Dynamique du bleu à la galerie Denise René

L’été est terminé mais la galerie Denise René plonge dans le grand bleu. Pour son exposition de rentrée, la galerie historique du cinétisme a choisi de célébrer l’azur qui, rue Charlot, occupe tout l’espace et toutes les cimaises jusqu’à la fin octobre.

« C’est la couleur même de la modernité et de l’optimisme dont nous avons tant besoin au sortir du covid », remarque Denis Kilian, maître des lieux et neveu de la galeriste Denise René (disparue en 2012) qui a fait connaître Victor Vasarely et soutenu de nombreux pionniers de l’abstraction géométrique et de l’art cinétique dans la seconde moitié du XXe siècle.

Dynamique du bleu à la galerie Denise René

L’exposition « dynamique du bleu » se présente comme un hommage transgénérationnel, avec les structures triangulaires d’Elias Crespin, les sculptures de Pe Lang ou encore les algorithmes diffractés de Santiago Torres mais aussi les œuvres des vénérables « anciens » Carlos Cruz Diez, récemment décédé, et Victor Vasarely, l’inégalé père de « l’art optique ».

La majorité des maraisiens ignorent qu’au même titre que la gare de Perpignan est le centre de l’univers (selon Dali), la galerie Denise René est celui de l’art cinétique. Ce qui nous conduit à un petit rappel historique. En 1945, la galeriste parisienne est la première à présenter les œuvres de Vasarely. Dix ans plus tard, c’est elle encore qui organise à Paris l’exposition Le mouvement, avec Vasarely, Calder, Duchamp, Tinguely, Jacobsen, Agam, Bury et Soto. L’acte fondateur de l’art cinétique est posé.

Victor Vasarely ref 52, kezdi-kroa, 1966-1967, huile sur toile, 150 x 150 cm

Cette forme artistique, dont le principe est le mouvement, est fondée sur l’idée que l’œuvre change par effet d’optique lorsque le spectateur se déplace : tout comme celui qui regarde l’œuvre d’art, cette dernière n’est pas figée. En évolution constante sous le regard humain, elle bouge, elle change, elle vibre. Cette esthétique du mouvement donne vie à des formes géométriques et crée un nouveau langage. Celui-ci qui atteint son apogée dans les années 1970, sous Pompidou, lorsque l’artiste Yaacov Agam aménage du sol au plafond l’antichambre des appartements privés du couple présidentiel à l’Élysée pour en faire une installation en 3D et, aussi, quand Vasarely dessine le logo de la régie Renault en 1972.

C’est de cette histoire glorieuse que l’on vient s’imprégner avec la dynamique du bleu, comme à chaque fois qu’un nouvel accrochage se met en mouvement sur les murs de la galerie Denise René.

Dynamique du bleu, jusqu’au 30 octobre

Galerie Denise René
22, rue Charlot, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 19h
Tél. : 01 48 87 73 94

Dynamique du bleu à la galerie Denise René

Texte : Axel Gyldén

06.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Le goût d’une cerise. Le goût du beau. Le goût de l’art. Voilà la thématique de l’exposition « Le goût du sujet » proposée par Mélissa Pinon à Rue de Turenne Galerie, au numéro 64 de la même rue, du 20 au 26 juin. Avec ses natures mortes, l’artiste – qui a été membre de la Casa de Velázquez à Madrid…

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty. La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque encore mésestimée…

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

« Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », fait dire Pierre Corneille à Rodrigue, dans Le Cid. Mais la réplique s’applique aussi bien à Paloma Vauthier, plasticienne, photographe, actrice et vidéaste passée par l’école de cinéma Kourtrajmé.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

3 bars lesbiens où se retrouver

3 bars lesbiens où se retrouver

On parle souvent de « quartier gay » du Marais, de « bar gay » ou encore de « gay pride », mais qu’en est-il des espaces conçus par et pour femmes queer, et notamment des femmes lesbiennes ? Pour rétablir cette parité, Le Marais Mood vous fait un état des lieux des meilleurs bars lesbiens du Marais !

L’afro végétarisme (podcast)

L’afro végétarisme (podcast)

Aujourd’hui Mood(ern) fait la place à une tendance dans le végétarisme qui s’impose, le végétarisme qui se glisse partout et cette fois-ci on le retrouve dans la nourriture africaine, qui est à tort décriée. Nous allons donc explorer d’autres régimes exempts de protéines animales et pour cela nous recevons…

Move your body au Festival Jogging

Move your body au Festival Jogging

Pourquoi vous allez devoir aller vous dépenser au Festival Jogging ? Cet événement qui, u 29 juin au 3 juillet 2022, le Festival Jogging revient au Carreau du Temple pour sa seconde édition, apporte un regard décalé et stimulant sur le monde du sport et des arts à travers des expositions, spectacles…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !