« Potion de bain » Lanvande Jojoba (g.), huiles, serums et eaux (dr.) de Shade’s Apothecary

L’herboristerie de la rue du point Louis-Philippe, c’est l’histoire de notre époque. Après une carrière internationale dans le luxe et les cosmétiques (Hermès, Sephora), Shade Monirou est devenue « néoapothicaire ». Forte de quinze années passées dans des grandes maisons de cosmétiques et de beauté, cette « working woman » ressent « le besoin de prendre soin d’elle-même et de renouer avec son intuition et son instinct ».

Le résultat de cette quête de sens, c’est Shade’s Apothicary, où l’on trouve des superplantes pour soigner des petits maux. « J’ai redécouvert le pouvoir de phytothérapie transmis par ma grand-mère, raconte la maîtresse des lieux dont l’établissement s’ajoute à une petite vingtaine d’autres herboristeries à Paris.

Gel d’Aloe Vera et Concentré Botanique de Calendula et Amande Douce, Shade’s Apothecary

« Considérée comme une guérisseuse en Martinique, ma grand-mère utilisait les plantes pour soigner sa famille mais aussi toutes celles et ceux qui lui demandaient conseil, poursuit Shade Monirou. A mon tour, j’ai appris à connecter mon corps et mon esprit en comprenant que mes émotions impactaient l’harmonie des deux. »

A-t-elle dû surmonter la méfiance existante à l’égard d’un métier interdit en 1941 par le régime de Vichy ? A l’époque, la France comptait 4500 herboristes. Mais ceux-ci voient soudain leur métier devenir illégal ; et disparaître le diplôme sanctionnant leurs connaissances et aptitudes. Persévérer dans cette pratique revient dès lors à un « exercice illégal de la pharmacie ». Cette décision a conduit à transférer le métier d’herboriste aux pharmacies.

Sérum Rose de Mai et Jojoba BIO, Shade’s Apothecary

« Aujourd’hui, les plantes ne prennent pas leur revanche ; elles reprennent leur place, se félicite tranquillement Shade (dont le prénom se prononce comme celui de la chanteuse Sade, c’est-à-dire « chat- dé »). Avec le Covid, nous avons vécu une grande crise; or les plantes ont une valeur de réassurance qui s’inscrit dans le même mouvement que le retour à la nature et à la spiritualité », ajoute la néoapothicaire qui propose une large gamme de plantes pour soigner les maux féminins (règles, ménopauses), régler le sommeil, prendre soin de sa ligne, réguler le stress, etc.

 Shade’s apothecary
2o, rue du Pont Louis-Philippe, 75004 Paris
Du mardi au jeudi de 12h à 19h
Le vendredi de 13h30 à 18h30
Le samedi de 12h30 à 19h00

Shade, la créatrice de Shade’s Apothecary

Texte : Katia Barillot

04.12.22

PAR ICI LA BEAUTÉ

La Maison du solide de passage dans le Marais

La Maison du solide de passage dans le Marais

Comme son nom l’indique, cette marque, présente les 3 et 4 décembre, rue de Turenne, se spécialise dans les cosmétiques « durs ». Pratiques à transporter et faciles à utiliser, formulés à Nice et fabriqués en France, ses produits en forme de galets sont également bio et zéro déchets.

Codage, une formule beauté

Codage, une formule beauté

Codage adopte les codes de l’époque : design minimaliste, esthétique zen, produits hautement technologiques. Ceux-ci s’inspirent de savoir-faire artisanaux mixés à une expertise scientifique dont il résulte des formules cosmétiques uniques. Installée dans le Marais, à Paris, depuis 2015…

Mademoiselle bio : la beauté responsable

Mademoiselle bio : la beauté responsable

Mademoiselle Bio ! Le nom est bien trouvé et dit (presque) tout. C’est une boutique multi-marques, de cosmétiques, qui s’adresse aux femmes et qui est en phase avec son époque. Le XXIe siècle est à la beauté écoresponsable : selon une enquête, 1 femme sur 5 veut désormais…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Discret, d’une élévation d’âme rare et un tantinet rêveur, Adolfo Kaminsky, s’est éteint à Paris à l’âge de 97 ans, le 9 janvier. Photographe, résistant et faussaire de génie, ce natif de Buenos Aires, où il était né en 1925, s’engage dans la Résistance à l’âge de 17 ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !