Photos : Bouillon République

On s’est (enfin) attablé au Bouillon République sans avoir fait la moindre queue. Par quel miracle ? Nous avons choisi notre moment : un dimanche soir pluvieux de janvier à 19 heures. À cette heure-là : zéro attente. Autrement, depuis son inauguration en septembre dernier, l’établissement aux 480 couverts sur deux étages, ne désemplit pas. En témoigne la file d’attente quotidienne qui démarre dès 19 heures 45.

Disons-le franchement : nous n’espérions pas grand-chose de notre soirée, subodorant plutôt un « piège à gogos ». Nous avions tort. Surprise totale, notre « expérience Bouillon » fut au contraire une réussite de A à Z. Le succès du lieu – qui a remplacé l’historique brasserie alsacienne Chez Jenny – ne tient pas à un effet de mode mais bien à une formule mûrement pensée et à un rapport qualité-prix imbattable.

Bouillon République

Commençons par le décor. Malgré des travaux de rénovation, les nouveaux propriétaires ont préservé l’âme du lieu en sauvegardant les vieux panneaux en bois ornés de bas-reliefs. Bien joué. Le service, ensuite : hyper sympa, décontracté, rapide, sans chichi. Pro et sans prise de tête, en somme. Enfin, l’essentiel, c’est-à-dire l’assiette : rien à redire non plus

Les poireaux vinaigrette à 3,40€ ? Impeccable, surtout à ce prix-là ! Les œufs mayonnaises à 1,90€ ? Il ravit les budgets étudiants. La choucroute traditionnelle « Jenny » – hommage à l’ancien proprio – à 9,80€ ? Très bien également. De son côté, la soupe à l’oignon gratinée au Cantal à 8,50€ fait aussi l’affaire. Alors, tant qu’on y était, on s’est offert, en rab, une assiette de frites à 2,50€.

Bouillon République

En dessert, les profiteroles, glace au lait, chocolat chaud à 4,50€ nous tendaient les bras. Et elles n’ont pas déçu. Résultat : un sans-faute, avec une addition plus que raisonnable à 37€ pour deux (sans le vin). On est ressorti repu. Il était 20 heures. Dehors, sur le boulevard du Temple, la file d’attente s’étirait déjà sur une dizaine de mètres. Maintenant, on sait pourquoi.

Bouillon République
(Pas de réservation)
39, boulevard du Temple, Paris 75003
Tous les jours de midi à minuit
Tél. : 01 42 59 69 31

Bouillon République

Texte : Katia Barillot

11.01.22

Bistronomie : Des gars dans la cuisine

Bistronomie : Des gars dans la cuisine

Il suffit de gravir deux marches pour se sentir hors du monde. Très légèrement perché à l’aplomb de la rue Vieille du Temple depuis 2008, Des gars dans la cuisine procure cette impression agréable de flotter au-dessus de la Terre. Installé sur des chaises d’écolier hollandais dans ce restaurant qui pratique…

Resto : « la collective parisienne » la joue collectif

Resto : « la collective parisienne » la joue collectif

Déjeuner pour 8 euros dans le Marais, c’est possible ! Au cœur de Paris, tout près du métro Saint Paul, se trouve l’une des tables les plus abordables de l’Ile-de-France : La collective parisienne. Comme son nom le suggère : il s’agit d’un café solidaire, c’est-à-dire un établissement associatif, sans but lucratif…

À la table de Nicolas Flamel !

À la table de Nicolas Flamel !

A l’annonce du départ de l’excellent Alan Geaam, qui avait déserté l’auberge Nicolas Flamel voilà un an, certains craignaient de se retrouver Gros-Jean comme devant, selon l’expression médiévale. Mais la désillusion fut de courte durée : le chef étoilé franco-libanais a eu la bonne idée d’installer…

EN CE MOMENT SUR
LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This