Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

Les installations d’Adel Abdessemed laissent rarement indifférents. Celle que cette star controversée de l’art contemporain, vient de poser à Paris, dans le Marais, n’échappe pas à la règle.

Ses pigeons voyageurs géants, qui sont en réalité des pigeons destructeurs, viennent de se poser dans la cour de la galerie Passage de Retz, rue Charlot (3e) à l’invitation de Jacqueline Frydman. Et ils n’ont rien d’anodins.

DIE_TAUBENPOST-4, Adel Abdessemed Paris ADAGP 2021, © Frank Perrin

La déconcertante œuvre en aluminium du plasticien franco-algérien, authentique manifeste sur la banalité du quotidien, nous indique, à raison, que la violence jamais loin.

Ces deux volatiles n’ont rien d’inoffensifs. « Die Taubenpost » (les pigeons voyageurs, en allemand) sont harnachés d’une charge explosive et d’un téléphone portable, pour les déclencher.

Selon Adel Abdessemed, l’oiseau n’est pas seulement l’occupant indolent de nos villes mais une créature potentiellement porteuse de violence terroriste, au même titre qu’un drone.

Exposé dans le monde entier, le travail de l’artiste – des dessins, des vidéos, des installations – dérange et questionne le public presque systématiquement, à l’instar de ses grosses cylindrées cuites au four ou de son œuvre taxidermisée dans laquelle des loups et leurs proies s’entremêlent.

On se souvient aussi de sa sculpture « La vengeance de Zidane », qui reproduisait le fameux coup de tête administré par le footballeur français à l’Italien Materazzi en finale du Mondial 2006.

Elle qui fit grand bruit lorsqu’elle fut exposée à Beaubourg, sur la piazza du Centre Pompidou. Cette fois-ci, il n’est pas question de coup de tête. Mais c’est tout de même, comme toujours avec Abdessemed, un vrai coup de poing.

Jusqu’au 7 novembre

Die Taubenpost, Adel Abdessemed
Passage de Retz

9 Rue Charlot, 75003 Paris
Tel : 01 48 04 37 99

Adel Abdessemed devant son oeuvre, Die Taubenpost, © Katia Barillot

Texte : Katia Barillot

22.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

Marilyn forever

Marilyn forever

Soixante ans après sa mort, Marilyn incarne toujours l’éternel féminin. Au cœur du Marais, galerie Joseph, l’Expérience Monroe propose une exposition digitale et poétique jusqu’au 21 novembre, pour mieux connaître le mythe et la femme, start uppeuse avant l’heure, entrepreneuse et moderne pour l’époque (liberté sexuelle, psychanalyse etc.).

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Il y a du David Hockney chez ce peintre-là qui, comme son illustre aîné, illumine le monde avec des couleurs. Mais, comme on le sait, l’Anglais est inabordable – il est l’artiste vivant le plus côté au monde – tandis que l’Australien se négocie entre 1 000 et 5 000 euros selon les formats, à la galerie Gratadou…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Unique club de jazz du Marais, le 38Riv est le temple du cool et du swing. Rue de Rivoli, entre Saint-Paul et Hôtel de Ville, ses caves voutées sont le port d’attache de la nouvelle scène jazz. Chaque soir, la magie opère.

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Connaissez-vous le bao ? Ce petit pain blanc ultra-moelleux et cuit vapeur est un bun d’origine chinoise (mais on en trouve dans toute l’Asie du Sud-Est) traditionnellement garni de viande ou de légumes – ou les deux. Spécialiste du genre, Superbao, à deux pas du Marais (une adresse côté République…

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Le gigantesque chantier de réparation de la cathédrale Notre-Dame de Paris touche à sa fin. Le démontage de l’échafaudage de la flèche a débuté. Elle est à nouveau visible avec, à son sommet, un coq qui trône en majesté. Dans dix mois, les visiteurs pourront retourner sur les lieux dont la réouverture est prévue…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !