Siège 63 rue Beaubourg, 2018 – photo : Celette

Situé au cœur du quartier gay, le centre LGBTQ+ du Marais est un refuge pour toutes les personnes appartenant à la communauté arc-en-ciel. Localisé au 63 rue Beaubourg, l’association lutte depuis plus de 20 ans pour l’égalité des droits et contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

C’est le 22 mars 1993 que le « Centre gai et lesbien de Paris » voit le jour, au 3 rue Keller dans le onzième arrondissement de Paris. À l’époque, les épidémies de V.I.H. étaient très meurtrières au sein de la population, peu soignées et personnes atteintes étaient stigmatisées et marginalisées. C’est donc à l’aune de ces raisons que le Centre est créé par des militants homosexuels.

Aujourd’hui s’illustrant comme une véritable safe-place au cœur de Paris, le Centre offre un espace de convivialité aux personnes gaies, lesbiennes, bies, trans et plus généralement queers. Plusieurs bénévoles y tiennent chaque jour des permanences afin de les accueillir, les informer et les soutenir. Ces permanences ont lieu tous les mercredis et sans rendez-vous, de 17h30 à 19h30. Le dimanche, est quant à lui toujours réservé à l’accueil de migrants, le plus souvent ayant fui leur pays en raison de leur orientation sexuelle.

Le centre est le siège social de plus de 80 associations LGBTQ+. Plusieurs d’entre elles y organisent régulièrement des permanences et groupes de discussion.

En 2002, le centre intègre la composante « trans » et bisexuelle, formant l’acronyme LGBT après l’assemblée générale d’avril. L’association est également un relais de prévention médicale contre les MST-IST grâce à un financement public, notamment du GRSP ou de Sidaction.

Le centre propose une offre culturelle très riche. Sa bibliothèque, nommée Jean Le Bitoux en l’honneur du fondateur du Gai Pied est très fournie. Celle-ci est ouverte deux heures par jours et propose une sélection de près de 10 000 documents aux thématiques queer, incluant 2000 livres, de 800 films et 5000 titres périodiques. Dans les rayons, on retrouve aussi bien le magazine trimestriel Têtu, que le très émouvant film 120 battements par minutes de Robin Campillo ou encore l’essai Histoire de l’art et luttes des sexes de Françoise d’Eaubonne. La bibliothèque propose également un service de déstockage, et met en vente plusieurs de ses doublons le vendredi.

Le Centre est très actif sur les réseaux sociaux, où un résumé des activités est posté chaque semaine sur Instagram et Twitter. Celles-ci sont très diverses, allant du yoga à un atelier d’improvisation théâtrale, projections de films ou encore atelier d’écriture. Et ce n’est pas tout ! L’endroit propose également un bar associatif aux tarifs très abordables.

Nous rencontrons Loïc, un bénévole du Centre LGBTQI+ de Paris depuis près de 8 ans.

 Comment définiriez-vous l’ambiance du centre ?

En deux mots : sympathique et conviviale !

Comment avez-vous connu le centre ? Et depuis combien de temps êtes-vous bénévole ?

Je l’ai connu via un atelier d’écriture à l’époque, dont m’avait parlé un ami et qui se déroulait au sein du centre. Je me suis ensuite engagé au début de ma retraite car j’avais plus de temps à consacrer au centre.

Combien y a-t-il de bénévoles ? Quels sont leurs profils ?

Il y a actuellement une petite centaine de bénévoles au sein du centre. La plupart sont soit assez jeunes, soit retraités car les actifs n’ont généralement pas assez de temps à accorder au centre.

Comment peut-on aider le centre ?

En apportant un soutien financier bien sûr, mais aussi et surtout en donnant de votre temps ! Nous cherchons toujours des bénévoles. Pour vous inscrire, il suffit de vous rendre sur la page dédiée du site (ICI).

 Centre LGBTQI+ de Paris et d’Île-de-France
63 Rue Beaubourg, 75003 Paris
Ouvert du lundi au vendredi de 15h à 20h et le samedi de 13h à 19h.
Le dimanche est réservé à l’accueil de migrants.
Tél : 01 43 57 21 47

Texte : Morgane Joulin

20.06.22

POUR PRENDRE SOIN DE VOUS, C’EST PAR ICI

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

Nous avons rencontré Lisa, coach sportive à Poses Studio, et testé l’une de ses séances d’entraînement. Nous en sommes ressortis épuisés mais revigorés ! Avant de partir, nous avons pu l’interroger sur le studio.

On a testé la méthode Body Reboot avec Jessica

On a testé la méthode Body Reboot avec Jessica

La méthode Body Reboot, c’est quoi ? C’est tout simplement « la nouvelle posture », expliquent Mariana Minisan et Jessica Braud qui ont inventé cette « gym » mise en œuvre dans le cadre leur association Moving Forward. Elle est fondée sur les étirements (stretching) et la mobilité dans le but de corriger les mauvaises postures.

Bénédicte Ann, une love coach pour la Saint-Valentin (vidéo)

Bénédicte Ann, une love coach pour la Saint-Valentin (vidéo)

Passionnée par les relations homme-femme, cette psychologue s'appuie sur une solide expérience et différents outils au gré des circonstances : méthode Gestalt, programmation neuro-linguistique, psycho généalogie et psychanalyse systémique. Riche de cette culture en...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !