Vestiges de la prison de la Bastille, square Henri-Galli, © Axel G.

Bastille. Façade orientale, dessin de 1790 ou 1791. Dessin à la mine de plomb et lavis à l’encre brune ; 7,5 x 10,2 cm.

Beaucoup de parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro et déplacés à 600 mètres de là, tout près de la Seine, dans le Marais, au début du boulevard Henri-IV, dans le square Henri-Galli, à l’écart des circuits touristiques.

Découverte des fondations de la Tour de la Liberté,
vestiges de la Bastille, lors du percement de la
ligne de métro 1 en 1899

Vestiges de la prison de la Bastille, square Henri-Galli, © Axel G.

Deux autres vestiges, plus petits, sont visibles sur les quais du métro Bastille, sur les lignes 1 et 5.

Station Bastille de la ligne 5 du métro de Paris, France. © Clicsouris

C’est tout ce qu’il reste de la prison dont la destruction, promptement menée, démarra dès le 14 juillet 1789. Ce ne sont que quelques pierres… mais c’est déjà beaucoup, car c’est la seule chose tangible qui permette de représenter le bâtiment disparu (il fut érigé à partir de 1370 sous Charles V).

Il est vrai, aussi, qu’un discret marquage au sol indique, sur la place de la Bastille, l’emplacement des fondations de la prison.

Place de la Bastille, des marquages au sol indiquent l’emplacement de la prison, © Axel G.

Plaque montrant les limites de l’ancienne prison sur l’actuelle place de la Bastille, © Axel G.

En y ajoutant un peu d’imagination, il est donc possible de visualiser mentalement ce que représentait l’édifice pour ses contemporains : une masse imposante, effrayante qui obstruait l’extrémité de la rue Saint-Antoine, et qui était visible de loin, par exemple depuis l’actuel métro Saint-Paul.

On voyait la prison de loin. Ici, la perspective depuis le métro Saint-Paul, © Axel G.

En fait, au quotidien, on n’échappait pas à la silhouette effrayante de Bastille : elle était là, constamment à portée de regards, pour venir rappeler à la populace que les cachots n’étaient pas loin s’il venait à quiconque l’idée saugrenue de sortir du droit chemin.

Reconstitution de La Bastille médiévale par Theodor Josef Hubert Hoffbauer.

Pour compléter ce voyage mental dans le temps et dans Paris, nous recommandons évidemment le bref et indispensable 14 juillet (Actes Sud), roman historique publié en 2016 par Éric Vuillard – qui obtint le prix Goncourt l’année suivante avec L’Ordre du jour.

Récit formidable, 14 juillet raconte pour la première fois, à hauteur d’hommes, les faits tels qu’ils se sont déroulés du point de vue des habitants du quartier et des participants à la prise de la Bastille.

« Le 14 juillet est l’instant où l’on a vu pour la première fois un peuple entrer sur la scène de l’histoire », expliquait l’auteur au moment de la sortie du livre.

Texte : Axel G.

12.07.21

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Le marché des Enfants Rouges, tout le monde l’aime

Des restaurants, des marchands, un magasin de photos, une librairie… Ainsi se présente, le Marché des enfants Rouges, unique en son genre dans le Marais et sa capitale parce qu’il est le seul à proposer une offre de restauration aussi variée et qualitative.

Le quartier juif du Marais à Paris

Le quartier juif du Marais à Paris

Dès le XIIIe siècle, le Marais abrite une communauté juive qui s’y maintient jusqu’à son expulsion au XIVe siècle. Fuyant la misère et les persécutions, les juifs des pays de l’Est et ceux de l’Alsace s’y installent au XIXe siècle. Autour de la rue des rosiers et de la place Saint-Paul rebaptisée Pletz…

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Victor Hugo, l’écrivain aux mille talents

Né en 1802, Victor Hugo devient un écrivain social, un dramaturge, un poète, un romancier et un dessinateur romantique. Surnommé l’homme-océan puis l’homme-siècle, c’est une personnalité politique et un intellectuel engagé. Il rencontre le succès avec Notre-Dame-de-Paris en 1831 et avec les Misérables en 1862.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

Européennes 2024 : Glucksmann en tête dans le Marais

La liste conduite par Raphaël Glucksmann arrive en tête dans les deux arrondissements du Marais avec 29,41 % dans le 3e arrondissement et 29,41 % dans le 4e. Elle est aussi victorieuse dans le 2e, 5e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 18e.

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

In the Mood for Brunch à L’Inaperçu

C’est un endroit net et bien cadré comme une photo argentique. Normal, dira-t-on, puisque ce café-restaurant possède aussi une partie librairie dédiée à la photographie avec des ouvrages de qualité, parfois rares – sélectionnés par des commissaires différents comme Christine Barthe la responsable photo…

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Boutiques Vintage chic dans le Marais

Le marché de la seconde main a toujours eu ses fans. Il y a cependant vintage et vintage. Du sweat-shirt vendu au poids à la pièce rare restaurée, il y a un monde. C’est la mode du second hand, qui rejoint aujourd’hui les préoccupations environnementales. Surtout, c’est un moyen de se composer des looks uniques à bon prix.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !