Restaurant Anne – Le Pavillon de la Reine

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

Ce qui est le cas : inauguré en 2018, « Anne » a décroché sa première étoile Michelin quelques mois plus tard seulement. Et lors d’un dîner intime, un soir de mars, on comprend mieux pourquoi. De A à Z, c’est un sans-faute.

Tout commence dans les murs du Pavillon de la Reine, du nom de l’hôtel cinq étoiles où se trouve la table d’Anne, comme dans un manoir, on découvre Anne après avoir traversé une petite cour déjà fréquentée par les mousquetaires de Louis XIII.

Cour du Pavillon de la Reine

Dans le petit salon, à gauche de l’entrée, crépite un feu de bois. A droite, c’est le restaurant dont le décor feutré de bibliothèque abrite huit tables et une vingtaine de couverts. Simple et chaleureux, l’accueil – ainsi que le service – est généreux et attentif. Ce qui, comme on sait, est la signature du vrai luxe.

Quant au repas c’est un feu d’artifice. Des exemples ? En voici plusieurs. Commençons par le commencement. En entrée : un tartare de Saint-Jacques, pommes granny et céleri, émulsion réglisse et caviar golden ou ce foie gras accompagnant un artichaut confit en barigoule avec un soufflé contemporain qui, lui aussi, vaut son pesant de louis d’or (ou d’euros ; 60 pour être précis).

Ce soir-là, le dîner en tête-à-tête se poursuit, pour l’un, avec une sole amandine, daïkon glacé au soja, palourde et crémeux citron (80 euros) et, pour l’autre, par une selle d’agneau, marjolaine, mille-feuille de pomme de terre et scamorza (65 euros). Et en dessert : une merveilleuse orange givrée, sablé breton et crème diplomate à la fleur d’oranger (18 euros). D’une originalité rare ! 

Saint-Jacques, pommes verte et céleri, émulsion réglisse et caviar golden – Restaurant Anne, Pavillon de la Reine

Le tout, arrosé d’une belle succession de vins parfaitement assortis : du champagne brut rosé Bollinger, avec sa belle longueur en bouche et ses bulles fines au parfum de fruits rouges sauvages, l’exquis rouge Crozes Hermitage de Yann Chave, du Vouvray moelleux Clos du Bourg, un vin blanc Chateau Estanilles inverso 2015 aux notes fraiches, des crus qui ont de la personnalité. 

Un vrai banquet, en somme, joyeux et parfaitement dosé. Les convives des tables voisines eux aussi affichaient tous un air comblé, visiblement satisfaits de voir la gastronomie française déployer ses ailes grâce au chef, Mathieu Pacaud.

Ce dernier a de qui tenir. Son père Bernard Pacaud préside, depuis quatre décennies, aux destinées du triple étoilé L’Ambroisie, de l’autre côté de la place des Vosges. Bon sang ne saurait mentir !

Pacaud  chef du restaurant Anne, Pavillon de la Reine

 Anne au Pavillon de la Reine
28 place des Vosges, 75003 Paris
Du mercredi au samedi de 12h30 à 14h00 et de 19h – 22h00
Le dimanche de 12h30 à 14h00 
Tel : 01 40 29 19 19 

Texte : Katia Barillot

26.03.22

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

Chez Ajia, comme à Taïwan… mais dans le Marais

À un pâté de maison du métro Saint-Paul, se cache une petite pépite du nom d’Ajia (阿 姊 仔) qui, en mandarin signifie « grande sœur ». C’est l’histoire de Kay et Gregory, un couple qui s’est formé sur les bancs d’HEC et qui, depuis 2017, partagent son amour de la cuisine taïwanaise, de plus en plus en vogue à Paris et dans le Marais.

Guide Michelin 2022 : deux nouveaux étoilés dans le Marais

Guide Michelin 2022 : deux nouveaux étoilés dans le Marais

Depuis le 22 mars, Le Marais compte deux nouveaux restaurants étoilés – sur lesquels Le Marais Mood avait d’ailleurs attiré l’attention ces derniers mois. Parmi les 49 nouveaux lauréats français du Guide Michelin 2022 se trouvent en effet L’Auberge Nicolas Flamel, rue de Montmorency, et Ogata, temple de…

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !