Jusqu’au XIXe siècle, la rue de l’Hôtel-de-Ville, dans le 4e arrondissement, s’appelle rue de la Mortellerie. A l’époque, ce nom évoque les maçons parisiens, appelés morteliers. Ceux-ci s’y sont installés afin de réduire la pierre dure en poussière, pour en faire du ciment. La proximité de la Seine favorise leur installation dans ce lieu précis, car leur activité requiert une grande consommation d’eau.

Mais au cours de l’année 1832, une terrible épidémie de choléra, due à l’eau contaminée de la Seine, se propage dans la capitale. Elle cause la mort de plus de 19.000 personnes en quelques mois. La rue de la Mortellerie est la plus touchée de Paris. Près de 304 habitants sur 4.688 résidents sont emportés par la maladie.

Les riverains, superstitieux, s’interrogent: et si la dénomination de la rue était responsable de ce malheur? Une malédiction s’est-elle abattue sur eux? Ils finissent par demander à la mairie un changement de nom, après avoir signé une pétition. Et obtiennent gain de cause. Trois ans après l’épidémie de choléra, en 1835, la voie est rebaptisée rue de l’Hôtel-de-Ville.

Aujourd’hui, au n°95, on aperçoit encore, gravée au mur, l’inscription « rue de la Mortellerie »

Texte : Clara Mendy
Photos : ©Katia Barillot

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Victor Hugo, la star de la place des Vosges

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la...

Le petit Turenne, gloire du Marais… et de la France

C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les p’tits bijoux de l’Atelier Piou Piou

C’est une boutique de poche pas plus grande qu’une boite à bijoux, ce qui est d’une logique implacable : l’Atelier Piou Piou propose en effet des bijoux fantaisie, jolis et délicats, fabriqués sur place. D’un hobby, la création de bijoux, Xiaoquin et son mari Cyril...

Le look de Apple Chang

APPLE CHANGBassiste du groupe prairie wwww Lorsque nous avons croisé Apple Chang nous ne savions pas encore qu'elle était musicienne. Mais très vite nous avons appris que, le soir même, cette guitariste taïwanaise se produirait à Paris, du coté de Bastille, avec...

Eric Garandeau déroule son Tapis rouge dans le Marais

Auteur d’un premier roman désopilant, Tapis Rouge (Albin Michel), qui est un croisement entre OSS 117 et L’homme de Rio, qui aurait pour cadre le Festival de Cannes et l’Asie centrale, le très créatif Eric Garandeau n’est pas seulement un écrivain prometteur. A la...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This