André Sommer (le patron de J.P. Leconte) – ©Axel Gyldén

Le point commun entre le Top 14 de rugby, les 24 heures du Mans et de l’Open de France de golf ? Tous les vainqueurs de ces événements sportifs ont un jour tenu entre leurs mains une coupe ou un trophée fabriqué chez J.P. Leconte. Située derrière le Carreau du Temple, cette PME du Marais au charme suranné est l’une des plus pittoresques de Paris.

Fondé en 1919, cet établissement artisanal est en effet dépositaire d’un savoir-faire séculaire. Ici, depuis plus de 100 ans, on fabrique des coupes, des trophées et des médailles pour récompenser, remercier, célébrer les grands champions et les sportifs moins célèbres, voire pas célèbres du tout mais licenciés d’un club de foot, de golf, de pétanque, d’avirons, etc.

Coupes, J.P. Leconte – ©Axel Gyldén

« Ici, nous gravons et entretenons chaque année le Bouclier de Brennus, décerné à l’équipe victorieuse du Top 14, nous fabriquons des coupes pour des clubs amateurs et nous avons créé le trophée du Tour de France cycliste », raconte le patron André Sommer, un fondu de sport (il les a tous pratiqués, en particulier le vélo, à un haut niveau) qui a quitté une carrière dans le marketing sportif, chez ISL et Havas, pour reprendre en 2007 le flambeau de Jean-Pierre Leconte lorsque celui-ci avait atteint la fin du temps réglementaire, autrement dit : la retraite.

« Mais notre activité ne s’arrête pas là, reprend ce sympathique fils d’ostréiculteurs bretons. Nous frappons des médailles pour le Sénat et des municipalités. Nous confectionnons des trophées pour les équipes commerciales de grandes entreprises. Nous gravons de l’argenterie de famille et toutes sortes d’objets pour une clientèle de passage. » Personnaliser, en le gravant, un briquet de marque, un beau stylo ou une timbale en argent est d’ailleurs une bonne idée de cadeau de Noël.

Atelier, J.P. Leconte – ©Axel Gyldén

De l’extérieur on ne se doute de rien. Car la vitrine un brin désuète (c’est tout son charme) ne paie pas de mine : seules quelques coupes s’offrent à la vue des passants. Mais à l’intérieur, c’est une caverne d’Ali Baba ; un dédale où s’entassent coupes, trophées, médailles et timbales. Et aussi : des machines-outils maniées par une poignée d’orfèvres qui tournent, cisèlent, polissent, ajustent.

Dans cet univers, André Sommer, ça se voit, s’épanouit comme un passionné. Non content de diriger l’entreprise, ce créatif se consacre aussi à la direction artistique et au design. Ainsi, le Trophée Équateur, une récompense éco responsable créée pour la COP 21, c’était lui. La coupe du Tour de Bretagne féminin, encore lui ! La Solitaire du Figaro à la voile, toujours lui ! Autant de créations très réussies réalisées avec l’amour de la belle ouvrage. Lui aussi, au fond, mériterait une récompense. Le trophée des créateurs de trophées !

Maison J.P. Leconte
27, rue de Picardie, 75003
Tél : 01 42 78 11 18

©Axel Gyldén

Texte : Axel Gyldén

25.11.21

LE LÈCHE-VITRINES, C’EST PAR ICI

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

Quel rapport entre la musique rock et les crèmes glacées ? A priori aucun… sauf un certain François-Xavier Goudemand, un professionnel du marketing également fêlé de rock, hard-rock et métal, qui a publié Oh My Rock ! un livre sur l’origine des noms de 101 groupes de musiques publié en 2021.

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !