Portrait de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Le 13 janvier 1791, sous la Révolution, une loi paraît qui décrète la liberté des théâtres : tout un chacun peut désormais ouvrir en France une salle de spectacles et y donner les pièces de son choix – chose impensable sous la Monarchie.

Dans le Marais, la nouvelle est accueillie avec enthousiasme par quelques « gens de théâtre » éclairés, parmi lesquels figure Beaumarchais, l’illustre auteur du Barbier de Séville. Beaumarchais est une « célébrité » dans le quartier : il y habite depuis longtemps et a même, peu de temps avant la Révolution, fait bâtir son extraordinaire demeure, hélas disparue, le long du boulevard qui porte à présent son nom.

Les six acteurs-auteurs, avec à leur tête Langlois de Courcelles, un « transfuge » de la Comédie-Italienne, portent leur dévolu sur un terrain situé rue de Sévigné (à hauteur du n° 11). Ils acquièrent une partie de l’ancienne propriété de la famille Poulletier, confisquée à la Révolution et, sur l’emplacement, demandent à l’architecte Guillaume Trepsat, élève de Blondel, de bâtir un théâtre pouvant accueillir jusqu’à 1500 spectateurs.

Façade du théâtre Beaumarchais, ©Archives Nationales

Le chantier est lancé, financé par Beaumarchais, principal commanditaire. La construction est rapide : quelques mois après la promulgation de la loi, l’édifice est achevé – pour l’anecdote, on aurait réemployé ici des pierres de la Bastille.

Le bâtiment édifié par Trepsat obéit aux modes du temps : à l’intérieur, une grande salle à l’italienne, avec parterre, baignoires et balcons, accueille le public ; à l’extérieur, une façade blanche d’inspiration classique, avec pilastres et colonnes antiques, signale de loin l’édifice. Trepsat sait cependant se montrer original : il donne ainsi à ses fenêtres et à leurs garde-corps une forme ogivale, dite « à la cathédrale », empruntée au Moyen Âge.

Le jour de l’inauguration, le 31 août, c’est la Métromanie de Piron qui « ouvre le bal ». Par la suite, Beaumarchais y donne régulièrement plusieurs de ses œuvres. Il y crée également La Mère Coupable en août 1792.

Tant bien que mal, le « Théâtre du Marais » traverse la Révolution. C’est l’Empire qui provoque sa chute. En 1807, Napoléon rétablit l’ordre ancien : sauf huit salles de spectacles « officielles », tous les théâtres parisiens sont fermés. Le 11 rue de Sévigné devient alors une annexe de la Société des Pompes funèbres, qui occupe déjà le bâtiment adjacent (l’actuelle caserne des sapeurs-pompiers), puis un établissement de bains, cité d’ailleurs par Hugo dans Les Misérables. La salle à l’italienne est entretemps détruite ; seule la façade reste en place, très remaniée cependant, telle qu’on peut la voir encore aujourd’hui.

Le 11 rue de Sévigné aujourd’hui

 

Texte : Michel Setan – Instagram

07.09.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean « le Bon », leur prisonnier depuis deux ans.

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

Beaucoup de Parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro. Et déplacés à 600…

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Chocolat chaud dans le Marais : le Top 3

Chocolat chaud dans le Marais : le Top 3

C’est la boisson réconfortante par excellence ! Avec le retour du froid, le chocolat chaud est là pour revigorer les frileux. Mais attention, il y a chocolat chaud et chocolat chaud… Le Marais Mood est parti à la recherche des plus onctueux, des plus crémeux, des plus chocolatés.

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Avec ses paysages forestiers et minéraux composés à partir de carton, Éva Jospin, avec l’aimable autorisation de sa galerie Suzanne Tarasiève, plonge les visiteurs du Musée de la Chasse et de la Nature dans l’univers fantastique des jardins baroques du XVIIIe siècle.

Marais mode : Qu’est-ce qu’un bon jean ? (podcast)

Marais mode : Qu’est-ce qu’un bon jean ? (podcast)

Photos : Karolina Grabowska (droite) et Cottonbro (gauche)Roland Arnassalon est Directeur artistique chez Armorlux et a travaillé pour des marques de luxe, de prêt à porter, de fast-fashion mais aussi pour des marques emblématiques du jean. Ce spécialiste du denim va...

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This