Amphitryon devant la façade sur Jardin de l’Hôtel Sully en 1963 – Le Marais sauvé par son festival

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale.

Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre (il n’en existait alors aucun de comparable à Paris) a accueilli des spectacles en plein air de grandes qualités dans les cours des hôtels particuliers du quartier.

Pièces de théâtre, concerts classiques, spectacles de ballets, opéras et, même, musique de variétés : la programmation était remarquable. Le Ballet de l’Opéra de Paris s’est produit dans la cour de l’hôtel Soubise (où se trouvent les Archives nationales) ; on a joué des pièces d’Eugène Ionesco devant l’Orangerie de l’hôtel de Sully (entre la place des Vosges et la rue Saint-Antoine) ; des concertistes ont interprété la musique baroque de Jean-Philippe Rameau sur des instruments anciens dans le jardin de l’hôtel d’Aumont (proche de la Seine).

Dispositif scénique Hôtel de Soubise en 1964 – Le Marais sauvé par son festival

Ce ne sont là que quelques exemples car la liste est trop longue pour énumérer toutes les œuvres données dans le Marais et signées Shakespeare, Molière, Corneille, Marivaux, Bertolt Brecht, Monteverdi, Prokofiev, Mozart, Bach, Stravinsky, Ravel mais aussi Jacques Dutronc et Georges Brassens.

Danton devant la façade sur Jardin de l’Hôtel Sully en 1965 – Le Marais sauvé par son festival

« Parfois les spectacles avaient un lien historique avec le Marais, comme le Mariage de Figaro joué en 1963 à l’hôtel de Sully que Beaumarchais a écrit à l’hôtel Amelot de Bisseuil, les concerts d’œuvres de Nicolas Lebègue sur l’orgue de l’église Saint-Merri, dont il fut titulaire de 1664 à 1702, ou La Mort de Sénèque de Tristan l’Hermite, créé au théâtre du Marais en 1644, mise en scène à l’hôtel Lamoignon », lit-on dans Le Marais sauvé par son festival (1).

Très classique au début, le festival s’ouvre peu à peu à d’autres formes artistiques : variétés avec Barbara, jazz avec Daniel Humair, François Jeanneau et Henri Texier, danse contemporaine avec Alvin Ailey Danse Company, café-théâtre avec Jean-Michel Ribes, ou encore cinéma en plein air et bals populaires sur place Sainte-Catherine.

Dernière de couverture – Bénévoles devant la Maison d’Ourscamp en mai 1967

Parmi les artistes les plus connus à s’être produits au festival : Jean Vilar, Jean-Pierre Cassel, Jean Desailly, Simone Valère, Fanny Ardant, Coline Serreau, Silvia Montfort, Daniel Barenboïm, Juliette Gréco, Georges Brassens, Jacques Dutronc, Barbara, Michel Polnareff, Serge Lama, Léo Ferré, Jean Ferrat, Guy Bedos.

Promu à grand renfort d’annonces dans Le Figaro ou L’Express, l’événement attirait le Tout-Paris mais aussi des personnalités comme le prince Rainier et la princesse Grace de Monaco, ou le prince Albert et la princesse Paola de Belgique.

Le prince Rainier et la princesse Grace de Monaco à l’Hôtel d’Aumont en 1967 – Le Marais sauvé par son festival

Les années 1965-1967 restent dans la mémoire comme « les trois glorieuses » avec plus de 50 spectacles à chaque fois, suivis par plus de 70.000 spectateurs. L’année 1967, qui vit se produire le Grand Ballet de l’Opéra de Novossibirsk (venu spécialement d’Union soviétique pour jouer la version intégrale de La Belle au bois dormant) bat un record avec 105.000 spectateurs.

Mangeront-ils à l’Hotel d’Aumont en 1985 – Le Marais sauvé par son festival

Outre des souvenirs, le Festival du Marais laisse en héritage une belle collection d’affiches que l’Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique a bien voulu nous transmettre afin que nous les publiions dans le Marais Mood.

(1) En vente à l’Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique, 44-46, rue François Miron (4e)

Maison d’Ourscamps
Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique
46, rue François Miron, 75004 Paris
Du lundi au vendredi de 13h à 18h
Samedi de 12h à 19h
Dimanche de 14h à 18h
Tél : 01 48 87 74 31

Texte : Axel G.

26.01.22

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Le quartier juif du Marais à Paris

Le quartier juif du Marais à Paris

Dès le XIIIe siècle, le Marais abrite une communauté juive qui s’y maintient jusqu’à son expulsion au XIVe siècle. Fuyant la misère et les persécutions, les juifs des pays de l’Est et ceux de l’Alsace s’y installent au XIXe siècle. Autour de la rue des rosiers et de la place Saint-Paul rebaptisée Pletz…

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Né en 1802, Victor Hugo devient un écrivain social, un dramaturge, un poète, un romancier et un dessinateur romantique. Surnommé l’homme-océan puis l’homme-siècle, c’est une personnalité politique et un intellectuel engagé. Il rencontre le succès avec Notre-Dame-de-Paris en 1831 et avec les Misérables en 1862.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !