Vestiges de la prison de la Bastille, square Henri-Galli, © Axel G.

Bastille. Façade orientale, dessin de 1790 ou 1791. Dessin à la mine de plomb et lavis à l’encre brune ; 7,5 x 10,2 cm.

Beaucoup de parisiens l’ignorent : il est encore possible de visiter, à Paris, la prison de la Bastille – ou plutôt : ce qu’il en reste – mais… pas à la Bastille. Des vestiges des fondations du pénitencier ont en effet été retrouvés en 1899 lors de la construction de la ligne 1 du métro et déplacés à 600 mètres de là, tout près de la Seine, dans le Marais, au début du boulevard Henri-IV, dans le square Henri-Galli, à l’écart des circuits touristiques.

Découverte des fondations de la Tour de la Liberté,
vestiges de la Bastille, lors du percement de la
ligne de métro 1 en 1899

Vestiges de la prison de la Bastille, square Henri-Galli, © Axel G.

Deux autres vestiges, plus petits, sont visibles sur les quais du métro Bastille, sur les lignes 1 et 5.

Station Bastille de la ligne 5 du métro de Paris, France. © Clicsouris

C’est tout ce qu’il reste de la prison dont la destruction, promptement menée, démarra dès le 14 juillet 1789. Ce ne sont que quelques pierres… mais c’est déjà beaucoup, car c’est la seule chose tangible qui permette de représenter le bâtiment disparu (il fut érigé à partir de 1370 sous Charles V).

Il est vrai, aussi, qu’un discret marquage au sol indique, sur la place de la Bastille, l’emplacement des fondations de la prison.

Place de la Bastille, des marquages au sol indiquent l’emplacement de la prison, © Axel G.

Plaque montrant les limites de l’ancienne prison sur l’actuelle place de la Bastille, © Axel G.

En y ajoutant un peu d’imagination, il est donc possible de visualiser mentalement ce que représentait l’édifice pour ses contemporains : une masse imposante, effrayante qui obstruait l’extrémité de la rue Saint-Antoine, et qui était visible de loin, par exemple depuis l’actuel métro Saint-Paul.

On voyait la prison de loin. Ici, la perspective depuis le métro Saint-Paul, © Axel G.

En fait, au quotidien, on n’échappait pas à la silhouette effrayante de Bastille : elle était là, constamment à portée de regards, pour venir rappeler à la populace que les cachots n’étaient pas loin s’il venait à quiconque l’idée saugrenue de sortir du droit chemin.

Reconstitution de La Bastille médiévale par Theodor Josef Hubert Hoffbauer.

Pour compléter ce voyage mental dans le temps et dans Paris, nous recommandons évidemment le bref et indispensable 14 juillet (Actes Sud), roman historique publié en 2016 par Éric Vuillard – qui obtint le prix Goncourt l’année suivante avec L’Ordre du jour.

Récit formidable, 14 juillet raconte pour la première fois, à hauteur d’hommes, les faits tels qu’ils se sont déroulés du point de vue des habitants du quartier et des participants à la prise de la Bastille.

“Le 14 juillet est l’instant où l’on a vu pour la première fois un peuple entrer sur la scène de l’histoire”, expliquait l’auteur au moment de la sortie du livre.

Texte : Axel G.

12.07.21

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

14 juillet : « Mais c’est une révolte ? – Non, Sire, c’est une révolution ! »

L’histoire de la prison de la Bastille commence au XIVe siècle avec la construction de la forteresse en un temps record, de 1370 à 1383. Treize ans seulement ! Nous sommes en 1358, sous le règne de Charles V, aux pires heures de la Guerre de Cent Ans. Le royaume de France est presque entièrement aux mains des Anglais et son roi, Jean “le Bon”, leur prisonnier depuis deux ans.

Un palais pas très Cateau

Un palais pas très Cateau

Rue François Miron, une noble façade en pierre de taille ornée d’un rare balcon de pierre arrondi ouvre sa porte concave aux vantaux ornés de portraits en médaillons, sur une très théâtrale cour semi-ovale. Détonnant par son architecture baroque, l’hôtel de Beauvais l’est plus encore par son histoire !

Marianne Ström : l’œil du Marais en 12.000 photos

Marianne Ström : l’œil du Marais en 12.000 photos

Aussi discrète que déterminée, la photographe suédoise Marianne Ström cumule bien d’autres qualités encore : historienne de l’art, elle possède un Hasselblad (la Rolls des appareils photo) et réside dans le Marais depuis quarante ans. Munie de son boîtier, elle arpente depuis lors…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le top 3 des terrasses cachées

Le top 3 des terrasses cachées

Après les nourritures de l’esprit, les nourritures terrestres ! En rouvrant ses portes après quatre années de travaux, le musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, a inauguré, côté rue des Francs-Bourgeois, un restaurant en plein air (qui prendra ses quartiers d’hiver en intérieur)…

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Laurent Le Bon quitte Picasso pour Beaubourg

Après sept années de bons et loyaux services à la tête du musée national Picasso, Laurent Le Bon, conservateur général du patrimoine, s’en va. Mais il ne part pas loin. Le voici qui préside, depuis le 19 juillet, le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

Le look de Anton

Le look de Anton

Avec son air de pâtre grec, nous aurions pu le croiser guidant un troupeau sur les hauteurs de l’île de Naxos. Mais c’est rue Vieille-du-Temple que nous avons rencontré Anton, « berger urbain » épris de fashion qui travaille chez Comme des garçons, l’enseigne japonaise fondée en 1969.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This