C’est une victoire pour les riverains de la jolie place Sainte-Catherine (4e). La mairie de Paris vient d’obtenir gain de cause devant la justice contre les commerçants réunis en association afin de défendre leur droit à étendre leurs terrasses, au-delà de toute mesure.

Le tribunal administratif a donné raison au maire de Paris Centre Ariel Weil qui contestait l’extension déraisonnable du service en terrasse. Ces dernières années, les tables occupaient non seulement les abords des restaurants mais également le terre-plein central.

Les voisins, excédés par le bruit, avaient alerté la municipalité. Autrefois tranquille cette petite place proche de la rue Saint-Antoine s’est, au fil du temps, transformée en caisse de résonance.

Depuis le milieu des années 2000, les résidents ont multiplié les actions de protestation, apposé des banderoles aux fenêtres, rédigé des lettres ouvertes au maire et aux commerçants.

Certains ont même lancé des boules puantes. D’autres sont venus constater les débordements de terrasse en prenant des mesures avec un mètre.

Le 18 février 2020, Ariel Weil a pris un arrêté imposant un règlement particulier sur cette place située dans un secteur sauvegardé du Marais.

Il exigeait une harmonisation des stores et interdisait l’accaparement du centre de la place afin de garantir une circulation optimale des piétons.

C’est cette décision qui était contestée en justice par l’association Commerçants Place Sainte-Catherine. La cour administrative d’appel vient de valider l’arrêté municipal.

« C’est une immense victoire et une décision qui fera date », explique le maire dans Le Parisien. Il rappelle que « l’autorisation d’exploitation d’un espace extérieur n’est pas un droit mais une tolérance. »

Et de conclure : « Cette décision montre que j’ai la possibilité, au nom de l’intérêt général, d’imposer des dispositions particulières à certains endroits. Et je compte bien l’utiliser. »

Texte et photo : Katia Barillot

18.06.21

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Journées du patrimoine 2022 dans le Marais : animations gratuites au Musée Carnavalet. Le musée de la ville de Paris spécialisé, depuis 1880, dans l’Histoire de la capitale de la préhistoire à nos jours accueille les collections, sans cesse enrichies dans l’hôtel des Ligneris (dit Carnavalet) et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau.

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

L’été, à Paris, c’est la saison des tournages, parce que la ville est déserte. En août, le Marais s’est transformé en plateau de cinéma. Rue de Braque, par exemple, la chaîne de AppleTV+ tournait des épisodes d’une série consacrée à Benjamin Franklin, avec Michael Douglas dans le rôle-titre.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !