Dynamique du bleu à la galerie Denise René

L’été est terminé mais la galerie Denise René plonge dans le grand bleu. Pour son exposition de rentrée, la galerie historique du cinétisme a choisi de célébrer l’azur qui, rue Charlot, occupe tout l’espace et toutes les cimaises jusqu’à la fin octobre.

« C’est la couleur même de la modernité et de l’optimisme dont nous avons tant besoin au sortir du covid », remarque Denis Kilian, maître des lieux et neveu de la galeriste Denise René (disparue en 2012) qui a fait connaître Victor Vasarely et soutenu de nombreux pionniers de l’abstraction géométrique et de l’art cinétique dans la seconde moitié du XXe siècle.

Dynamique du bleu à la galerie Denise René

L’exposition « dynamique du bleu » se présente comme un hommage transgénérationnel, avec les structures triangulaires d’Elias Crespin, les sculptures de Pe Lang ou encore les algorithmes diffractés de Santiago Torres mais aussi les œuvres des vénérables « anciens » Carlos Cruz Diez, récemment décédé, et Victor Vasarely, l’inégalé père de « l’art optique ».

La majorité des maraisiens ignorent qu’au même titre que la gare de Perpignan est le centre de l’univers (selon Dali), la galerie Denise René est celui de l’art cinétique. Ce qui nous conduit à un petit rappel historique. En 1945, la galeriste parisienne est la première à présenter les œuvres de Vasarely. Dix ans plus tard, c’est elle encore qui organise à Paris l’exposition Le mouvement, avec Vasarely, Calder, Duchamp, Tinguely, Jacobsen, Agam, Bury et Soto. L’acte fondateur de l’art cinétique est posé.

Victor Vasarely ref 52, kezdi-kroa, 1966-1967, huile sur toile, 150 x 150 cm

Cette forme artistique, dont le principe est le mouvement, est fondée sur l’idée que l’œuvre change par effet d’optique lorsque le spectateur se déplace : tout comme celui qui regarde l’œuvre d’art, cette dernière n’est pas figée. En évolution constante sous le regard humain, elle bouge, elle change, elle vibre. Cette esthétique du mouvement donne vie à des formes géométriques et crée un nouveau langage. Celui-ci qui atteint son apogée dans les années 1970, sous Pompidou, lorsque l’artiste Yaacov Agam aménage du sol au plafond l’antichambre des appartements privés du couple présidentiel à l’Élysée pour en faire une installation en 3D et, aussi, quand Vasarely dessine le logo de la régie Renault en 1972.

C’est de cette histoire glorieuse que l’on vient s’imprégner avec la dynamique du bleu, comme à chaque fois qu’un nouvel accrochage se met en mouvement sur les murs de la galerie Denise René.

Dynamique du bleu, jusqu’au 30 octobre

Galerie Denise René
22, rue Charlot, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 19h
Tél. : 01 48 87 73 94

Dynamique du bleu à la galerie Denise René

Texte : Axel Gyldén

06.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky et connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy). Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne…

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Il ne reste que quelques jours pour admirer les images de Raymon Depardon prises à Glasgow, en Ecosse, en 1980, et accrochées à la galerie RX dans le Marais à Paris, jusqu’au dimanche 16 janvier. En 1980, le photographe français réalise une commande pour le Sunday Times sur la capitale écossaise.

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This