C’est une victoire pour les riverains de la jolie place Sainte-Catherine (4e). La mairie de Paris vient d’obtenir gain de cause devant la justice contre les commerçants réunis en association afin de défendre leur droit à étendre leurs terrasses, au-delà de toute mesure.

Le tribunal administratif a donné raison au maire de Paris Centre Ariel Weil qui contestait l’extension déraisonnable du service en terrasse. Ces dernières années, les tables occupaient non seulement les abords des restaurants mais également le terre-plein central.

Les voisins, excédés par le bruit, avaient alerté la municipalité. Autrefois tranquille cette petite place proche de la rue Saint-Antoine s’est, au fil du temps, transformée en caisse de résonance.

Depuis le milieu des années 2000, les résidents ont multiplié les actions de protestation, apposé des banderoles aux fenêtres, rédigé des lettres ouvertes au maire et aux commerçants.

Certains ont même lancé des boules puantes. D’autres sont venus constater les débordements de terrasse en prenant des mesures avec un mètre.

Le 18 février 2020, Ariel Weil a pris un arrêté imposant un règlement particulier sur cette place située dans un secteur sauvegardé du Marais.

Il exigeait une harmonisation des stores et interdisait l’accaparement du centre de la place afin de garantir une circulation optimale des piétons.

C’est cette décision qui était contestée en justice par l’association Commerçants Place Sainte-Catherine. La cour administrative d’appel vient de valider l’arrêté municipal.

« C’est une immense victoire et une décision qui fera date », explique le maire dans Le Parisien. Il rappelle que « l’autorisation d’exploitation d’un espace extérieur n’est pas un droit mais une tolérance. »

Et de conclure : « Cette décision montre que j’ai la possibilité, au nom de l’intérêt général, d’imposer des dispositions particulières à certains endroits. Et je compte bien l’utiliser. »

Texte et photo : Katia Barillot

18.06.21

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Il s’en passe des choses quand les Maraisiens ont tourné le dos ! Dommage pour ceux qui étaient déjà partis en vacances mais les jeunes mariés Ben Affleck et Jennifer Lopez ont profité de l’absence d’une partie des Parisiens pour visiter le Marais. Samedi 23 juillet l’illustre couple était au musée Picasso…

La place Sainte-Catherine privée de Fête de la musique

La place Sainte-Catherine privée de Fête de la musique

Les restaurateurs de la place du marché Sainte-Catherine ont le blues. Pour la première fois cette année, il n’y aura pas de musique sur ce qui est l’une des plus anciennes – et l’une des plus charmantes – places de Paris. « Nous, les restaurateurs de la place, sommes écœurés, dit Rémy Guilbert, président de la place Sainte-Catherine.

François Margolin, retour d’Ukraine

François Margolin, retour d’Ukraine

Scénariste, réalisateur, producteur, François Margolin est l’auteur d’une vingtaine de films de documentaires ou de fiction, dont « L’opium des talibans », « Les petits soldats » ou « salafistes ». Début mai, il est parti en Ukraine en pleine guerre et est revenu avec le sentiment d’avoir assisté à un génocide qui en rappelle les tragédies du XXe siècle.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Il s’en passe des choses quand les Maraisiens ont tourné le dos ! Dommage pour ceux qui étaient déjà partis en vacances mais les jeunes mariés Ben Affleck et Jennifer Lopez ont profité de l’absence d’une partie des Parisiens pour visiter le Marais. Samedi 23 juillet l’illustre couple était au musée Picasso…

Atelier 440,  let the music play !

Atelier 440, let the music play !

Au rez-de-chaussée d’un immeuble du haut Marais, la terrasse du café-restaurant Le Progrès ne désemplit pas. Mais deux étages plus haut, c’est un tout autre univers. Ici, bien loin de la foule bruyante, se retrouvent, dans une ambiance cosy, des passionnés de musique, de composition et de production musicale.

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !