Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

Les installations d’Adel Abdessemed laissent rarement indifférents. Celle que cette star controversée de l’art contemporain, vient de poser à Paris, dans le Marais, n’échappe pas à la règle.

Ses pigeons voyageurs géants, qui sont en réalité des pigeons destructeurs, viennent de se poser dans la cour de la galerie Passage de Retz, rue Charlot (3e) à l’invitation de Jacqueline Frydman. Et ils n’ont rien d’anodins.

DIE_TAUBENPOST-4, Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

La déconcertante œuvre en aluminium du plasticien franco-algérien, authentique manifeste sur la banalité du quotidien, nous indique, à raison, que la violence jamais loin.

Ces deux volatiles n’ont rien d’inoffensifs. « Die Taubenpost » (les pigeons voyageurs, en allemand) sont harnachés d’une charge explosive et d’un téléphone portable, pour les déclencher.

Selon Adel Abdessemed, l’oiseau n’est pas seulement l’occupant indolent de nos villes mais une créature potentiellement porteuse de violence terroriste, au même titre qu’un drone.

Exposé dans le monde entier, le travail de l’artiste – des dessins, des vidéos, des installations – dérange et questionne le public presque systématiquement, à l’instar de ses grosses cylindrées cuites au four ou de son œuvre taxidermisée dans laquelle des loups et leurs proies s’entremêlent.

On se souvient aussi de sa sculpture « La vengeance de Zidane », qui reproduisait le fameux coup de tête administré par le footballeur français à l’Italien Materazzi en finale du Mondial 2006.

Elle qui fit grand bruit lorsqu’elle fut exposée à Beaubourg, sur la piazza du Centre Pompidou. Cette fois-ci, il n’est pas question de coup de tête. Mais c’est tout de même, comme toujours avec Abdessemed, un vrai coup de poing.

Jusqu’au 7 novembre

Die Taubenpost, Adel Abdessemed
Passage de Retz

9 Rue Charlot, 75003 Paris
Tel : 01 48 04 37 99

Adel Abdessemed devant son oeuvre, Die Taubenpost, © Katia Barillot

Texte : Katia Barillot

22.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky et connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy). Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne…

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Il ne reste que quelques jours pour admirer les images de Raymon Depardon prises à Glasgow, en Ecosse, en 1980, et accrochées à la galerie RX dans le Marais à Paris, jusqu’au dimanche 16 janvier. En 1980, le photographe français réalise une commande pour le Sunday Times sur la capitale écossaise.

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This