Gauche : Fontaine du passage des Singes, 6, rue des Guillemites, IVe, 1911
Droite : Vieille maison, 6, rue de Fourcy, IVe, 1910,
© Paris Musées / musée Carnavalet – Histoire de Paris

Impossible de ne pas être ému par les 150 sublimes clichés du vieux Paris signés Eugène Atget (1857-1927) et exposés jusqu’au 19 septembre à la fondation Henri Cartier-Bresson, rue des Archives. Une chose est sûre : il ne faut rater à aucun prix cet accrochage bouleversant sobrement intitulé « Voir Paris », qui offre un aperçu fascinant de l’atmosphère poétique de la capitale voilà cent ans.

Un coin de l’entrepôt de Bercy, rue Léopold, XIIe, 1913 © Paris Musées / musée Carnavalet – Histoire de Paris

Cabaret de l’Homme armé, 25, rue des Blancs-Manteaux, IVe, septembre 1900
© Paris Musées / musée Carnavalet – Histoire de Paris

Photographe majeur, Atget, que Raymond Depardon appelle « notre grand-père à tous », se tourne à 30 ans vers la photographie après une carrière de marin et d’acteur. Il commence alors son grand œuvre : de 1897 à sa mort en 1927, il immortalise l’espace urbain qu’il explore systématiquement trente années durant.

Le résultat c’est une phénoménale collection documentaire sur Paris, ses quartiers, ses rues, ses hôtels particuliers, ses petits métiers : 30.000 images en tout, dont une bonne partie appartient au fond du musée Carnavelet (d’autres appartiennent à des collections privées américaines).

Un coin du pont Marie, IVe, 1921
© Paris Musées / musée Carnavalet – Histoire de Paris

Le Marais figure au cœur du travail d’Eugène Atget. La fondation Henri Cartier Bresson a donc choisi de montrer, pour notre plus grand plaisir, des images des rues de Fourcy, Charlemagne, de Jarente, des Franc-Bourgeois, des Guillemites, des Ursins, de l’Avé-Maria, de Turenne, des Blancs Manteaux, sans oublier l’hôtel de Sens et de la place du Marché Sainte-Catherine. Toutes révèlent un aspect du quartier et « l’humeur » du Marais – ou plutôt : le Marais Mood – à l’époque.

« Eugène Atget, Voir Paris » (jusqu’au 19 septembre) à la fondation Henri Cartier-Bresson constitue le pendant de l’exposition « Revoir Paris », consacrée à Henri Cartier-Bresson, au musée Carnavalet (jusqu’au 31 octobre).

Eugène Atget
Voir Paris
Fondation Henri Cartier-Bresson
Jusqu’au 19 septembre 2021
79, rue des Archives, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 11h à 19h
Tel : 01 40 61 50 50

Texte : Axel G.

 07.07.21

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les meilleurs salons de tatouages du Marais

Les meilleurs salons de tatouages du Marais

Le tatouage, pratique millénaire, a longtemps été l’apanage des repris de justice, des dockers, de la pègre et des marins. S’il s’est démocratisé, touchant désormais tous les profils et concernant un français sur cinq, dont 16% de femmes contre 10% d’hommes, il reste encore tabou en raison de son caractère définitif et transgressif.

Piccola Mia, les pizzas de la République

Piccola Mia, les pizzas de la République

Sur la place de la République vient d’ouvrir une brasserie aux accents italiens, qui a rapidement fait oublier l’ancienne Pizza Pino. Bienvenue chez Piccola Mia, fruit de la rencontre joyeuse entre le chef Italien Denny Imbroisi, le pizzaïolo Julien Serri et le mixologue Matthias Giroud qui signe une carte de cocktails créative.