Salle du bistrot de la Place (g.), « Le fondant de boeuf (mijoté pendant 6 heures), accompagné de sa purée maison » (dr.) – © Anaïs Costet

Avec son air villageois au cœur de Paris, la place du Marché-Sainte-Catherine est irrésistible. « Le Marais, c’est fabuleux parce que, bien souvent, on s’y croit à la campagne », dit Rémy Guilbert. Patron du Bistrot de la place depuis trente ans, il a ouvert ici son établissement, dans une ancienne boucherie, avec l’idée de préserver un certain esprit rural.

C’est réussi. Son établissement chaleureux cultive une certaine idée de « la campagne à Paris », avec un décor d’auberge campagnarde, des plats de terroir généreusement servis et des vins de propriétaires. Chez Rémy et Gorette, sa femme brésilienne originaire de Saõ Luis (dans le Nordeste), on sert du pot-au-feu, de la blanquette de veau et du fondant de bœuf, agrémentés de crus de Loire ou du Sud-Ouest et de tartes tatins.

Saucisse aligot, hamburger frites et coktails au bistrot de la Place – © Anaïs Costet

Ici pas d’entourloupe : tous les plats – à partir de 17 euros – sont de saisons et faits maison, y compris les desserts – sauf les glaces italiennes qui viennent de la maison Raimo -. Le Bistrot de la place, que l’on aperçoit dans une scène des Petits mouchoirs avec Gilles Lellouche, joue la carte de l’authenticité. Pour la petite histoire, cette sincérité provient d’une trajectoire singulière : « Autrefois, j’ai travaillé dans le cinéma en tant que traiteur. Or sur les tournages, la cantine est considérée comme un rouage essentiel de la production auquel les syndicats ont d’ailleurs imposé d’inclure entrée, plat, fromage et dessert. Pas de film réussi sans bonne cantine, dit-on… »

Profiteroles à la sauce chocolat – © Anaïs Costet

On retrouve ce bon sens paysan à la table du Bistrot de la place, dont le propriétaire chérit l’âme parisienne par-dessus tout. « Le paradoxe, dit ce natif de Saint-Brévin près de Nantes, c’est que, aujourd’hui le vrai esprit village avec ses commerçants de proximité et ses petits bistrots se trouve dans des grandes villes ; pas dans les campagnes qui ressemblent désormais à des zones industrielles où les gens achètent leur baguette dans des hypermarchés. Le monde à l’envers ! » Que lui et sa femme veulent, avec simplicité et bonne humeur, remettre à l’endroit.

Bistrot de la Place
2, place du Marché Sainte-Catherine, 75004 Paris
Du lundi au dimanche de 09h00 à 00h00
Tel : 01 42 78 21 32

Salle du bistrot de la Place – © Anaïs Costet

Texte : Katia Barillot

04.03.22

Restaurant Horiz, quand le riz fait « bing »

Restaurant Horiz, quand le riz fait « bing »

Il existe presque autant de variétés de riz que de jours dans l’année : 360 ! Et tous cumulent les qualités qui font la richesse de cette céréale : énergétique, sans gluten, source de fibres, de vitamines et régulatrice du transit intestinal.

Restaurant Têt : une pépite avec la « Vietnam touch »

Restaurant Têt : une pépite avec la « Vietnam touch »

Têt est ce qu’au Marais Mood, on appelle une pépite. Une fois franchi le seuil, on plonge dans un univers. Celui du Vietnam d’aujourd’hui, dans une jolie salle ornée d’un mur végétal où tout tient en équilibre harmonieux. La déco est à la hauteur du service qui est au diapason de la bande-son « chill »…

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Discret, d’une élévation d’âme rare et un tantinet rêveur, Adolfo Kaminsky, s’est éteint à Paris à l’âge de 97 ans, le 9 janvier. Photographe, résistant et faussaire de génie, ce natif de Buenos Aires, où il était né en 1925, s’engage dans la Résistance à l’âge de 17 ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !