Jusqu’au XIXe siècle, la rue de l’Hôtel-de-Ville, dans le 4e arrondissement, s’appelle rue de la Mortellerie. A l’époque, ce nom évoque les maçons parisiens, appelés morteliers. Ceux-ci s’y sont installés afin de réduire la pierre dure en poussière, pour en faire du ciment. La proximité de la Seine favorise leur installation dans ce lieu précis, car leur activité requiert une grande consommation d’eau.

Mais au cours de l’année 1832, une terrible épidémie de choléra, due à l’eau contaminée de la Seine, se propage dans la capitale. Elle cause la mort de plus de 19.000 personnes en quelques mois. La rue de la Mortellerie est la plus touchée de Paris. Près de 304 habitants sur 4.688 résidents sont emportés par la maladie.

Les riverains, superstitieux, s’interrogent: et si la dénomination de la rue était responsable de ce malheur? Une malédiction s’est-elle abattue sur eux? Ils finissent par demander à la mairie un changement de nom, après avoir signé une pétition. Et obtiennent gain de cause. Trois ans après l’épidémie de choléra, en 1835, la voie est rebaptisée rue de l’Hôtel-de-Ville.

Aujourd’hui, au n°95, on aperçoit encore, gravée au mur, l’inscription « rue de la Mortellerie »

Texte : Clara Mendy
Photos : ©Katia Barillot

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean “le Bon”, leur prisonnier depuis deux ans.

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

Beaucoup de Parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro. Et déplacés à 600…

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Aspasia Krystalla, © Le Marais MoodAujourd’hui dans moderne on reçoit Marie papillon. Cette maraisienne occupe une fonction prestigieuse : elle est Présidente du Comité Professionnel des Galeries d’Art et est galeriste elle-même. Elle nous reçoit dans sa galerie situé...

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Contrairement à la célèbre goélette fantôme du même nom (retrouvée au large des Açores en 1872, avec sa cargaison mais sans son équipage), le Mary Céleste est toujours habité. Loin d’être abandonné, ce bar à cocktails ne désemplit pas, probablement grâce au savant dosage…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This