C’est ici, au 56 rue de Turenne, juste à côté de l’école primaire Turenne, que vécut l’écrivain, poète et dramaturge

Paul Scarron, écuyer et seigneur de Fougerest, Beauvais et La Rivière.

Contemporain du règne de Louis XIII et du début de celui de Louis XIV, son ouvrage le plus connu est Le Roman comique.

Religieux défroqué, ce Maraisien grivois est aussi un grand consommateur d’opium.

Selon la légende, il devint handicapé à la suite d’un bain glacé dans la Seine alors qu’il était ivre. Plus vraisemblablement son infirmité tenait à une maladie inflammatoire de la colonne vertébrale.

Quoi qu’il en soit Scarron tient salon dans son hôtel particulier du Marais.

En 1652, il épouse Françoise d’Aubigné une orpheline très pauvre. Agée de seize ans, elle est sa cadette de vingt cinq ans.

Le couple reçoit le Tout-Paris. Les beaux esprits se pressent rue de Turenne. Parmi eux : Madame de La Fayette, Madame de Montespan (maîtresse de Louis XIV), Ninon de Lenclos, L’abbé Choisy,  le maréchal d’Albret, le comte de Grammont, les Scudéry etc.

A sa mort, Scarron est inhumé à l’église Saint-Gervais, dans l’actuel 4ème arrondissement, tout près de la Seine.

Sa veuve est alors âgée de vingt cinq ans. Neuf ans plus tard, la voici gouvernante des enfants illégitimes du roi et de madame de Montespan. Entre temps elle se retire au couvent des Hospitalières de la place Royale, au numéro 35, de l’actuelle rue des Tournelles.

Après la mort de la reine Marie-Thérèse d’Autriche et la disgrâce de madame de Montespan, la veuve Scarron devient Madame de Maintenon, à la suite de l’achat du château du même nom.

Elle épouse en secret Louis XIV.

Devenue dévote et austère, elle est très influente auprès du roi vieillissant.

Peu aimée de la famille royale, de la cour et du peuple, on lui prête d’avoir poussé Louis XIV à la révocation de l’Edit de Nantes (qui accordait la liberté de culte aux protestants) en 1685.

Une décision considérée comme l’une des erreurs de son règne.

En 1715, quelques jours avant la mort du roi, Madame de Maintenon s’installe dans la Maison royale de Saint-Louis, le pensionnat qu’elle a créé en 1686 en vue d’éduquer les jeunes filles nobles et désargentées. Elle y meurt le 15 avril 1719.

La Maintenon aurait aussi incité le roi à mettre en chantier le Code noir, texte inique qui régit la vie des esclaves dans les colonies françaises.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Le quartier juif du Marais à Paris

Le quartier juif du Marais à Paris

Dès le XIIIe siècle, le Marais abrite une communauté juive qui s’y maintient jusqu’à son expulsion au XIVe siècle. Fuyant la misère et les persécutions, les juifs des pays de l’Est et ceux de l’Alsace s’y installent au XIXe siècle. Autour de la rue des rosiers et de la place Saint-Paul rebaptisée Pletz…

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Né en 1802, Victor Hugo devient un écrivain social, un dramaturge, un poète, un romancier et un dessinateur romantique. Surnommé l’homme-océan puis l’homme-siècle, c’est une personnalité politique et un intellectuel engagé. Il rencontre le succès avec Notre-Dame-de-Paris en 1831 et avec les Misérables en 1862.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !