Rue Saint-Antoine, pile face au Monoprix, l’hôtel de Sully, du nom de son plus illustre propriétaire, est assurément l’un des plus remarquables bâtiments du Marais. Mais, mille fois hélas, ce joyau ne se visite pas : depuis 1967, il abrite le siège du Centre des monuments nationaux, ou Monum, qui gère près de cent monuments nationaux en France dont, précisément, l’hôtel de Béthune-Sully.

Consolons-nous : la visite extérieure de la cour d’honneur et du jardin de la maison de Maximilien de Béthune titré Duc de Sully – brillant surintendant (ministre) des Finances d’Henri IV qui redressa l’économie du royaume –  est déjà un émerveillement.

On pénètre dans ce lieu magistral par la rue Saint-Antoine. Dans la cour, il faut admirer, aux façades du logis principal, les élégantes sculptures qui représentent des allégories des saisons. Les ailes latérales annoncent quant à elles, les quatre éléments : la terre, l’eau, l’air, le feu.

Un passage traversant mène ensuite à une deuxième cour ou plus exactement à un jardin à la française avec une orangerie. Renversants de beauté, l’architecture et le jardin, ont de quoi séduire les Parisiens (et les touristes) les plus blasés.

Au fond du jardin à droite, une discrète porte ouvre sur une sorte de passage secret qui conduit directement à la place des Vosges, autrefois (avant Napoléon) appelée place Royale. Voilà pour la visite guidée.

Il faut aussi avoir à l’esprit la riche histoire des lieux dont nous retiendrons ici une scène incroyable.

Le 22 février 1680, c’est ici, en effet, depuis un balcon donnant sur la rue Saint-Antoine que la Marquise de Sévigné, venue en voisine – elle habitait place Royale – voit passer la veuve Monvoisin. Emprisonnée à la Bastille, cette dernière, condamnée à être brûlée vive pour sorcellerie, est en ce jour d’hiver conduite depuis sa prison, via la rue Saint-Antoine, en place de Grève (devant l’actuel hôtel de ville) pour y être brûlée vive.

Dans le n°2 du magazine La France pittoresque, daté de 2002, on peut lire : « Catherine Deshayes, veuve Monvoisin, connue plus tard sous l’abréviatif de Voisin ou de La Voisin, était originaire de la province de Champagne. Empoisonneuse et sorcière de renom, elle vendait ses services aux plus hauts dignitaires de l’État. C’est acculée par les dettes que la veuve Monvoisin dite La Voisin, s’acoquina avec la Vigoureux, détentrice de grimoires recelant les secrets de préparation de breuvages et autres poisons. Mettant en commun leurs diaboliques projets, les deux femmes passèrent rapidement maîtresses dans l’art de concocter philtres, sirops, élixirs donnant l’amour ou la mort, au gré des intérêts de leur clientèle, composée d’héritiers ou de futures veuves. Fortune et notoriété faites en moins de trois années, La Voisin exerça ses talents dans le quartier du Marais à Paris, monnayant son impunité contre les services qu’elle rendait aux personnages les plus influents de la cour. »

Dans une lettre consacrée à cet épisode la marquise de Sévigné rapporte que La Voisin refusa de faire amende honorable. Elle emporta ses secrets dans la mort.

Texte : Ella David
Photos : ©Anaïs Costet

11.02.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Le quartier juif du Marais à Paris

Le quartier juif du Marais à Paris

Dès le XIIIe siècle, le Marais abrite une communauté juive qui s’y maintient jusqu’à son expulsion au XIVe siècle. Fuyant la misère et les persécutions, les juifs des pays de l’Est et ceux de l’Alsace s’y installent au XIXe siècle. Autour de la rue des rosiers et de la place Saint-Paul rebaptisée Pletz…

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Né en 1802, Victor Hugo devient un écrivain social, un dramaturge, un poète, un romancier et un dessinateur romantique. Surnommé l’homme-océan puis l’homme-siècle, c’est une personnalité politique et un intellectuel engagé. Il rencontre le succès avec Notre-Dame-de-Paris en 1831 et avec les Misérables en 1862.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !