dans toutes les langues autour d’un colombo de poulet, délicieusement parfumé, d’un coucous à se damner, un hamburger ou d’autres délices italiens ou libanais.

Et on ne se lasse pas du petit corner japonais qui propose des bento ultra frais, inventifs et aussi authentiques qu’à Tokyo ou de l’Estaminet où l’on se jette sur les légumes frais et les cochonnailles de Savoie.

Seul point noir les toilettes pas toujours impeccables. Dommage !

Le Marché des enfants rouges
39 rue de Bretagne, 75003 Paris
Du mardi au Samedi de 8h à 20h30
Du dimanche de 8h30 au 17h

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Victor Hugo, la star de la place des Vosges

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la...

Le petit Turenne, gloire du Marais… et de la France

C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa...

OU MANGER ? LES DERNIERS ARTICLES
 

Capitaine, un restaurant amarré au Marais

Il ne faut pas confondre « un » capitaine avec « le » capitaine. Ni avec Capitaine (c majuscule). Le premier est un officier de marine tandis que le deuxième est un poisson à chair blanche. Le troisième est, quant à lui, un restaurant qui a jété l’ancre dans le...

Ai’s Bento, la Chine en toute simplicité

On oublie parfois que le plus ancien quartier chinois de Paris se trouve non pas dans le 13e arrondissement, derrière la Place d’Italie, mais bien dans le Marais. Dès 1906, des commerçants de la région de Wenzhou s’installent dans les rues au Maire, du Temple et des...

Le riz dans tous ses états

Ce n’est pas un hasard si le riz est la première céréale consommée dans le monde. Ce formidable aliment, jadis critiqué pour son prétendu manque de noblesse, présente de nombreuses qualités. Pour commencer, il ne faire pas grossir. De plus, il constitue une source...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Duren : des sacs japonais qui emballent les modeuses

Label japonais épris de simplicité et d’épure, Duren est née dans la ville impériale de Kyoto. Depuis, cette jeune marque de maroquinerie de luxe s’est fait connaitre avec ses collections unisexe et exclusives taillées dans un "alliage" innovant: cuir fin et de...

Le look de Murielle

MURIELLE Reine des lionnes Elle est apparue traversant le boulevard Beaumarchais telle une créature mythologique. Altière, elle portait sa crinière de lionne comme une couronne de métal précieux. Mi-Vénus africaine mi-Karaba (la sorcière de Kirikou), elle a déclaré...

Le Point-Virgule : comment tout a commencé…

Marie-Caroline Burnat est une maraisienne passionnée. Ex directrice du Point Virgule (de 1993 à 2007) et découvreuse de talents (Florence Foresti, Chantal Ladesou, Jean-Marie Bigard, Pierre Palmade, Élie Kakou etc.), elle parcourt le Marais depuis quatre décennies à...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This