Impossible d’évoquer Le Marais sans penser à la fameuse rue des Rosiers, l’une des plus connues du quartier. Symbole de l’histoire juive du Marais, elle se trouve au cœur du Pletzl (« petite place », en yiddish).

L’emplacement exact de cette place reste inconnu. Pour certains, elle se situe à l’emplacement du métro Saint-Paul ; pour d’autres, de la rue des Francs-Bourgeois et la rue de Rivoli.

Quoi qu’il en soit, cette artère doit son nom au tracé du mur d’enceinte de Philippe Auguste en contrebas duquel poussaient des rosiers.

Dès le XIIIème siècle la communauté juive trouve l’hospitalité en France et à Paris elle vit dans Le Marais.

Comme on le sait, la France est le premier pays d’Europe à reconnaître les personnes de confession juive en tant que citoyens à part entière, leur octroyant tous les droits civiques.

Synagogues, écoles confessionnelles et commerces casher s’assemblent et ressemblent à un petit Shtelt (village).

Puis par vagues successives les juifs ashkénazes fuyant les pogroms et les persécutions arrivent, en 1881, puis en 1900 jusqu’en 1914  de Roumanie, Autriche-Hongrie ou Russie. Encore une fois, c’est dans le Marais qu’ils s’ancrent.

L’expression yiddish « Men ist azoz wie Gott in Frankreich », c’est-à-dire « Heureux comme Dieu en France » (souvent traduit par heureux comme un Juif en France) se popularise.

Toutefois, Le Marais est un quartier insalubre, où prospèrent la pauvreté et la tuberculose. Après la Seconde guerre mondiale, des îlots entiers d’immeubles doivent être détruits.

Le plan de sauvegarde et de réhabilitation du Marais lancé par le ministre de la Culture André Malraux, en 1962, permet de sauver le quartier, qui échappe à la destruction.

Rue des Rosiers et ailleurs, des immeubles anciens, habités par des familles modestes, sont restaurés. Non loin du quartier juif, la restauration de l’Hôtel Salé dans les années 1970, puis l’ouverture du Musée Picasso en 1985, redynamisent le quartier.

Entre temps, au n°7, l’attentat terroriste de la rue des Rosiers, perpétré contre le restaurant Goldenberg, le 9 août 1982, cause la mort de six personnes. Vingt-deux autres sont blessées. Attribué à la mouvance terroriste palestinienne, ce massacre bouleverse la France.

Dans les années 1990, la sociologie évolue. Les épiceries, poissonneries et les librairies ferment et sont remplacées par des boutiques de prêt-à-porter branchées. 

« Gentrifié », le quartier perd certes un peu de son âme mais il attire toujours les touristes du monde entier. Car il conserve la mémoire d’une culture yiddish avec ses dernières devantures anciennes. Préservées elles perpétuent la mémoire du quartier.

D’ailleurs il est encore possible de trouver les meilleurs mets traditionnels, comme les apfel strudels (à la pâtisserie Finkelstajn), les hallots (brioches tressées pour le Shabba chez Murciano) et les falafels (L’As du falafel).

Résidant du quartier et professionnel de l’immobilier (Agence des Enfants rouges), Philippe Gaudry recommande trois institutions :  les deux boucheries de la rue des Ecouffes qui se font face aux numéros 6 et 7 de la rue l’une pour sa viande persillée, l’autre pour ses charcuteries et bien sûr le restaurant Marianne, célèbre pour sa cuisine d’Europe centrale.

Texte : Clara Mendy
Photos  : ©Katia Barillot

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean “le Bon”, leur prisonnier depuis deux ans.

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

Beaucoup de Parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro. Et déplacés à 600…

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Après la pandémie, où en sont les galeries ? (podcast)

Aspasia Krystalla, © Le Marais MoodAujourd’hui dans moderne on reçoit Marie papillon. Cette maraisienne occupe une fonction prestigieuse : elle est Présidente du Comité Professionnel des Galeries d’Art et est galeriste elle-même. Elle nous reçoit dans sa galerie situé...

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Bienvenue a bord du Mary Celeste

Contrairement à la célèbre goélette fantôme du même nom (retrouvée au large des Açores en 1872, avec sa cargaison mais sans son équipage), le Mary Céleste est toujours habité. Loin d’être abandonné, ce bar à cocktails ne désemplit pas, probablement grâce au savant dosage…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This