Extrait du plan Quesnel – 1609

Tout le monde connaît la place des Vosges, ses galeries, son square. Mais qui connaît – toujours dans le Marais – la place de France ? Voulue elle aussi par Henri IV, demeurée inachevée après la mort de ce dernier, elle a pourtant laissé son empreinte dans notre quartier ; sans toujours le savoir, nous en arpentons même régulièrement les contours.

C’est en 1608 que naît le projet d’aménager une nouvelle place, la troisième de ce type après la place Dauphine et la place Royale (notre actuelle place des Vosges). Il s’agit alors de « dynamiser », au nord-est de la capitale, un vaste espace coincé entre le mur d’enceinte parisien et l’enclos du Temple, une zone jusqu’ici consacrée pour l’essentiel aux cultures maraîchères. Pour ce faire, l’Etat décide de créer, outre la place elle-même, de nouvelles rues, de nouveaux bâtiments et d’y mélanger, selon un mode opératoire qui a fait ses preuves à la place des Vosges, administrations royales, habitations, galeries à arcades et commerces.

Sollicité, le Temple cède la parcelle. Comme toujours dans ce type d’opération d’urbanisme, la couronne conçoit, ordonne, décide, mais ce sont des financiers privés qui se chargent des travaux pour en tirer des revenus, par la revente des hôtels particuliers, ou des boutiques de substantiels bénéfices. Sous l’impulsion de Sully, le projet prévoit de créer une porte monumentale nouvelle, ouverte dans l’enceinte médiévale et sept pavillons identiques autour d’une place semi-circulaire. Il est aussi prévu, pour accéder à la place, de tracer huit rues disposées en étoile.
Prenant appui dans son axe nord-sud sur le rempart existant ainsi que sur la rue de Turenne, la place, d’un diamètre de 153m, est dite « de France » et met à l’honneur les différentes provinces du Royaume.

Projet de la « place de France » en 1610, par Claude Chastillon

Les nouvelles artères tracées et pour certaines percées, portent ainsi les noms de Poitou, Bretagne, Bourgogne, Picardie, Dauphiné, Provence, Languedoc et Guyenne. En arrière de la place, des rues en arc de cercle sont également dessinées pour faciliter la circulation (la rue Debelleyme l’évoque aujourd’hui parfaitement).

La mort d’Henri IV interrompt malheureusement le chantier. Aucun des bâtiments prévus ne sort de terre et la porte « de France » n’est pas non plus ouverte dans le rempart. Toutefois, l’impulsion est donnée à ce coin du Marais jusque-là délaissé. Maraîchers, propriétaires, couvents cèdent à leur tour les parcelles dont ils sont propriétaires. A la place, d’autres rues, d’autres hôtels, d’autres boutiques, tout un quartier neuf voient le jour. Les « investisseurs » s’en donnent (déjà à l’époque !) à cœur joie. Parmi ceux-ci, retenons au moins le nom de Claude Charlot : la rue qui porte son nom coupe justement la très attractive rue de Bretagne, l’une des huit artères qui auraient pu conduire à notre place fantôme…

 

Texte : Michel Setan – Instagram

16.09.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Notre-Dame : bienvenue dans la crypte

Notre-Dame : bienvenue dans la crypte

Il y a Notre-Dame, la cathédrale, toujours en chantier. Et, juste à côté, la crypte archéologique de l’Ile de la Cité qui, après un an de travaux consécutifs à l’incendie du 15 avril 2019, rouvre ses portes. On y descend par le parvis de la cathédrale pour se plonger dans 2000 ans d’histoire.

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Dans la continuité de la rue des Quatre Fils, après le croisement avec la rue Vielle du Temple, se profile la rue de la Perle. Après avoir pris un café au bistro du coin, servi par Eric, Didier, Magid ou Maximus, enfilons donc cette rue de la Perle dont le nom provient, selon certains, d’un jeu de Paume…

Les rêveries d’un promeneur confiné : De Michel-le-Comte aux Quatre Fils

Les rêveries d’un promeneur confiné : De Michel-le-Comte aux Quatre Fils

Transportons-nous à la fin du dix-neuvième siècle. Le cocher du fiacre qui nous a véhiculés nous à déposés à l’adresse que nous lui avions indiqué. Nous le payons, il vérifie et déclare : «Ça fait la rue Michel». Cette expression typique de l’argot de sa profession signifie «Ça fait le compte» ou plus exactement…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

Horace : Où est le mâle ?!

Horace : Où est le mâle ?!

Horace, c’est l’unique boutique parisienne où trouver tous les “Essentiels de soins pour mecs”. C’est ainsi que se définit Horace, marque de cosmétiques pour homme fondée par deux garçons dans le vent, Marc Briant-Terlet et Kim Mazzilli, lassés de ne trouver aucun produit de soin…

Maison et Objet : tendances 2021 (podcast)

Maison et Objet : tendances 2021 (podcast)

Ce n’est pas parce qu’en septembre 2020 Maison & Objet n’a pas eu lieu, à cause de la Covid-19, que l’on ne sait rien des tendances à venir. Sandrine Maggiani la spécialiste des tendances a fait le tour de la version digitale de l’un des plus importants salons consacrés à l’art de vivre et nous livre son analyse.

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This