Extrait du plan Quesnel – 1609

Tout le monde connaît la place des Vosges, ses galeries, son square. Mais qui connaît – toujours dans le Marais – la place de France ? Voulue elle aussi par Henri IV, demeurée inachevée après la mort de ce dernier, elle a pourtant laissé son empreinte dans notre quartier ; sans toujours le savoir, nous en arpentons même régulièrement les contours.

C’est en 1608 que naît le projet d’aménager une nouvelle place, la troisième de ce type après la place Dauphine et la place Royale (notre actuelle place des Vosges). Il s’agit alors de « dynamiser », au nord-est de la capitale, un vaste espace coincé entre le mur d’enceinte parisien et l’enclos du Temple, une zone jusqu’ici consacrée pour l’essentiel aux cultures maraîchères. Pour ce faire, l’Etat décide de créer, outre la place elle-même, de nouvelles rues, de nouveaux bâtiments et d’y mélanger, selon un mode opératoire qui a fait ses preuves à la place des Vosges, administrations royales, habitations, galeries à arcades et commerces.

Sollicité, le Temple cède la parcelle. Comme toujours dans ce type d’opération d’urbanisme, la couronne conçoit, ordonne, décide, mais ce sont des financiers privés qui se chargent des travaux pour en tirer des revenus, par la revente des hôtels particuliers, ou des boutiques de substantiels bénéfices. Sous l’impulsion de Sully, le projet prévoit de créer une porte monumentale nouvelle, ouverte dans l’enceinte médiévale et sept pavillons identiques autour d’une place semi-circulaire. Il est aussi prévu, pour accéder à la place, de tracer huit rues disposées en étoile.
Prenant appui dans son axe nord-sud sur le rempart existant ainsi que sur la rue de Turenne, la place, d’un diamètre de 153m, est dite « de France » et met à l’honneur les différentes provinces du Royaume.

Projet de la « place de France » en 1610, par Claude Chastillon

Les nouvelles artères tracées et pour certaines percées, portent ainsi les noms de Poitou, Bretagne, Bourgogne, Picardie, Dauphiné, Provence, Languedoc et Guyenne. En arrière de la place, des rues en arc de cercle sont également dessinées pour faciliter la circulation (la rue Debelleyme l’évoque aujourd’hui parfaitement).

La mort d’Henri IV interrompt malheureusement le chantier. Aucun des bâtiments prévus ne sort de terre et la porte « de France » n’est pas non plus ouverte dans le rempart. Toutefois, l’impulsion est donnée à ce coin du Marais jusque-là délaissé. Maraîchers, propriétaires, couvents cèdent à leur tour les parcelles dont ils sont propriétaires. A la place, d’autres rues, d’autres hôtels, d’autres boutiques, tout un quartier neuf voient le jour. Les « investisseurs » s’en donnent (déjà à l’époque !) à cœur joie. Parmi ceux-ci, retenons au moins le nom de Claude Charlot : la rue qui porte son nom coupe justement la très attractive rue de Bretagne, l’une des huit artères qui auraient pu conduire à notre place fantôme…

 

Texte : Michel Setan – Instagram

16.09.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

Comment le BHV est devenu tendance

Comment le BHV est devenu tendance

S’il y existe un indicateur fiable du pouvoir d’attraction de la « marque » Marais, c’est bien celui-ci : en 2013, le Bazar de l’Hôtel de Ville, ou BHV – l’un des grands magasins de référence à Paris, avec Le Bon Marché et les Galeries Lafayette – a choisi de se rebaptiser « BHV Marais » pour mieux se positionner « dans la tendance ».

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !