C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa petite taille, qui rend son sujet plus vrai que nature, et par son emplacement.

A la différence des statues parisiennes, souvent placées en évidence dans des lieux fréquentés, cette statue se trouve en effet à un peu à l’écart, sur un simple trottoir d’un axe secondaire, près d’un banc, sous un arbre. En résulte un sentiment d’humanité et d’intimité avec ce personnage que l’on croise au quotidien sur le chemin de la boulangerie ou du métro.

Malgré son piédestal, ce Turenne enfant, nous parle à hauteur d’homme. Il nous tutoie et l’on s’est habitué à lui comme à un gamin du quartier. L’œuvre est signée Lucien Benoit Hercule (1846-1913), un artiste originaire de Toulon qui a travaillé pour l’Hôtel de Ville de Paris, ce qui l’a amené à réaliser cette statue.

Quant à Turenne, il est comme chacun sait (ou pas) un héros français. Né en 1611 à Sedan, Henri de La Tour d’Auvergne est passé à la postérité sous le nom de vicomte de Turenne. Ce militaire fut l’un des meilleurs généraux de Louis XIII, puis de Louis XIV. Figure populaire, stratège de talent, promu Maréchal de France en 1643 et maréchal général des camps et armées du roi en 1660, c’est une gloire militaire par excellence du Grand Siècle. En Allemagne, en Hollande, en Alsace, dans les Vosges, sur les Rhin, dans les Flandres, ses faits d’armes et victoires sont innombrables. C’est lui qui conquiert le Roussillon, ensuite annexé par Richelieu lors du traité des Pyrénées en 1659, agrandissant ainsi la France.

En 1652, Turenne remporte, tout près de l’emplacement de la statue, la fameuse Bataille du faubourg Saint-Antoine, devant la porte Saint-Antoine, à l’emplacement de l’actuelle place de la Bastille. Il vainc le prince de Condé qui menace alors le royaume dont le jeune roi Louis XIV n’a que quinze ans. Turenne est aussi un vrai « maraisien ». Il a longtemps habité dans un hôtel particulier, aujourd’hui disparu, de la rue de Turenne, entre les numéros 66 et 70.

Texte : Axel G.
Photos : ©Anaïs Costet

18.02.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir...

Victor Hugo, la star de la place des Vosges

Dans quelques semaines, la Maison de Victor Hugo, place des Vosges, fermera pour travaux pendant un an. Jusqu’à la mi-avril, il est donc encore temps de découvrir l’appartement du « grantécrivain » au deuxième étage de l’hôtel de Rohan-Guéménée, au numéro 6 de la...

Hôtel de Sully : le joyau de la rue Saint-Antoine

Rue Saint-Antoine, pile face au Monoprix, l’hôtel de Sully, du nom de son plus illustre propriétaire, est assurément l’un des plus remarquables bâtiments du Marais. Mais, mille fois hélas, ce joyau ne se visite pas : depuis 1967, il abrite le siège du Centre des...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Nelson Makamo, un certain regard sur l’enfance

Connaissez-vous Nelson Makamo ? Dans le cas contraire, cette lacune peut facilement être comblée. Une galerie maraisienne expose ce Sud-africain qui a fait la une de Time Magazine. Après l’hebdomadaire américain et aussi après l'animatrice-productrice Oprah Winfrey...

Jil Sander la reine du minimum dans le Marais

La marque allemande s'installe à Saint Paul dans un loft lumineux, le temps de refaire une beauté à sa boutique de l'avenue Montaigne. C’est l'occasion pour les fashionistas du Marais de (re)découvrir la mode ultra chic de la défunte créatrice dont le surnom disait...

Musée Picasso : Laurent Le Bon, un « boss » hors normes

À la tête du musée Picasso depuis 2014, Laurent Le Bon est l’une de ces personnalités typiquement françaises qui font la fierté du monde de la culture hexagonale. Major au concours des conservateurs de patrimoine, cet historien de l’art possède un CV long comme le...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This