Amphitryon devant la façade sur Jardin de l’Hôtel Sully en 1963 – Le Marais sauvé par son festival

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale.

Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre (il n’en existait alors aucun de comparable à Paris) a accueilli des spectacles en plein air de grandes qualités dans les cours des hôtels particuliers du quartier.

Pièces de théâtre, concerts classiques, spectacles de ballets, opéras et, même, musique de variétés : la programmation était remarquable. Le Ballet de l’Opéra de Paris s’est produit dans la cour de l’hôtel Soubise (où se trouvent les Archives nationales) ; on a joué des pièces d’Eugène Ionesco devant l’Orangerie de l’hôtel de Sully (entre la place des Vosges et la rue Saint-Antoine) ; des concertistes ont interprété la musique baroque de Jean-Philippe Rameau sur des instruments anciens dans le jardin de l’hôtel d’Aumont (proche de la Seine).

Dispositif scénique Hôtel de Soubise en 1964 – Le Marais sauvé par son festival

Ce ne sont là que quelques exemples car la liste est trop longue pour énumérer toutes les œuvres données dans le Marais et signées Shakespeare, Molière, Corneille, Marivaux, Bertolt Brecht, Monteverdi, Prokofiev, Mozart, Bach, Stravinsky, Ravel mais aussi Jacques Dutronc et Georges Brassens.

Danton devant la façade sur Jardin de l’Hôtel Sully en 1965 – Le Marais sauvé par son festival

« Parfois les spectacles avaient un lien historique avec le Marais, comme le Mariage de Figaro joué en 1963 à l’hôtel de Sully que Beaumarchais a écrit à l’hôtel Amelot de Bisseuil, les concerts d’œuvres de Nicolas Lebègue sur l’orgue de l’église Saint-Merri, dont il fut titulaire de 1664 à 1702, ou La Mort de Sénèque de Tristan l’Hermite, créé au théâtre du Marais en 1644, mise en scène à l’hôtel Lamoignon », lit-on dans Le Marais sauvé par son festival (1).

Très classique au début, le festival s’ouvre peu à peu à d’autres formes artistiques : variétés avec Barbara, jazz avec Daniel Humair, François Jeanneau et Henri Texier, danse contemporaine avec Alvin Ailey Danse Company, café-théâtre avec Jean-Michel Ribes, ou encore cinéma en plein air et bals populaires sur place Sainte-Catherine.

Dernière de couverture – Bénévoles devant la Maison d’Ourscamp en mai 1967

Parmi les artistes les plus connus à s’être produits au festival : Jean Vilar, Jean-Pierre Cassel, Jean Desailly, Simone Valère, Fanny Ardant, Coline Serreau, Silvia Montfort, Daniel Barenboïm, Juliette Gréco, Georges Brassens, Jacques Dutronc, Barbara, Michel Polnareff, Serge Lama, Léo Ferré, Jean Ferrat, Guy Bedos.

Promu à grand renfort d’annonces dans Le Figaro ou L’Express, l’événement attirait le Tout-Paris mais aussi des personnalités comme le prince Rainier et la princesse Grace de Monaco, ou le prince Albert et la princesse Paola de Belgique.

Le prince Rainier et la princesse Grace de Monaco à l’Hôtel d’Aumont en 1967 – Le Marais sauvé par son festival

Les années 1965-1967 restent dans la mémoire comme « les trois glorieuses » avec plus de 50 spectacles à chaque fois, suivis par plus de 70.000 spectateurs. L’année 1967, qui vit se produire le Grand Ballet de l’Opéra de Novossibirsk (venu spécialement d’Union soviétique pour jouer la version intégrale de La Belle au bois dormant) bat un record avec 105.000 spectateurs.

Mangeront-ils à l’Hotel d’Aumont en 1985 – Le Marais sauvé par son festival

Outre des souvenirs, le Festival du Marais laisse en héritage une belle collection d’affiches que l’Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique a bien voulu nous transmettre afin que nous les publiions dans le Marais Mood.

(1) En vente à l’Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique, 44-46, rue François Miron (4e)

Maison d’Ourscamps
Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique
46, rue François Miron, 75004 Paris
Du lundi au vendredi de 13h à 18h
Samedi de 12h à 19h
Dimanche de 14h à 18h
Tél : 01 48 87 74 31

Texte : Axel G.

26.01.22

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

Comment le BHV est devenu tendance

Comment le BHV est devenu tendance

S’il y existe un indicateur fiable du pouvoir d’attraction de la « marque » Marais, c’est bien celui-ci : en 2013, le Bazar de l’Hôtel de Ville, ou BHV – l’un des grands magasins de référence à Paris, avec Le Bon Marché et les Galeries Lafayette – a choisi de se rebaptiser « BHV Marais » pour mieux se positionner « dans la tendance ».

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Fondation jésuite, l’église Saint-Louis (aujourd’hui Saint-Paul-Saint-Louis) a été bâtie au XVIIe siècle. La « Compagnie de Jésus », fondée par saint Ignace de Loyola en 1539, s’installe à Paris au milieu du siècle, du côté de la Montagne-Sainte-Geneviève, puis ici, en 1580.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !