Toutes les traces de sa présence ont été effacées, mais Louis XVI (exécuté le 21 janvier 1793, voilà exactement 226 ans aujourd’hui) a passé les derniers jours de sa vie dans Le Marais. Plus exactement dans le sinistre donjon du Temple, partie intégrante de l’enclos du Temple, construit par les Templiers sous Saint-Louis à partir de 1240.

Entièrement détruit, celui-ci se situait grosso modo à l’emplacement de l’actuel square du Temple tandis que le robuste donjon médiéval, impressionnant avec ses cinquante mètres de hauteur, se dressait à quelques mètres de l’actuelle mairie du 3e arrondissement, rue Eugène Spuller, là où des gamins du quartier jouent aujourd’hui au football sans se douter à quel point leur terrain de jeu est chargé d’histoire.

La détention de la famille royale dans ce qui est aujourd’hui un quartier fashion et tendance commence le 13 août 1792. Un mois plus tard, Louis est séparé de sa famille. Il est installé, dans un confort relatif, au deuxième étage de la Grande tour, où il occupe quatre pièces aux fenêtres grillagées et obstruées. Les murs sont recouverts de tissu jaune.

Marie-Antoinette et les enfants occupent le troisième étage où les murs sont tapissés de vert. Lors de son procès, l’année suivante, l’Autrichienne fait l’objet de calomnies odieuses : elle est accusée de s’être livrée à des actes de pédophilie sur son fils Louis XVII durant sa détention au Temple ! En réalité, la dignité des prisonniers royaux aura été exemplaire de bout en bout.

Le 21 juillet 1793, Louis Capet, c’est-à-dire Louis XVI, est conduit sur l’échafaud, place de la Révolution (aujourd’hui de la Concorde). En août la « Veuve Capet » est transférée à la Conciergerie sur l’ile de la Cité, guillotinée à son tour au même endroit que son mari, le 16 octobre, après un procès inique.

Le dauphin Louis XVII, tuberculeux, meurt à l’âge de 10 ans dans son cachot du Temple en juin 1795 après trois années de captivité.

Louis XVI à la Tour du Temple,  Jean-François Garneray (1755–1837)

Aujourd’hui, il ne reste rien de cette histoire tragique. En 1808, Napoléon ordonne la destruction du Temple, afin d’éviter qu’il ne devienne un lieu de pèlerinage pour les monarchistes. Hormis un square et le nom d’une station de métro, Temple, il ne reste aucune trace de l’ancien site.

Rue Eugène Spuller, devant la mairie, des pavés argentés signalent toutefois l’emplacement de la Tour du Temple. A l’angle des rues Dupetit-Thouars et Gabriel Vicaire, sur le mur d’enceinte d’une école maternelle, un plan du quartier permet de mieux comprendre la disposition des bâtiments à l’époque prérévolutionnaire. De ce passé, les révolutionnaires et leurs successeurs ont fait table rase.

Le donjon du Temple de Paris dit “La grosse tour”, ©Temple de Paris

Texte : Ella David et Axel G.
Photos : ©Anaïs Costet
Vidéo : ©Temple de Paris

21.01.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

1534, François Ier fonde « les Enfants Rouges »

Le marché des Enfants Rouges, en plein cœur du Haut-Marais, est un des « spots » du quartier, connu autant des habitants que des touristes. Tous s’y pressent, du mardi au dimanche, pour y faire quelques « courses » et pour s’y restaurer - tendance « street food » et...

Rachel, une tragédienne dans le Marais

La célèbre tragédienne Rachel n’est pas à proprement parler une « figure » du Marais. Elle ne demeure que peu de temps place des Vosges et qui plus est, à la toute fin de sa vie. Et pourtant… Rachel est une telle star, au sens moderne du terme, que chacun de ses...

Le théâtre de Beaumarchais

Le 13 janvier 1791, sous la Révolution, une loi paraît qui décrète la liberté des théâtres : tout un chacun peut désormais ouvrir en France une salle de spectacles et y donner les pièces de son choix – chose impensable sous la Monarchie. Dans le Marais, la nouvelle...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

1534, François Ier fonde « les Enfants Rouges »

Le marché des Enfants Rouges, en plein cœur du Haut-Marais, est un des « spots » du quartier, connu autant des habitants que des touristes. Tous s’y pressent, du mardi au dimanche, pour y faire quelques « courses » et pour s’y restaurer - tendance « street food » et...

Anne Depétrini : le Marais sans langue de bois

Coprésentatrice, à la mi-journée, de l’émission phare Nulle Part Ailleurs midi sur Canal+, Anne Depétrini a marqué les téléspectateurs de la chaîne cryptée par son esprit mordant aux côtés de feu Philippe Gildas. Invitée régulière de l’émission potache d’Alain Chabat...

De drôles de « Zèbres » rue François-Miron

En haut des marches de cette rue historique, tout près de l’église Saint-Gervais, se sont installés de drôles de « Zèbres ». C’est du moins le nom de la boutique déco d'Antonin Gatier qui se situe à équidistance de la galerie d’art, de la brocante et du cabinet de...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This