Photos : Mao dumpling bar

Nous pourrions être sur le boulevard du Bund à Shanghai ou bien dans une petite rue du Chinatown de New York, mais nous sommes tout simplement à Paris, dans le Marais, rue de Saintonge, près de la rue de Bretagne.

Ouvert fin 2019 (juste avant le confinement : pas de chance…), le Mao Dumpling Bar est un peu « l’adresse du moment », avec son influence hip-hop et sa faune cool et hétéroclite.

Mao dumpling bar

Comme son nom l’indique (dumpling), on mange ici des raviolis, mais pas que. Il y en a sept sortes, servies par huit, au prix de 10 à 11€ : OG Jiaozi (porc ciboulette), Cheezy Jiaozi (même chose mais avec du cheddar et de l’emmental), Veggie, Chicken, Sichuan Shuijoa, Mixtes et Dumpling du moment.

À quoi s’ajoutent les autres plats maison : poulet frit à la taïwanaise (10€), tofu à la sauce soja épicée et porc haché sur un bol de riz (8€), aubergine chinoise sautée façon Hongshao (8€). La bière pression est chinoise (Tsingtao) ou japonaise (Asahi). Il y a aussi des cocktails et deux desserts au choix.

Mao dumpling bar

Bref, c’est festif. Et la bande musicale rap, juste assez forte pour apporter de l’énergie mais sans empêcher la conversation, contribue à booster la positive énergie de cette gargote postmoderne aux néons rouges et au rideau de bambou siglé Supreme.

Avant de partir, on jette un dernier regard au maneki neko, ce chat porte-bonheur qui fait coucou avec la patte. On pioche un bonbon au lait dans le bocal du comptoir. Et on tire son chapeau à Adrien Zheng, un enfant du quartier, où se trouve, rappelons-le, le Chinatown historique de Paris, du côté d’Arts-et-Métiers. Ceci explique sans doute cela.

Mao dumping Bar
(Pas de réservation)
28 rue de Saintonge, Paris 75003
Mardi à vendredi de 12h à 15h30 et de 19h à 22h30
Samedi et dimanche de 12h à 22h30
Tél. : 01 45 35 27 98

Mao dumpling bar

Texte : Katia Barillot

04.02.22

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

À un pâté de maison du métro Saint-Paul, se cache une petite pépite du nom d’Ajia (阿 姊 仔) qui, en mandarin signifie « grande sœur ». C’est l’histoire de Kay et Gregory, un couple qui s’est formé sur les bancs d’HEC et qui, depuis 2017, partagent son amour de la cuisine taïwanaise, de plus en plus en vogue à Paris et dans le Marais.

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !