C’est une statue ravissante, discrète et originale. Elle représente Turenne, mais Turenne enfant, la chevelure ondulante, une épée à la main et le soulier foulant un fut de canon. Au croisement des rues Debelleyme, de Normandie et de Turenne, ce bronze émeut par sa petite taille, qui rend son sujet plus vrai que nature, et par son emplacement.

A la différence des statues parisiennes, souvent placées en évidence dans des lieux fréquentés, cette statue se trouve en effet à un peu à l’écart, sur un simple trottoir d’un axe secondaire, près d’un banc, sous un arbre. En résulte un sentiment d’humanité et d’intimité avec ce personnage que l’on croise au quotidien sur le chemin de la boulangerie ou du métro.

Malgré son piédestal, ce Turenne enfant, nous parle à hauteur d’homme. Il nous tutoie et l’on s’est habitué à lui comme à un gamin du quartier. L’œuvre est signée Lucien Benoit Hercule (1846-1913), un artiste originaire de Toulon qui a travaillé pour l’Hôtel de Ville de Paris, ce qui l’a amené à réaliser cette statue.

Quant à Turenne, il est comme chacun sait (ou pas) un héros français. Né en 1611 à Sedan, Henri de La Tour d’Auvergne est passé à la postérité sous le nom de vicomte de Turenne. Ce militaire fut l’un des meilleurs généraux de Louis XIII, puis de Louis XIV. Figure populaire, stratège de talent, promu Maréchal de France en 1643 et maréchal général des camps et armées du roi en 1660, c’est une gloire militaire par excellence du Grand Siècle. En Allemagne, en Hollande, en Alsace, dans les Vosges, sur les Rhin, dans les Flandres, ses faits d’armes et victoires sont innombrables. C’est lui qui conquiert le Roussillon, ensuite annexé par Richelieu lors du traité des Pyrénées en 1659, agrandissant ainsi la France.

En 1652, Turenne remporte, tout près de l’emplacement de la statue, la fameuse Bataille du faubourg Saint-Antoine, devant la porte Saint-Antoine, à l’emplacement de l’actuelle place de la Bastille. Il vainc le prince de Condé qui menace alors le royaume dont le jeune roi Louis XIV n’a que quinze ans. Turenne est aussi un vrai « maraisien ». Il a longtemps habité dans un hôtel particulier, aujourd’hui disparu, de la rue de Turenne, entre les numéros 66 et 70.

Texte : Axel G.
Photos : ©Anaïs Costet

18.02.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean “le Bon”, leur prisonnier depuis deux ans.

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

Beaucoup de Parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro. Et déplacés à 600…

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le top 3 des terrasses cachées

Le top 3 des terrasses cachées

Après les nourritures de l’esprit, les nourritures terrestres ! En rouvrant ses portes après quatre années de travaux, le musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, a inauguré, côté rue des Francs-Bourgeois, un restaurant en plein air (qui prendra ses quartiers d’hiver en intérieur)…

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Après sept années de bons et loyaux services à la tête du musée national Picasso, Laurent Le Bon, conservateur général du patrimoine, s’en va. Mais il ne part pas loin. Le voici qui préside, depuis le 19 juillet, le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

Le look de Anton

Le look de Anton

Avec son air de pâtre grec, nous aurions pu le croiser guidant un troupeau sur les hauteurs de l’île de Naxos. Mais c’est rue Vieille-du-Temple que nous avons rencontré Anton, « berger urbain » épris de fashion qui travaille chez Comme des garçons, l’enseigne japonaise fondée en 1969.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This