Vice-président d’Objectif France un mouvement politique « républicain, libéral et humaniste autour de la société civile et d’élus de terrain », ce père de famille est parisien.
Âgé de 51 ans et cadre dans une banque européenne, il habite dans le Ier après avoir vécu dans le IIe arrondissement depuis 30 ans et s’est engagé auprès de Rachida Dati.

Que reprochez-vous à la municipalité sortante ?
Nous étions fiers plus jeunes de recevoir nos amis étrangers ou de province à Paris. Aujourd’hui, la ville et sale et de surcroît, dangereuse. Les agressions se multiplient. Il faut une police municipale armée. Et une réorganisation complète des services de propretés.

Devant chez moi, fontaine Molière, tous les matins, sur mon trottoir, il y a des poubelles qui s’accumulent. Les couloirs de vélos sont mal conçus. Il y a des encombrements partout. Tout le monde se marche dessus, c’est hyper dangereux. Sans compter les trottinettes.

Autre exemple : la mairie de Paris a installé un kiosque à journaux en face au Pont Neuf contre un passage piéton. Du coup, lorsque les enfants vont à l’école, le kiosque les empêche de voir la rue !

Et la canopée des Halles… Elle était censée être flottante, transparente, on devait pouvoir se promener sur son toit. Et on se retrouve avec un énorme truc en jaune pisseux qui cache l’église Saint-Eustache quand on est en dessous. Tout cela pour un coût d’1 milliard d’euros au total. La mairie a laissé les mains libres à Unibail-Rodamco sans mettre en face d’eux des avocats d’affaire, des consultants, des professionnels dont le métier est de négocier mais des clampins. Le maire s’est fait avoir par une société dont la négociation est le métier. Il faut en finir avec cet amateurisme.

Le BHV est en train de bouffer tout le quartier au détriment du commerce de proximité parce que Hidalgo est copain avec eux. Or je pense qu’il faut les cadrer, il faut que les riverains passent avant. Il faut que des patrons d’Unibail et du BHV nous écoutent, il le faut, leur image de marque en dépend. Ils ont besoin de Paris, on a besoin d’eux et Paris c’est une mairie qui doit être le patron sur certains sujets.

La mairie ne fait pas les commerces mais sa compétence c’est d’améliorer la vie des riverains.
C’est formidable d’avoir LVMH, le BHV mais c’est la Mairie qui a un problème d’autorité pour trouver le juste équilibre. Pourtant elle a les moyens de le faire.

Êtes-vous favorable à la piétonnisation du centre ?
Toutes les villes qui sont piétonnes se sont progressivement transformées, et assez vite, en surfaces commerciales, à destination d’un tourisme de masse. Le centre d’Amsterdam est devenu invivable, entre autres parce que des touristes à pied y déferlent.

La ville est devenue un centre de mono-activité, avec des boutiques de cartes postales, de T-shirts imprimés, des fast-foods (kebabs, pizzas, etc.), des bars où l’on fait la fête toute la nuit, des Airbnb. Les riverains n’ont plus envie d’habiter là : quand ils sortent de chez eux ils sont confrontés à une marée humaine de gens qui n’habitent pas là. Cela tue l’esprit des lieux. Je ne veux pas ça pour Paris Centre.

Enfin, vouloir chasser la voiture ne doit pas être une position dogmatique. Il faut savoir que les automobiles, dans les dix prochaines années, changeront de motorisation, (électrique, hybrides, à l’hydrogène liquide ou autres). La voiture cessera d’émettre des microparticules et sera non polluante. Ce qui changera la réflexion antipollution.

Paris a perdu une partie de ses habitants. Qu’en pensez-vous ?
Paris se vide et cela va s’accélérer. Selon l’Insee, 25% de la population s’en ira dans les 25 années à venir. Si on piétonnise, ce sera peut-être 50%. C’est désespérant de se dire que Paris va devenir un Disneyland géant. Anne Hidalgo ne se rend pas compte des dégâts d’une piétonnisation totale. Les rues piétonnes autour de Beaubourg ont totalement changé l’esprit de lieux. Ce n’est plus la même vie qu’avant pour les riverains.

La droite n’est – elle pas la plus mal placée pour parler des erreurs architecturales. Sous Jacques Chirac et Jean Tiberi, la municipalité voulait transformer le Marché des Enfants Rouges en parking, la droite est-elle en mesure de prendre des décisions plus sages ?

Il faut faire appel à des urbanistes, à des architectes, à des professionnels du monde de l’art et des beaux-arts et il faut dépolitiser ces sujets-là. Mais je répète que les Halles actuels sont une erreur architecturale que l’on paiera cher pendant de nombreuses années.

Quelles sont vos propositions ?
Avec le regroupement des quatre premiers arrondissements, trois mairies seront disponibles. Il faut y installer un guichet à usage unique pour les personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer jusqu’à la mairie du IIIe.
Autre idée : créer un grand parking à vélo notamment aux Halles pour que les gens puissent se rendre jusqu’au RER, tous les matins et se garer dans des parkings sécurisés. Je veux aussi un plan global de circulation pour conserver un flux de voiture minimum dans la capitale. Nous allons fluidifier la circulation grâce aux nouvelles technologies pour faire de Paris une “Smart City”, une ville intelligente. Cela va nous libérer de beaucoup de pollution et de beaucoup de stress

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

05.03.20

LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS DANS LE MARAIS

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

La Nuit Blanche 2020

La Nuit Blanche 2020

la Nuit Blanche 2020 s’offre le tour de Paris le 3 octobre 2020 de 18h à 2h du matin, heure du dernier métro et cette annonce met en joie les amateurs d’art in-situ. D’autant que cette 19ème édition se veut « ciselée et délicate » selon les mots de Christophe Girard, créateur de cet évènement phare et désormais ex-adjoint…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les nouveaux nomades du travail 2.0

Les nouveaux nomades du travail 2.0

La crise sanitaire a transformé nos styles de vie : nous n’occupons plus nos lieux de travail ni nos espaces à vivre comme avant. En quelques jours et sur de nombreux mois maintenant, des milliers d’entreprises ont mis en place des mesures inédites comme le télétravail généralisé, qui aujourd’hui est presque devenu la nouvelle norme…

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

Petit par la taille mais grand par le cœur. Depuis le confinement, Gramme, mini néo-cantine de la rue des Archives a su se réinventer en proposant ses recettes maison en version « take-out ». Pas étonnant que dès l’annonce du reconfinement, cette équipe d’hédonistes- bio ait remis le couvert à emporter directement depuis son comptoir.

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Sabine Bayasli est galeriste. En 2020 après des années dans sa galerie d’art contemporain du 9eme, cette ardente « défenseure » de la création depuis plus de vingt ans, a installé « ses » artistes dans un espace blanc et silencieux proche du centre Pompidou. Quelques semaines avant le reconfinement elle y proposait un accrochage…

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This