Le 13 janvier 1791, sous la Révolution, une loi paraît qui décrète la liberté des théâtres : tout un chacun peut désormais ouvrir en France une salle de spectacles et y donner les pièces de son choix – chose impensable sous la Monarchie.

Dans le Marais, la nouvelle est accueillie avec enthousiasme par quelques « gens de théâtre » éclairés, parmi lesquels figure Beaumarchais, l’illustre auteur du Barbier de Séville. Beaumarchais est une « célébrité » dans le quartier : il y habite depuis longtemps et a même, peu de temps avant la Révolution, fait bâtir son extraordinaire demeure, hélas disparue, le long du boulevard qui porte à présent son nom.

Les six acteurs-auteurs, avec à leur tête Langlois de Courcelles, un « transfuge » de la Comédie-Italienne, portent leur dévolu sur un terrain situé rue de Sévigné (à hauteur du n° 11). Ils acquièrent une partie de l’ancienne propriété de la famille Poulletier, confisquée à la Révolution et, sur l’emplacement, demandent à l’architecte Guillaume Trepsat, élève de Blondel, de bâtir un théâtre pouvant accueillir jusqu’à 1500 spectateurs.

Façade du théâtre Beaumarchais, ©Archives Nationales

Le chantier est lancé, financé par Beaumarchais, principal commanditaire. La construction est rapide : quelques mois après la promulgation de la loi, l’édifice est achevé – pour l’anecdote, on aurait réemployé ici des pierres de la Bastille.

Le bâtiment édifié par Trepsat obéit aux modes du temps : à l’intérieur, une grande salle à l’italienne, avec parterre, baignoires et balcons, accueille le public ; à l’extérieur, une façade blanche d’inspiration classique, avec pilastres et colonnes antiques, signale de loin l’édifice. Trepsat sait cependant se montrer original : il donne ainsi à ses fenêtres et à leurs garde-corps une forme ogivale, dite « à la cathédrale », empruntée au Moyen Âge.

Le jour de l’inauguration, le 31 août, c’est la Métromanie de Piron qui « ouvre le bal ». Par la suite, Beaumarchais y donne régulièrement plusieurs de ses œuvres. Il y crée également La Mère Coupable en août 1792.

Tant bien que mal, le « Théâtre du Marais » traverse la Révolution. C’est l’Empire qui provoque sa chute. En 1807, Napoléon rétablit l’ordre ancien : sauf huit salles de spectacles « officielles », tous les théâtres parisiens sont fermés. Le 11 rue de Sévigné devient alors une annexe de la Société des Pompes funèbres, qui occupe déjà le bâtiment adjacent (l’actuelle caserne des sapeurs-pompiers), puis un établissement de bains, cité d’ailleurs par Hugo dans Les Misérables. La salle à l’italienne est entretemps détruite ; seule la façade reste en place, très remaniée cependant, telle qu’on peut la voir encore aujourd’hui.

Le 11 rue de Sévigné aujourd’hui

 

Texte : Michel Setan – Instagram
Image de une : Portrait de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

07.09.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Charlot

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Charlot

A partir de la place de la République, empruntez le boulevard du Temple, prenez la première à droite et voici déjà la rue Charlot, une porte d’entrée dans le Marais parmi d’autres. Rue Charlot : le nom pourrait prêter à sourire mais ce Charlot-là était le sérieux fait...

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Béranger

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Béranger

Au temps du Covid-19, les rues vides du Marais ressemblent à un décor de science-fiction. Mais pour ceux qui n’y habitent pas et, aussi, pour les autochtones réfugiés à la campagne, le quartier reste encore accessible grâce au Marais Mood et… à Google Street View !...

La prison de la force

La prison de la force

A l’angle de la rue Malher et de la rue Pavée, le passant attentif aura peut-être remarqué quelques pierres dépassant étrangement du mur, comme en laisserait une construction inachevée. Ces blocs superposés au décor vermiculé sont en fait les vestiges d’un lieu...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Champop une galerie pleine de peps

Champop une galerie pleine de peps

Dans le Haut-Marais est installée Champop Galerie, un lieu inspiré d’un loft new-yorkais qui se consacre à l’art contemporain et plus particulièrement aux artistes Pop Art et Street Art. Ici la programmation est axée autour des stars du marché de l’art comme Andy...

Senteurs de fée, c’est magique

Senteurs de fée, c’est magique

Si l’on ne craignait pas le malentendu on affirmerait sans ambages que Katia Bielli est une sorcière. Mais comme nous savons à quel point ce mot discrédite les femmes puissantes et fait peur aux hommes comme aux enfants, nous diront que c’est une bonne fée. Véritable...

Quarante galeries en effervescence

Quarante galeries en effervescence

L’art, sous toutes ses formes, s’est confirmé comme une véritable médecine douce durant la période du confinement. Plus encore que d’habitude il a soigné le moral de milliards de terriens. Aussi est-il difficile d’ignorer que cette crise sanitaire a réveillé en nous...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

fr_FRFR
en_USEN fr_FRFR

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This