C’est ici, au 56 rue de Turenne, juste à côté de l’école primaire Turenne, que vécut l’écrivain, poète et dramaturge

Paul Scarron, écuyer et seigneur de Fougerest, Beauvais et La Rivière.

Contemporain du règne de Louis XIII et du début de celui de Louis XIV, son ouvrage le plus connu est Le Roman comique.

Religieux défroqué, ce Maraisien grivois est aussi un grand consommateur d’opium.

Selon la légende, il devint handicapé à la suite d’un bain glacé dans la Seine alors qu’il était ivre. Plus vraisemblablement son infirmité tenait à une maladie inflammatoire de la colonne vertébrale.

Quoi qu’il en soit Scarron tient salon dans son hôtel particulier du Marais.

En 1652, il épouse Françoise d’Aubigné une orpheline très pauvre. Agée de seize ans, elle est sa cadette de vingt cinq ans.

Le couple reçoit le Tout-Paris. Les beaux esprits se pressent rue de Turenne. Parmi eux : Madame de La Fayette, Madame de Montespan (maîtresse de Louis XIV), Ninon de Lenclos, L’abbé Choisy,  le maréchal d’Albret, le comte de Grammont, les Scudéry etc.

A sa mort, Scarron est inhumé à l’église Saint-Gervais, dans l’actuel 4ème arrondissement, tout près de la Seine.

Sa veuve est alors âgée de vingt cinq ans. Neuf ans plus tard, la voici gouvernante des enfants illégitimes du roi et de madame de Montespan. Entre temps elle se retire au couvent des Hospitalières de la place Royale, au numéro 35, de l’actuelle rue des Tournelles.

Après la mort de la reine Marie-Thérèse d’Autriche et la disgrâce de madame de Montespan, la veuve Scarron devient Madame de Maintenon, à la suite de l’achat du château du même nom.

Elle épouse en secret Louis XIV.

Devenue dévote et austère, elle est très influente auprès du roi vieillissant.

Peu aimée de la famille royale, de la cour et du peuple, on lui prête d’avoir poussé Louis XIV à la révocation de l’Edit de Nantes (qui accordait la liberté de culte aux protestants) en 1685.

Une décision considérée comme l’une des erreurs de son règne.

En 1715, quelques jours avant la mort du roi, Madame de Maintenon s’installe dans la Maison royale de Saint-Louis, le pensionnat qu’elle a créé en 1686 en vue d’éduquer les jeunes filles nobles et désargentées. Elle y meurt le 15 avril 1719.

La Maintenon aurait aussi incité le roi à mettre en chantier le Code noir, texte inique qui régit la vie des esclaves dans les colonies françaises.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

Comment le BHV est devenu tendance

Comment le BHV est devenu tendance

S’il y existe un indicateur fiable du pouvoir d’attraction de la « marque » Marais, c’est bien celui-ci : en 2013, le Bazar de l’Hôtel de Ville, ou BHV – l’un des grands magasins de référence à Paris, avec Le Bon Marché et les Galeries Lafayette – a choisi de se rebaptiser « BHV Marais » pour mieux se positionner « dans la tendance ».

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Il s’en passe des choses quand les Maraisiens ont tourné le dos ! Dommage pour ceux qui étaient déjà partis en vacances mais les jeunes mariés Ben Affleck et Jennifer Lopez ont profité de l’absence d’une partie des Parisiens pour visiter le Marais. Samedi 23 juillet l’illustre couple était au musée Picasso…

Atelier 440,  let the music play !

Atelier 440, let the music play !

Au rez-de-chaussée d’un immeuble du haut Marais, la terrasse du café-restaurant Le Progrès ne désemplit pas. Mais deux étages plus haut, c’est un tout autre univers. Ici, bien loin de la foule bruyante, se retrouvent, dans une ambiance cosy, des passionnés de musique, de composition et de production musicale.

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !