Parisiennes citoyennes !, musée Carnavalet, photo : Axel G.

Voici une exposition qui mettra tout le monde d’accord : les féministes de l’école Élisabeth Badinter, les néoféministes tendance Sandrine Rousseau et, même, les féministes contrariés qui se croient parfois antiféministes. Sans oublier – on allait les oublier – les hommes. Il y a quelque chose d’implacablement factuel dans « Parisiennes citoyennes, engagements pour l’émancipation des femmes », formidable exposition retrace « la longue marche » de l’autre sexe de 1789 à nos jours (au musée Carnavalet, dans le Marais, à Paris, jusqu’au 29 janvier 2023).

Conçue de façon chronologique, elle présente des documents, des photos, des affiches, des sculptures, des tableaux, des vidéos et même un fascinant extrait de film muet et misogyne (à moins que…) des années 1910 qui imagine l’enfer de la vie masculine si les rôles des hommes et des femmes étaient inversés.

Parisiennes citoyennes !, musée Carnavalet, photo : Axel G.

La visite commence par un exemplaire original du Code civil Napoléon de 1804 ouvert à la page « Des droits et des devoirs respectifs des époux ». Après le traditionnel « la femme doit obéissance à son mari » (article 213), on apprend aussi que « la femme adultère sera condamnée à la réclusion dans une maison de correction, pour un temps déterminé, qui ne pourra être moins de trois mois, ni excéder deux années » (article 298).

Juste à côté : un projet de loi (jamais voté) portant sur « l’interdiction d’apprendre à lire aux femmes. » Et aussi, ce manifeste visant à empêcher la pratique du travestissement, lié au fait que certaines femmes se déguisait en homme pour pouvoir jouir des mêmes libertés qu’eux (comme en Afghanistan aujourd’hui). En 1895, le combat féministe passe par le vélo : les femmes revendiquent le droit de porter une culotte de bicyclette (un exemplaire d’époque se trouve en vitrine), nettement plus pratique que la robe pour circuler sur deux roues.

Parisiennes citoyennes !, musée Carnavalet, photo : Axel G.

L’exposition évoque le parcours de nombreuses femmes libres, pionnières de leur propre cause : la sculptrice Camille Claudel, Mme Petit, première femme avocate ou encore Séverine, reporter à La Fronde, journal édité par une équipe exclusivement féminine, Simone Veil, Simone de Beauvoir, etc. L’entre-deux-guerres fait la place belle aux coups d’éclat de Louise Weiss dont l’agit-prop passe, en 1936, par l’interruption de la circulation du Royale (ce qui crée un sacré embouteillage) et l’envahissement du champ de courses lors du Grand Prix à Longchamp.

Plus loin, un journal ironie sur « tout ce que, en France, une femme ne peut pas faire » : « voter à une élection, obtenir un passeport sans autorisation, s’habiller en homme, rendre justice, remplir de hautes fonctions, quitter le domicile conjugal ». Et le journal de conclure « Mais elle pourrait être guillotinée… »

Il est aussi question du « MLF » (mouvement de libération de la femme) des années 1970 et de mille autres épisodes dans cette fresque réjouissante et pleine d’optimisme qui dessine une épopée.

Parisiennes citoyennes
Musée Carnavalet
23, rue de Sévigné, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Fermés les lundis.
Tél : 01 44 59 58 58

Parisiennes citoyennes !, musée Carnavalet, photo : Axel G.

Texte : Axel G. – Instagram

21.10.22

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

La liste conduite par Raphaël Glucksmann arrive en tête dans les deux arrondissements du Marais avec 29,41 % dans le 3e arrondissement et 29,41 % dans le 4e. Elle est aussi victorieuse dans le 2e, 5e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 18e.

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

C’est un endroit net et bien cadré comme une photo argentique. Normal, dira-t-on, puisque ce café-restaurant possède aussi une partie librairie dédiée à la photographie avec des ouvrages de qualité, parfois rares – sélectionnés par des commissaires différents comme Christine Barthe la responsable photo…

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Le marché de la seconde main a toujours eu ses fans. Il y a cependant vintage et vintage. Du sweat-shirt vendu au poids à la pièce rare restaurée, il y a un monde. C’est la mode du second hand, qui rejoint aujourd’hui les préoccupations environnementales. Surtout, c’est un moyen de se composer des looks uniques à bon prix.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !