Cour de l’hôtel de Beauvais, photo : Mbzt

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

Façade de l’hôtel de Beauvais, photo : Mbzt

Nous sommes en 1655. Anne d’Autriche, jeune veuve avec ados à charge, à peine remise des soubresauts de la Fronde et alors que la France est encore en guerre avec son Espagne natale, s’inquiète pour l’avenir du royaume. Et de ses deux garçons.

Petit flash-back : Anne a été mariée à 14 ans au jeune Louis XIII. Or ce dernier a mis vingt-trois ans à mettre Anne enceinte du futur Roi Soleil. Aussi, cette dernière veut s’assurer que son rejeton, futur CEO de la petite start-up des Bourbons créée en 1589 par Henri IV, assurera la relève. Elle s’angoisse d’autant plus que le « plan B », son fils cadet, semble déjà avoir la même orientation sexuelle que son défunt papa.

Portrait d’Anne d’Autriche, par Rubens en 1625, musée du Louvre.

Afin de s’assurer que l’aîné des héritiers puisse se reproduire à gogo avec n’importe quelle femme, sans risque d’y mettre du sentiment, la reine contacte la plus laide de ses suivantes, sa première femme de chambre, Catherine Bellier. Dite « Cateau la Borgnesse », c’est elle qui se charge de dépuceler le jeune « Loulou » qui deviendra le PCR (non, on ne parle pas du test mais de son plan c** régulier) du jeune homme entre ses 14 et 16 ans.

La somptueuse demeure de la rue François Miron parvenue jusqu’à nous, construite sur les plans d’Antoine Le Pautre – premier architecte du Roi – avec les pierres destinées au palais du Louvre, est en fait une partie de la rémunération versée à « Cateau la Borgnesse » en échange de son dévouement. Simple roturière, elle verra aussi son mari promu baron avec château en province, pension de 2000 livres et droit d’assister au lever royal.

Gravure de Jean Marot montrant la façade d’origine de l’hôtel (vers 1660)

Si aucun portrait de « Catherine la coquine » n’est parvenu jusqu’à nous, d’aucuns prétendent que l’un des mascarons de la cour du palais la représente. Ceux figurant des lions et des béliers seraient une allusion directe aux services rendus par Madame Bellier au futur roi de France.

Mascarons sur l’hôtel de Beauvais, photo : GFreihalter

Détail amusant: c’est du balcon de ce palais que Cateau assiste en 1660, aux côtés d’Anne d’Autriche et de Mazarin, à l’entrée triomphale de Louis XIV au bras de sa nouvelle épouse, Marie-Thérèse d’Autriche, bientôt plus grande cocue de France, par la faute, peut-être, de « l’éducation Cateau » reçue pendant deux ans par le jeune Louis.

Mascarons sur l’hôtel de Beauvais, photo : GFreihalter

Aujourd’hui occupé par la cour administrative d’appel de Paris et merveilleusement restauré, l’hôtel de Beauvais qui a vu défiler bien des personnalités (Mozart, Christine de Suède) ouvre les portes de sa cour au public aux horaires de bureau. L’intérieur ne se visite pas.

Hôtel de Beauvais
68 Rue François Miron, 75004 Paris
Tel : 01 58 28 90 00

Texte : Arthur Goth-Moruzzi – Instagram

07.07.21

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Comment le BHV est devenu tendance

Comment le BHV est devenu tendance

S’il y existe un indicateur fiable du pouvoir d’attraction de la « marque » Marais, c’est bien celui-ci : en 2013, le Bazar de l’Hôtel de Ville, ou BHV – l’un des grands magasins de référence à Paris, avec Le Bon Marché et les Galeries Lafayette – a choisi de se rebaptiser « BHV Marais » pour mieux se positionner « dans la tendance ».

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Fondation jésuite, l’église Saint-Louis (aujourd’hui Saint-Paul-Saint-Louis) a été bâtie au XVIIe siècle. La « Compagnie de Jésus », fondée par saint Ignace de Loyola en 1539, s’installe à Paris au milieu du siècle, du côté de la Montagne-Sainte-Geneviève, puis ici, en 1580.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

Nous avons rencontré Lisa, coach sportive à Poses Studio, et testé l’une de ses séances d’entraînement. Nous en sommes ressortis épuisés mais revigorés ! Avant de partir, nous avons pu l’interroger sur le studio.

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

Quel rapport entre la musique rock et les crèmes glacées ? A priori aucun… sauf un certain François-Xavier Goudemand, un professionnel du marketing également fêlé de rock, hard-rock et métal, qui a publié Oh My Rock ! un livre sur l’origine des noms de 101 groupes de musiques publié en 2021.

Le salon Drawing Now fête sa 15ème édition au Carreau du Temple

Le salon Drawing Now fête sa 15ème édition au Carreau du Temple

Après deux ans d’absence, la plus grande foire de dessin contemporain d’Europe est de retour au Carreau du temple ! Le rendez-vous est un incontournable pour tout amateur d’art qui se respecte. Drawing Now accueille cette année plus de 300 artistes et pas moins de 2000 œuvres. Drawing Now…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This