By courtesy of Galerie Lahumière : Jean Dewasne sans titre ca. 1959.

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris. Ceux-ci lui présentent la maquette du futur centre culturel, qui est tout gris. Dewasne a une meilleure idée. Il les invite dans son atelier du Marais, rue du Bourg-Tibourg, où il a repeint tous les tuyaux de canalisation en couleur.

« Les architectes sont subjugués : ils abandonnent aussitôt la couleur grise initialement prévue afin de coloriser la tuyauterie du Centre Georges-Pompidou selon le style Jean Dewasne ! », raconte la galeriste Diane Lahumière qui consacre une exposition à cette figure majeure de l’abstraction géométrique et constructiviste.

Né en 1921 près de Lille, Dewasne (disparu en 1999) grandit dans un univers technique, aux côtés d’un oncle ingénieur, dont le bureau est encombré de plans. Adolescent, il est en outre fasciné par l’Exposition universelle de 1937, qu’il parcourt de long en large. Toute sa vie sera marquée par la modernité, la géométrie, les innovations. Imprégné, aussi, par les idées du Bauhaus, il démarre sa carrière d’artiste autour de 1945 dans un monde où tout est à réinventer. Ça tombe bien, Dewasne est un innovateur qui envisage l’art comme un champ d’expérimentation.

L’artiste, qui est aussi un excellent pianiste, jette son dévolu sur laques glycérophtaliques, une peinture industrielle qu’il applique sur l’aluminium et, plus tard, sur un nouveau matériau inaltérable, l’Isorel, puis sur le contreplaqué. Procédé éclatant, l’application de cette laque industrielle devient sa « signature », au même titre que ses couleurs : rouge, vert, bleu, blanc, noir et, plus rarement, jaune. « A un moment donné, certains le surnommaient même « le roi du Ripolin » ! », s’amuse affectueusement Diane Lahumière dont les parents, fondateurs de la galerie, étaient des proches de Jean Dewasne et, aussi, de Victor Vasarely – deux des autres « historiques » de la maison.

« Si Dewasne – qui représenta la France à la biennale de Venise 1968 aux côtés d’Arman, Kowalski et Schöffer – reste parfois méconnu, c’est peut-être parce que nombre de ses œuvres monumentales sont installées dans des lieux inaccessibles au public ou encore, à l’étranger », explique la galeriste de la rue du Parc-Royal. Ses fresques ornent en effet les parois intérieures de l’Arche de la Défense, les murs du lycée Jean-Vigo à Millau (Aveyron), des stations de métro à Rome et à Hanovre, ou encore la salle de rédaction de Politiken, le grand quotidien danois.

Jusqu’au 23 décembre 2021, l’exposition « Panoramas » présente une vingtaine d’œuvres de cet artiste singulier qui – comme l’explique la critique d’art Lydia Harambourg dans sa présentation de l’expo- a développé « un vocabulaire constitué de formes simples et évolutives, agencées selon des rythmes complexes dans un esprit baroque. » Avec Dewasne, la maîtrise technique rejoint toujours l’invention créative…

Galerie Lahumière – « Panoramas », par Jean Dewasne
17 Rue du Parc Royal, 75003 Paris
Tél. : 01 42 77 27 74

Texte : Axel G.

11.11.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Pourquoi aller à la mer quand on peut la trouver dans le Marais, à la galerie Menouar, rue du Parc-Royal ? Ici, on plonge directement dans le Grand Bleu avec l’œuvre du Malacarne, artiste postimpressionniste du reflet, de la lumière et de l’eau dont le pinceau caresse la surface de la mer.

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

A la galerie Jeanne Bucher Jaeger, espace centenaire au fond d’une cour, se déploie une trentaine de dessins et de sculptures cinétiques, œuvres en mouvement de l’artiste Japonais Susumu Shingu. C’est un courant en vogue dans les années cinquante, emmené par des artistes tels que l’athénien Takis ou le brésilien Soto.

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Millet, de la montagne au Marais

Millet, de la montagne au Marais

Du haut de cette boutique de vêtements outdoor et technique, cent ans d’histoire familiale vous contemplent. Créée en 1921 à Chamonix, la marque Millet est toujours dirigée par la famille du même nom. C’est donc un peu du patrimoine et du savoir-faire français qui arrive des Alpes pour s’installer dans le Marais…

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Brunch divin au pied de Notre-Dame

Certes, officiellement, ce n’est pas le Marais. Mais au Son de la Terre, une péniche récemment amarrée quai de Montebello (5e), le 4e arrondissement est en vue. D’ailleurs, celle-ci est du genre incroyable : d’un côté, c’est Notre-Dame inondée de soleil ; de l’autre, les quais, les bouquinistes, les promeneurs, les joggeurs.

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Saka, un bar à cocktails comme a Tokyo

Voici une adresse qui donne la mesure de la transformation du Marais. Et a de quoi faire taire les grincheux dont le mantra se résume à : « C’était mieux avant… » Non, tout n’était pas mieux « avant » dans le Marais. D’ailleurs, il n’y avait pas de bar américain comme Saka, qui cultive une forme d’excellence qu’on ne trouve plus qu’au Japon.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !