Salle du bistrot de la Place (g.), « Le fondant de boeuf (mijoté pendant 6 heures), accompagné de sa purée maison » (dr.) – © Anaïs Costet

Avec son air villageois au cœur de Paris, la place du Marché-Sainte-Catherine est irrésistible. « Le Marais, c’est fabuleux parce que, bien souvent, on s’y croit à la campagne », dit Rémy Guilbert. Patron du Bistrot de la place depuis trente ans, il a ouvert ici son établissement, dans une ancienne boucherie, avec l’idée de préserver un certain esprit rural.

C’est réussi. Son établissement chaleureux cultive une certaine idée de « la campagne à Paris », avec un décor d’auberge campagnarde, des plats de terroir généreusement servis et des vins de propriétaires. Chez Rémy et Gorette, sa femme brésilienne originaire de Saõ Luis (dans le Nordeste), on sert du pot-au-feu, de la blanquette de veau et du fondant de bœuf, agrémentés de crus de Loire ou du Sud-Ouest et de tartes tatins.

Saucisse aligot, hamburger frites et coktails au bistrot de la Place – © Anaïs Costet

Ici pas d’entourloupe : tous les plats – à partir de 17 euros – sont de saisons et faits maison, y compris les desserts – sauf les glaces italiennes qui viennent de la maison Raimo -. Le Bistrot de la place, que l’on aperçoit dans une scène des Petits mouchoirs avec Gilles Lellouche, joue la carte de l’authenticité. Pour la petite histoire, cette sincérité provient d’une trajectoire singulière : « Autrefois, j’ai travaillé dans le cinéma en tant que traiteur. Or sur les tournages, la cantine est considérée comme un rouage essentiel de la production auquel les syndicats ont d’ailleurs imposé d’inclure entrée, plat, fromage et dessert. Pas de film réussi sans bonne cantine, dit-on… »

Profiteroles à la sauce chocolat – © Anaïs Costet

On retrouve ce bon sens paysan à la table du Bistrot de la place, dont le propriétaire chérit l’âme parisienne par-dessus tout. « Le paradoxe, dit ce natif de Saint-Brévin près de Nantes, c’est que, aujourd’hui le vrai esprit village avec ses commerçants de proximité et ses petits bistrots se trouve dans des grandes villes ; pas dans les campagnes qui ressemblent désormais à des zones industrielles où les gens achètent leur baguette dans des hypermarchés. Le monde à l’envers ! » Que lui et sa femme veulent, avec simplicité et bonne humeur, remettre à l’endroit.

Bistrot de la Place
2, place du Marché Sainte-Catherine, 75004 Paris
Du lundi au dimanche de 09h00 à 00h00
Tel : 01 42 78 21 32

Salle du bistrot de la Place – © Anaïs Costet

Texte : Katia Barillot

04.03.22

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

À un pâté de maison du métro Saint-Paul, se cache une petite pépite du nom d’Ajia (阿 姊 仔) qui, en mandarin signifie « grande sœur ». C’est l’histoire de Kay et Gregory, un couple qui s’est formé sur les bancs d’HEC et qui, depuis 2017, partagent son amour de la cuisine taïwanaise, de plus en plus en vogue à Paris et dans le Marais.

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Dîner royal (et étoilé) chez « Anne »

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !