Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

Les installations d’Adel Abdessemed laissent rarement indifférents. Celle que cette star controversée de l’art contemporain, vient de poser à Paris, dans le Marais, n’échappe pas à la règle.

Ses pigeons voyageurs géants, qui sont en réalité des pigeons destructeurs, viennent de se poser dans la cour de la galerie Passage de Retz, rue Charlot (3e) à l’invitation de Jacqueline Frydman. Et ils n’ont rien d’anodins.

DIE_TAUBENPOST-4, Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

La déconcertante œuvre en aluminium du plasticien franco-algérien, authentique manifeste sur la banalité du quotidien, nous indique, à raison, que la violence jamais loin.

Ces deux volatiles n’ont rien d’inoffensifs. « Die Taubenpost » (les pigeons voyageurs, en allemand) sont harnachés d’une charge explosive et d’un téléphone portable, pour les déclencher.

Selon Adel Abdessemed, l’oiseau n’est pas seulement l’occupant indolent de nos villes mais une créature potentiellement porteuse de violence terroriste, au même titre qu’un drone.

Exposé dans le monde entier, le travail de l’artiste – des dessins, des vidéos, des installations – dérange et questionne le public presque systématiquement, à l’instar de ses grosses cylindrées cuites au four ou de son œuvre taxidermisée dans laquelle des loups et leurs proies s’entremêlent.

On se souvient aussi de sa sculpture « La vengeance de Zidane », qui reproduisait le fameux coup de tête administré par le footballeur français à l’Italien Materazzi en finale du Mondial 2006.

Elle qui fit grand bruit lorsqu’elle fut exposée à Beaubourg, sur la piazza du Centre Pompidou. Cette fois-ci, il n’est pas question de coup de tête. Mais c’est tout de même, comme toujours avec Abdessemed, un vrai coup de poing.

Jusqu’au 7 novembre

Die Taubenpost, Adel Abdessemed
Passage de Retz

9 Rue Charlot, 75003 Paris
Tel : 01 48 04 37 99

Adel Abdessemed devant son oeuvre, Die Taubenpost, © Katia Barillot

Texte : Katia Barillot

22.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Pourquoi aller à la mer quand on peut la trouver dans le Marais, à la galerie Menouar, rue du Parc-Royal ? Ici, on plonge directement dans le Grand Bleu avec l’œuvre du Malacarne, artiste postimpressionniste du reflet, de la lumière et de l’eau dont le pinceau caresse la surface de la mer.

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

A la galerie Jeanne Bucher Jaeger, espace centenaire au fond d’une cour, se déploie une trentaine de dessins et de sculptures cinétiques, œuvres en mouvement de l’artiste Japonais Susumu Shingu. C’est un courant en vogue dans les années cinquante, emmené par des artistes tels que l’athénien Takis ou le brésilien Soto.

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

Restaurant végétarien : Bonnard, c’est tout bon !

On se sent immédiatement bien chez Bonnard où l’on est accueilli par Elise, la maîtresse de maison franco-américaine, chic et décontractée, dans un décor où le bois et la pierre prédominent. C’est que, ici, tout est naturel : la déco, les gens, les vins bios, la cuisine de saison. Bienvenue, donc, rue…

Le 26 mai 2024, c’est la fête des mères

Le 26 mai 2024, c’est la fête des mères

A cette occasion, petits et grands célèbrent leur mère par un coup de fil, un cadeau, un bouquet de fleurs. On célèbre les mamas partout dans le monde et dans la plupart des pays, au mois de mai. On croit à tort que cette fête date des sombres années Pétain alors qu’il l’a seulement réhabilitée pour en faire une célébration lithurgique…

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !