Le marché des Enfants Rouges, en plein cœur du Haut-Marais, est un des « spots » du quartier, connu autant des habitants que des touristes. Tous s’y pressent, du mardi au dimanche, pour y faire quelques « courses » et pour s’y restaurer – tendance « street food » et « cuisine du monde » réunies. Mais qui connait l’origine de ce nom étrange, les Enfants-Rouges ?

Tout commence au XVIe siècle, à la Renaissance. A cette époque, le quartier n’est pas encore loti. Les rues qui se coupent à angle droit, les hôtels particuliers que nous voyons encore aujourd’hui n’existent pas.
A la place, quelques maisons, des jardins et des lopins de terre cultivée sont enclavés au Nord-Est de la capitale, « coincés » entre la muraille qui défend la ville et celle qui enserre l’enclos du Temple. C’est dans cette zone « délaissée » qu’en 1534 le roi François Ier et sa sœur Marguerite de Navarre ordonnent la fondation d’un hospice destiné à recueillir les enfants pauvres et les orphelins des alentours.
Cette œuvre pieuse est confiée à des religieux qui prennent en charge ceux qu’on appelle d’abord les « Enfants-Dieu », puis rapidement les « Enfants-Rouges » car on les affuble, dès leur arrivée, d’une blouse rouge, facilement identifiable (le rouge étant alors associé à la charité). L’hôpital en lui-même occupe une sorte de quadrilatère borné grosso-modo par les actuelles rues de Beauce, Portefoin, des Archives et de Bretagne.

Au fil du temps hélas, l’hospice périclite. Le manque d’argent, la transformation du quartier au XVIIe siècle et la « pression immobilière » (déjà !) entraînent la chute de l’institution. Au XVIIIe siècle les bâtiments, dans leur grande majorité, sont vendus et pour certains démolis.

L’angle de la rue Portefoin (à gauche) et de la rue des Archives, vue en direction du square du Temple, en 1916

L’église et quelques annexes, occupées par une petite congrégation religieuse, demeurent en place jusqu’à la Révolution. Au siècle suivant, la prolongation de la rue des Archives entre la rue Portefoin et la rue de Bretagne précipite la destruction des derniers bâtiments.
Quelques rares vestiges subsistent toutefois de l’église et de ses annexes, visibles aujourd’hui à l’angle Archives – Portefoin et dans la cour de l’immeuble situé au 90 de la rue des Archives (propriété privée).

Ancienne chapelle des Enfants rouges au 90 rue des Archives, ©VVVCFFrance

Le marché quant à lui, bâti entre les rues de Beauce et Charlot, tire évidemment son nom, par extension, de la proximité immédiate de l’hospice.
Ce marché est inauguré en 1615, période pendant laquelle le quartier connaît de profondes mutations (voir notre article « La Place Fantôme ») : nouvelles constructions, augmentation de la population, « aristocratisation » du Haut-Marais.
D’abord bâtie en bois, une première halle permet l’approvisionnement des habitants en viandes et denrées diverses. Reconstruit plusieurs fois ensuite « en dur » par ses propriétaires privés successifs, le marché est aussi agrandi et complété de boutiques et commerces de toutes sortes.
La ville de Paris, finalement, en devient propriétaire, un peu avant la 1ère guerre mondiale. Les années passant, le sort du marché devient incertain. Menacé un temps de destruction, il est finalement conservé (et même entièrement rénové en 2000), perpétuant ainsi, pour l’avenir, le souvenir des « Enfants-Dieu » du Marais.

 

Texte : Michel Setan – Instagram

21.10.19

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Et le roi chassa les templiers…

Le 18 mars 1314, le Grand-Maître de l’Ordre du Temple, Jacques de Molay, est brûlé vif. Sa mort clôt un procès qui aura duré sept ans et met un terme définitif à la présence templière à Paris. Le roi Philippe-le-Bel savoure sa victoire. En éliminant les Templiers, il...

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Fondation jésuite, l’église Saint-Louis (aujourd’hui Saint-Paul-Saint-Louis) a été bâtie au XVIIe siècle. La « Compagnie de Jésus », fondée par saint Ignace de Loyola en 1539, s’installe à Paris au milieu du siècle, du côté de la Montagne-Sainte-Geneviève, puis ici,...

Les Brésiliens dans le Marais : quelle histoire !

Entièrement consacrée au monde lusophone, la maison d’édition Chandeigne publie Les Brésiliens à Paris, une jolie promenade à travers les rues de la capitale qui révèle les traces de l’amitié historique entre le Brésil et la France. Hyper méticuleuse sans être...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

“Ensemble ensemble”, chorégraphie dadaïste

"Ensemble ensemble" n'est pas une comédie musicale mais c’est musical et cela tient de la comédie. Danseurs accomplis, les quatre acteurs occupent la scène et donnent de la voix sur une chorégraphie qui, par sa spontanéité, évoque le mouvement dada. Sur une musique...

Et le roi chassa les templiers…

Le 18 mars 1314, le Grand-Maître de l’Ordre du Temple, Jacques de Molay, est brûlé vif. Sa mort clôt un procès qui aura duré sept ans et met un terme définitif à la présence templière à Paris. Le roi Philippe-le-Bel savoure sa victoire. En éliminant les Templiers, il...

À la Maison de la Photographie : le Moyen-Orient sublimé

Il est encore temps d’apprécier la première grande rétrospective d’Ursula Schulz-Dornburg à la MEP, ou Maison Européenne de la Photographie, jusqu’au 16 février : 250 images rares, d’une troublante « immobilité » et au final remarquables, qui sont exposées sous le...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This