Dans le jardin du Carnavalet
LES JARDINS d’OLYMPE

Les jardins d’Olympe, musée Carnavalet, © Anaïs Costet

Après les nourritures de l’esprit, les nourritures terrestres !

En rouvrant ses portes après quatre années de travaux, le musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, a inauguré, côté rue des Francs-Bourgeois, un restaurant en plein air (qui prendra ses quartiers d’hiver en intérieur) dans le plus bel écrin possible : des jardins à la française.

Les Jardins d’Olympe -c’est son nom- réinvente l’idée du pique-nique, avec service au comptoir dans des boîtes empilables à emporter à tables (il y a 250 places assises en tout).

La carte est végétarienne, parfois vegan ou sans gluten et issue de l’agriculture raisonnée. Disons-le, c’est une réussite… que l’on doit à une équipe presque exclusivement féminine. La cheffe Chloé Charles, une ancienne de « Top chef », signe la carte issue à 100% de l’agriculture raisonnée et de saison.

Andréa Sham est aux commandes de la partie sucrée tandis que la mixologue Camille Vidal se charge des cocktails. Quand la styliste Marine Serre habille les serveurs et serveuses.

Au menu : salade fraîche (tomates datterino à l’hibiscus) ; salade douce (courgettes poêlées, pois chiches, noisettes), salade relevée (pommes de terre, concombre, céleri branche).
En dessert : pavlova aux mûres, lavande, choux à la crème de camomille, madeleines coquillages avec coque en chocolat noir etc.

En journée, tous les plats, sucrés ou salés, sont à 9€. Le soir, menu trois plats 27€.

Le décorateur François Champsaur, lui, apporte sa fameuse « touch » et ajoute au décor grand siècle un air de palais d’été romain avec un mobilier en châtaigner et de gigantesques pots en terre, pleins d’herbes aromatiques.

Les Jardins d’Olympe
16 Rue des Francs Bourgeois, 75004 Paris
Du mardi au dimanche de 12h à 18h – 19h à 2h
Tél : 06 04 55 01 06

Au Centre de danse du Marais
GRAND COEUR

Grand Coeur, cour du centre de danse du Marais, photo : Grand coeur (Instagram)

Dans la cour pavée du centre de danse du Marais et du Café de la gare (rue du Temple, 4e), Grand Cœur a déjà fait ses preuves. Mais on y retourne volontiers le temps d’un déjeuner d’affaire ou d’un tête à tête en amoureux dans cette cour classée.

Si dans la salle il règne une ambiance chaleureuse et design : murs en pierres apparentes, tables de marbre, grands miroirs, on apprécie aussi, en terrasse, la cuisine du chef Juan Fernando Barajas.

La carte, à mi-chemin entre le bistrot et le restaurant gastronomique, aux inspirations françaises et latino construite avec Mauro Calagreco, le chef du trois-étoiles le Mirazur à Menton a de nombreux adeptes.

Le menu exigeant et végétaliste (abondance de légumes) s’appuie sur des produits de saison avec une ambition zéro déchet. Velouté de petits pois 14€, ceviche de daurade 22€, petits farcis de légumes méditerranéens 25€, demi-coquelet jaune 27€, poisson de ligne 33€, tarte aux fraises et rhubarbes 15€…

L’adresse est appréciée mais aussi pour son calme et sa cohabitation avec l’univers des artistes, danseurs ou comédiens, qui vont et viennent à leurs séances de répétition. Que des bonnes ondes !

Grand Coeur
41 Rue u Temple, 75004 Paris
Du lundi au dimanche de 12h 14h30 – de 19h15 à 22h30
Tél : 01 58 28 18 90

Dans la cour du Crédit municipal
GRIFFON

Griffon, cour du Crédit municipal, photo : Griffon (Instagram)

Parsemée de plantes vertes et de vieilles enseignes, la cour de 80 m2 du Crédit municipal (le premier établissement de prêt sur gage, communément surnommé « Chez ma tante ») abrite depuis bientôt deux ans le café-restaurant Griffon. On y trouve une sélection de soupes maison, sandwichs, tartines, snacks, salades et desserts, tous travaillés et cuisinés sur place.

Croque-monsieur ou tartine végétarienne ou salade de quinoa à 13€. Quiche du moment 11,50€. Dessert à partir de 3,50€.

On se sent comme chez soi dans ce lieu vivant et sans prétention et joliment décoré ou l’on vient pour boire un verre, bruncher ou déjeuner, voire travailler avec son ordinateur portable.

Cerise sur le gâteau : la terrasse donne sur l’un des derniers vestiges du Paris médiéval : un bout de l’ancien mur d’enceinte de Philippe Auguste, construit au XIIIe siècle et détruit en 1535.

Griffon
55 Rue des Francs Bourgeois, 75004 Paris
Du mercredi au dimanche de 10h à minuit
Fermé le lundi et le mardi
Tél : 01 43 36 98 37

Texte : Katia Barillot

23.07.21

 

POUR PRENDRE SOIN DE VOUS, C’EST PAR ICI

Crush test : top 3 des piscines

Crush test : top 3 des piscines

Avec les vacances d’été qui approchent, quoi de mieux que quelques séances de natation pour se façonner un summer body ? Hélas, le Marais ne possède sur son territoire qu’une piscine, celle de Saint-Merri, face à Beaubourg (4e). Heureusement, deux bassins ne sont pas loin…

Les péchés capitaux de l’hôtel Sinner

Les péchés capitaux de l’hôtel Sinner

Au moins, les choses sont claires. Avec un nom pareil, le Sinner, c’est-à-dire le pécheur (et non pas le pêcheur à la ligne), est une claire incitation à commettre le péché charnel. A l’heure du Covid, la chose demeure envisageable car cet hôtel luxe, glamour et mystérieux, demeure ouvert pendant la pandémie.

S’initier au bien-être holistique au centre « 11h11 »

S’initier au bien-être holistique au centre « 11h11 »

Depuis quelques mois, les centres de soins « holistiques » se multiplient pour répondre à un besoin d’équilibre intérieur et extérieur, de rituels de beauté qui réconfortent, soignent et privilégient le bien-être global. Mais où trouver un lieu qui rassemblerait autour du mieux-être pour tous ?

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Aspasia Krystalla, © Le Marais MoodAujourd’hui dans moderne on reçoit Marie papillon. Cette maraisienne occupe une fonction prestigieuse : elle est Présidente du Comité Professionnel des Galeries d’Art et est galeriste elle-même. Elle nous reçoit dans sa galerie situé...

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Contrairement à la célèbre goélette fantôme du même nom (retrouvée au large des Açores en 1872, avec sa cargaison mais sans son équipage), le Mary Céleste est toujours habité. Loin d’être abandonné, ce bar à cocktails ne désemplit pas, probablement grâce au savant dosage…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This