Restaurant Anne – Le Pavillon de la Reine

Mais qui est donc cette « Anne » dont tout le monde dit tant de bien ? C’est Anne d’Autriche ! L’épouse de Louis XIII, dont la statue équestre trône au milieu de la place des Vosges, et la mère du Roi Louis XIV. Avec un tel pedigree, il fallait que le restaurant qui porte son nom, au numéro 28, de la place des Vosges soit à la hauteur.

Ce qui est le cas : inauguré en 2018, « Anne » a décroché sa première étoile Michelin quelques mois plus tard seulement. Et lors d’un dîner intime, un soir de mars, on comprend mieux pourquoi. De A à Z, c’est un sans-faute.

Tout commence dans les murs du Pavillon de la Reine, du nom de l’hôtel cinq étoiles où se trouve la table d’Anne, comme dans un manoir, on découvre Anne après avoir traversé une petite cour déjà fréquentée par les mousquetaires de Louis XIII.

Cour du Pavillon de la Reine

Dans le petit salon, à gauche de l’entrée, crépite un feu de bois. A droite, c’est le restaurant dont le décor feutré de bibliothèque abrite huit tables et une vingtaine de couverts. Simple et chaleureux, l’accueil – ainsi que le service – est généreux et attentif. Ce qui, comme on sait, est la signature du vrai luxe.

Quant au repas c’est un feu d’artifice. Des exemples ? En voici plusieurs. Commençons par le commencement. En entrée : un tartare de Saint-Jacques, pommes granny et céleri, émulsion réglisse et caviar golden ou ce foie gras accompagnant un artichaut confit en barigoule avec un soufflé contemporain qui, lui aussi, vaut son pesant de louis d’or (ou d’euros ; 60 pour être précis).

Ce soir-là, le dîner en tête-à-tête se poursuit, pour l’un, avec une sole amandine, daïkon glacé au soja, palourde et crémeux citron (80 euros) et, pour l’autre, par une selle d’agneau, marjolaine, mille-feuille de pomme de terre et scamorza (65 euros). Et en dessert : une merveilleuse orange givrée, sablé breton et crème diplomate à la fleur d’oranger (18 euros). D’une originalité rare ! 

Saint-Jacques, pommes verte et céleri, émulsion réglisse et caviar golden – Restaurant Anne, Pavillon de la Reine

Le tout, arrosé d’une belle succession de vins parfaitement assortis : du champagne brut rosé Bollinger, avec sa belle longueur en bouche et ses bulles fines au parfum de fruits rouges sauvages, l’exquis rouge Crozes Hermitage de Yann Chave, du Vouvray moelleux Clos du Bourg, un vin blanc Chateau Estanilles inverso 2015 aux notes fraiches, des crus qui ont de la personnalité. 

Un vrai banquet, en somme, joyeux et parfaitement dosé. Les convives des tables voisines eux aussi affichaient tous un air comblé, visiblement satisfaits de voir la gastronomie française déployer ses ailes grâce au chef, Mathieu Pacaud.

Ce dernier a de qui tenir. Son père Bernard Pacaud préside, depuis quatre décennies, aux destinées du triple étoilé L’Ambroisie, de l’autre côté de la place des Vosges. Bon sang ne saurait mentir !

Pacaud  chef du restaurant Anne, Pavillon de la Reine

 Anne au Pavillon de la Reine
28 place des Vosges, 75003 Paris
Du mercredi au samedi de 12h30 à 14h00 et de 19h – 22h00
Le dimanche de 12h30 à 14h00 
Tel : 01 40 29 19 19 

Texte : Katia Barillot

26.03.22

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Piccola Mia, les pizzas de la République

Piccola Mia, les pizzas de la République

Sur la place de la République vient d’ouvrir une brasserie aux accents italiens, qui a rapidement fait oublier l’ancienne Pizza Pino. Bienvenue chez Piccola Mia, fruit de la rencontre joyeuse entre le chef Italien Denny Imbroisi, le pizzaïolo Julien Serri et le mixologue Matthias Giroud qui signe une carte de cocktails créative.

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !