L’église et le cloître des Billettes, rue des Archives, sont deux trésors d’architecture à connaître. Si l’église n’est ouverte que pour les offices, le cloître en revanche sert souvent de lieu d’exposition. Il suffit donc d’entrer, depuis la rue, pour découvrir l’un des plus beaux édifices médiévaux de Paris, dont la fondation remonte à la fin du XIIIe siècle.

Église luthérienne des Billettes, ©Mbzt

Le point de départ, précisons-le d’emblée, est douloureux : la décision de bâtir ici une première chapelle est liée à une prétendue « profanation d’hostie », thématique antisémite récurrente dans toute la chrétienté du Moyen Âge. Dans ce cas précis, l’histoire est celle du juif Jonathas Ben Haym, prêteur sur gages, ayant ici sa maison et qui, selon les termes de son procès, aurait tenté, le jour de Pâques 1290, de découper une hostie consacrée mise en dépôt chez lui par « une servante chrétienne ». Du sang aurait aussitôt jailli de cette lacération. Finalement, jetée dans l’eau bouillante, l’hostie se serait transformée en « vrai corps » et « vrai sang du Christ ». En ces temps où religion, superstitions et légendes s’entremêlent étroitement, il n’en faut pas davantage pour faire condamner Jonathas à mort. L’homme est brûlé vif et ses biens sont confisqués au profit de la Couronne.

Quelques années plus tard, un « bourgeois de Paris », Régnier Flaming obtient du roi, puis du Pape, l’autorisation de bâtir, sur l’emplacement de la maison de Jonathas, une première chapelle, afin de célébrer le « miracle » de « l’hostie qui saigne ». L’édifice devient vite populaire ; on s’y rend en pèlerinage, les dons affluent, la voie qui borde la chapelle change même de nom : l’ancienne « rue des Jardins » (actuelle rue des Archives) devient la « rue du Dieu-Bouilli »…

La fondation religieuse primitive prend vite de l’ampleur, si bien qu’une communauté s’installe à demeure au tournant du siècle : les frères Hospitaliers de la Charité-Notre-Dame, qui administrent l’église jusqu’au XVIIe siècle. C’est à eux sans doute qu’il faut attribuer le surnom de « Billettes » donné à la chapelle miraculeuse. On dit en effet que ces moines portaient par-dessus leur habit un scapulaire en drap, de forme rectangulaire (dit aussi « billette » car rappelant la figure héraldique du même nom). Avec eux, « la chapelle des moines Billettes » prospère et s’agrandit. Ainsi, dans le 1er quart du XVe siècle, l’église est reconstruite ; on lui adjoint en outre un cloître et un cimetière pour les frères défunts et les bienfaiteurs de l’ordre.

Cloître des Billettes, ©Mbzt

Le déclin s’amorce avec la Renaissance. Aux Hospitaliers succèdent, en 1633, les « Carmes-Billettes ». L’église, elle, est alors en piteux état et menace même de s’écrouler, au point qu’une reconstruction complète est décidée dans les années 1750. Les plans sont probablement fournis par Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, à qui l’on doit la cathédrale Saint-Louis de Versailles (mais d’autres sources mentionnent également le frère Claude, un dominicain, comme architecte du nouveau projet). L’édifice est achevé en 1758 : c’est l’église actuelle, telle qu’on peut encore l’admirer, avec sa façade décorée de pilastres et de pots-à-feu ; l’intérieur est sobre : une nef courte, sans transept, bordée de deux bas-côtés, terminée par un chœur en demi-cercle.

Nef et chœur de l’église luthérienne des Billettes, ©Anaïs Costet

Orgue de l’église luthérienne des Billettes,
©Anaïs Costet

Confisqués et vendus comme biens nationaux sous la Révolution, les bâtiments religieux sont rachetés par la ville de Paris sous Napoléon Ier et affectés au culte protestant (luthérien). C’est toujours le cas. C’est à cette époque, au XIXe siècle, que les bas-côtés sont divisés dans leur hauteur, par l’adjonction de tribunes avec balustrades en bois. Le cloître, lui, demeure à peu près dans son état d’origine ; à part l’aile Nord, refaite également au XIXe siècle et quelques aménagements dans les étages, le lieu a peu changé depuis 1427.

Malgré ses dimensions modestes, il présente l’exceptionnel intérêt d’être le seul exemple de cloître médiéval conservé à Paris dans son « entier ». Plus long que large, il dessine un rectangle autour d’une courette, avec de jolies arches gothiques, dont les clefs, pour certaines, sont ornées (dans l’aile sud, on remarquera notamment deux anges délicatement sculptés portant un écu autrefois semé de fleurs de lys). En retrait de la très vivante rue des Archives, les galeries voûtées ont su garder un charme apaisant. Comme les frères « Billettes » autrefois, je vous invite à y flâner un moment et, pourquoi pas, saluer, même brièvement, la mémoire de l’infortuné Jonathas.

 

Texte : Michel Setan – Instagram
Photo de une : ©Anaïs Costet

09.12.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean “le Bon”, leur prisonnier depuis deux ans.

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

14 juillet : où voir les vestiges de la bastille

Beaucoup de Parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro. Et déplacés à 600…

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Tendances food de la rentrée 2021

Tendances food de la rentrée 2021

Tiana Salles est journaliste pour le magazine Alimentation vivante. Spécialiste des questions de l’alimentation et de climat. Elle écrit et produit des podcasts sur les thèmes de l’alimentation : « Alimentaire mon cher Watson » et « R’aliment ». Elle nous raconte les tendances de la food.

Le look de Derek

Le look de Derek

On l’a tout de suite remarqué, Derek : un type élancé, cool, avec des yeux de biche planqués derrière des lunettes noires, déambulant dans le magnifique décor du Marais. Son flegme mêlé à une distinction naturelle, le tout imprégné de culture streetwear, nous a immédiatement plu.

On a testé l’aquafitness au Klay

On a testé l’aquafitness au Klay

L’aquagym, c’est ringard ? Non ! Mais pour contrer cette idée reçue, le Klay, très sélect club de sport du 2e arrondissement, a rebaptisé cette pratique. Quand le très beau club de sport parle d’«aquafitness », d’«aquajogging » et d’« aquaboxe », c’est bien d’aquagym qu’il s’agit.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This