Pour une librairie consacrée à 100% à Paris, on ne peut rêver plus bel emplacement : sur les quais, en vis-à-vis de l’Ile Saint-Louis et… dans le Marais ! Le nom de la librairie lui-même est bien choisi : Le Piéton de Paris, en référence au livre de Léon-Paul Fargue (publié en 1932) qui est une ode à la ville lumière.

Inaugurée voilà deux ans, cette librairie pour amoureux de la capitale possède, en prime le charme cozy d’un deux-pièces parisien avec ses 35 mètres carrés où l’on trouve tout – littérature, recueils d’architecture, livres de photo, bandes dessinées, ouvrages sur les beaux-arts- pourvu qu’il s’agisse d’œuvre en lien avec la ville lumière. La sélection est exhaustive et les conseils de la libraire Frédérique Aubier, avisés.

Lorsqu’on lui demande le nom des auteurs typiquement parisiens, la réponse fuse : Raymond Queneau, Patrick Modiano, Daniel Pennac, Victor Hugo, Honoré de Balzac. « La liste n’est pas figée car Paris elle-même est mouvante », ajoute l’énergique libraire et tirant des étagères un ouvrage consacré à Fréhel, l’influente chansonnière de l’entre-deux-guerres au destin tragique (elle meurt seule dans un hôtel de passe de Pigalle en 1951).

Depuis l’inauguration de la librairie, Frédérique Aubier organisait des signatures d’auteur(e)s à une cadence hebdomadaire. Le Covid-19 a hélas interrompu cette formidable dynamique. Et interrompu, le flot des clients amoureux de Paris qui venaient de loin (de banlieue, de province, de New York, de Séoul…) pour s’approvisionner à la bonne source du Piéton de Paris.

Pour le Marais Mood, c’est l’occasion de rappeler que le soutien aux libraires représente plus que jamais un acte de résistance face à la concurrence débridée d’Amazon (et de ses coursiers sous-payés) qui menace l’existence même des libraires. Et par-là, l’âme de la capitale.

Librairie le piéton de Paris
58, rue de l’Hotel de Ville, 75004 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 18h
Tél : 01 53 69 09 16

Texte : Katia Barillot

25.02.21

LE LÈCHE-VITRINES, C’EST PAR ICI

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

Quel rapport entre la musique rock et les crèmes glacées ? A priori aucun… sauf un certain François-Xavier Goudemand, un professionnel du marketing également fêlé de rock, hard-rock et métal, qui a publié Oh My Rock ! un livre sur l’origine des noms de 101 groupes de musiques publié en 2021.

Bonnard, la table 100% veggie

Bonnard, la table 100% veggie

Un régime moins carné, voire 100% végétal, c’est bien pour la planète et c’est bon pour notre santé. D’une pierre, deux coups ! Voilà ce que propose Bonnard, ce restaurant très discret de la rue des Gravilliers, dans le Marais. En quelques mois cette établissement qui proscrit tout produit animal a conquis…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !