Le musée Picasso – ©Anaïs Costet

Naguère archi-populaire le musée Picasso n’attire plus les foules. Récemment encore, des files interminables s’étiraient rue de Thorigny, devant l’entrée de la prestigieuse institution. Ce n’est plus le cas. La faute à la crise sanitaire ? Oui, mais pas seulement. Jusqu’en 2019, le musée était fréquenté à 60 % par des touristes. Or les touristes internationaux ne sont pas revenus et le public français n’est pas au rendez-vous non plus.

Mais il y a d’autres raisons à cette désaffection, comme nous l’apprend un article édifiant de L’Obs paru mi-avril. « Surexposition, lassitude du public, polémiques sur sa misogynie : le peintre espagnol, à l’approche de son jubilé [pour les 50 ans de sa mort], ne fait plus recette », écrit David Caviglioli.

Premier problème : sous le règne du dynamique conservateur Laurent Le Bon (2014-2022), qui succédait à la controversée et autoritaire Anne Baldassari (2005-2014), les expositions Picasso se sont multipliées à travers l’hexagone. Jusqu’au vertige.. L’Obs explique : « Laurent Le Bon a créé un réseau, « Picasso-Méditerranée », avec 78 institutions qui, de 2017 à 2019, ont accueilli une « programmation itinérante » sur Picasso en France, en Italie, en Espagne, en Grèce, en Israël, au Maroc. Deux années intenses de « Picassomania », avec des expositions « Matisse-Picasso » (à Nice), « Godard-Picasso » (à Arles), « Picasso et l’antique » (à Naples), « Picasso et les arts du spectacle » (à Izmir).

Jadis avare, le Musée Picasso s’est mis à prêter à qui le demandait, et notamment aux institutions régionales, dans des volumes inédits. » Sur le papier l’idée était bonne. Mais le concept a, semble-t-il, été poussé trop loin. Le journaliste David Caviogli écrit : « La Picassomania a tourné à la Picassomanie. Il pleut du Picasso sur la France. Les commissaires thématisent jusqu’au vertige.

Ces deux dernières années, on a eu droit à « Picasso sous l’Occupation » au Musée de Grenoble, « Picasso illustrateur » au Musée des Beaux-Arts de Tourcoing, « les Musiques de Picasso » à la Philharmonie, « Picasso, baigneuses et baigneurs » au Musée des Beaux-Arts de Lyon, « Picasso l’étranger » au Musée national de l’Histoire de l’Immigration, « Les Louvre de Pablo Picasso » au Louvre-Lens.

Il faut ajouter les expositions du Musée Picasso lui-même : « Picasso-Rodin », « Picasso et la bande dessinée », « Picasso à l’image », « Picasso poète ». L’année 2022 démarre fort, avec pas moins de deux nouvelles expositions Picasso, qui continuent de fouiller l’œuvre de l’Andalou. »

Au vu de la désaffection du public, le magazine fondé par feu Jean Daniel pose la question : « Picasso est-il passé de mode ? » Il semble en tout cas être la victime d’un « Picasso bashing », surtout en vogue parmi les moins de trente ans, y compris dans certaines universités américaines où l’artiste génial est décrit comme l’incarnation du peintre patriarcal, un monstre d’égoïsme, voire « un malade » qui « maltraitait les femmes », selon une historienne de l’art australienne.

En France, rappelle L’Obs, « un épisode récent, et très diffusé, du podcast féministe « Vénus s’épilait-elle la chatte ? » a fait de Picasso une figure repoussoir pour la jeunesse politisée – celle précisément qui fréquente les musées ». Pour une partie de la jeunesse, il est l’incarnation de la masculinité toxique aussi bien que du privilège blanc, misogyne absolu, pervers, tourmenteur de Dora Maar et de Françoise Gilot, violeur, pédocriminel, raciste, voleur d’art africain ».

Voilà qui expliquerait la perte de vitesse de l’hôtel Salé qui abrite depuis 1985 la plus importante collection de Picasso au monde. Même les surveillants ont le blues, parait-il. Certains tombent en dépression. Dans L’Obs, la nouvelle conservatrice Cécile Debray, qui a pris ses fonctions en début d’année, lâche : « C’est très difficile, de surveiller des salles vides ».

Texte : Katia Barillot

22.04.22

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Journées du patrimoine 2022 dans le Marais : animations gratuites au Musée Carnavalet. Le musée de la ville de Paris spécialisé, depuis 1880, dans l’Histoire de la capitale de la préhistoire à nos jours accueille les collections, sans cesse enrichies dans l’hôtel des Ligneris (dit Carnavalet) et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau.

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

L’été, à Paris, c’est la saison des tournages, parce que la ville est déserte. En août, le Marais s’est transformé en plateau de cinéma. Rue de Braque, par exemple, la chaîne de AppleTV+ tournait des épisodes d’une série consacrée à Benjamin Franklin, avec Michael Douglas dans le rôle-titre.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !