Mais qui sont les « quatre-fils » qui ont donné leur nom à la rue qui relie celles des Archives et Vieille du Temple à la hauteur du café de la Perle ?

Ce sont les héros d’une légende du Moyen-âge, parvenue jusqu’à nous grâce à une chanson de geste connue dès le XVIe siècle dans une bonne partie de l’Europe.

Ils sont les fils du duc D’Aymon, un valeureux officier qui combattit les Sarrazins (en réalité, il s’agissait des Basques) aux côtés de Charlemagne

Pauvre et sans ressources, ce seigneur n’a pas les moyens d’offrir un cheval à chacun de ses quatre fils : Aalard, Renaud, Richard et Guichard.

Pour ces derniers, la frustration est grande car ils rêvent de devenir chevaliers.

Apparait un jour la fée Orlande. Elle dessine sur un mur un cheval et, lorsque les rayons du soleil effleurent le croquis, un cheval apparait par magie.

Ce destrier, appelé Bayard, devient le fidèle compagnon des quatre frères.

Sur le dos de leur monture exceptionnelle, ces garçons secourent la veuve et l’orphelin dans leur Languedoc natal.

Apprenant leurs exploits, Charlemagne demande à la fratrie de venir à Paris disputer une course de chevaux.

Bayard remporte facilement la compétition. Dès lors, Charlemagne veut acheter l’étalon. Mais les frères lui répondent : « Gardez votre or, nous nous contenterons de l’honneur ».

Mais on ne mécontente pas l’empereur sans courir à sa perte…

Charlemagne ordonne l’arrestation des quatre fils. Mais lorsque les soldats tentent de les capturer, Aalard, Renaud, Richard et Guichard s’enfuient sur leur monture magique.

Rejoint dans une impasse par les soldats, Bayard bondit et disparait avec les quatre frères… à travers un mur.

Les poursuivants sont stupéfaits : sur le mur ne reste qu’un dessin du cheval et de ses quatre cavaliers, les mystérieux et légendaires quatre fils…

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Victor Hugo, la star de la place des Vosges

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la...

Le petit Turenne, gloire du Marais… et de la France

C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Duren : des sacs japonais qui emballent les modeuses

Label japonais épris de simplicité et d’épure, Duren est née dans la ville impériale de Kyoto. Depuis, cette jeune marque de maroquinerie de luxe s’est fait connaitre avec ses collections unisexe et exclusives taillées dans un "alliage" innovant: cuir fin et de...

Le look de Murielle

MURIELLE Reine des lionnes Elle est apparue traversant le boulevard Beaumarchais telle une créature mythologique. Altière, elle portait sa crinière de lionne comme une couronne de métal précieux. Mi-Vénus africaine mi-Karaba (la sorcière de Kirikou), elle a déclaré...

Le Point-Virgule : comment tout a commencé…

Marie-Caroline Burnat est une maraisienne passionnée. Ex directrice du Point Virgule (de 1993 à 2007) et découvreuse de talents (Florence Foresti, Chantal Ladesou, Jean-Marie Bigard, Pierre Palmade, Élie Kakou etc.), elle parcourt le Marais depuis quatre décennies à...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This