Philippe Waty, Sans titre, 1987, Acrylique, 150 × 150 cm.

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty.

La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque (le tournant de la décennie 1970-1980) encore mésestimée mais dont la cote, avec le recul des années, commence à être reconsidérée.

Même si son travail se prolonge jusqu’en 2012, Waty appartient d’abord à la période mythique 1977-1981, une époque à la fois insouciante et grave, proche et lointaine où Paris – mais oui ! – était « gritty », « underground », « borderline ».

Bref, « branchée » – le mot est d’ailleurs apparu à cette époque. Un temps où les stars londoniennes (Sting, Bowie, Mick Jagger, Grace Jones) venaient s’encanailler au Palace, aux Bains-Douches, au Rose Bonbon, au Privilège et autres hauts lieux de la vie nocturne parisienne.

Exposition Philippe Waty

Disparu en 2012, Philippe Waty appartient alors aux Musulmans Fumants, une bande néo pop-punk-rocks qui défend les cultures minoritaires. Ses membres se produisent dans les clubs ou dans la rue, chez Coluche ou à la rédaction de Libération.

Ils réalisent des fresques pour leurs expos-performances. Collaborent avec des créateurs de mode, de cinéma, de musique. Ils inventent des décors de théâtre (pour Farid Chopel) et pour des vidéoclips (la Danse des mots de Jean-Baptiste Mondino).

Le générique de 22, v’là le rock, pour la télé ? C’est eux. Le logo du Palace ? Encore eux ou, plus exactement : c’est Waty. Le groupe réalise aussi de pochettes de disques.
Un vent de liberté souffle sur Paris.

Philippe Waty, Sans titre, 1988, Acrylique, 120 × 200 cm.

Belle gueule, belle âme et belle énergie, Philippe Waty crée sans effort et éblouit son entourage. Il dessine et des centaines d’œuvres à (re)découvrir jusqu’au 22 mai, près du centre Beaubourg-Georges Pompidou – bâtiment qui, d’ailleurs, a vu le jour à la même époque. 

Avec sa série de Mandalas, qui prouve ses talents de coloristes, Waty décline une grammaire hypnotique sur grand format, parfois flashy. On y lit des symboles philosophiques, religieux, industriels, commerciaux. 

C’est peu dire que les organisateurs de l’exposition prennent à cœur cette rétrospective, persuadés que Philippe Waty « est un grand artiste. Et ils ne sont pas les seuls. 

À propos des Musulmans fumants, un certain chanteur britannique déclarait à Paris Magazine en juin 1987 : « Je rêve de rencontrer ce groupe d’artistes géniaux. Ce qu’ils font est très dadaïste et rempli d’humour. C’est tout ce que j’aime. » L’auteur de cet éloge ? Un certain… David Bowie. 

Philippe Waty. Rétrospective 1977-2012. 
Exposition Jusqu’au 21 mai 2022  

24 Beaubourg
24, rue Beaubourg 75003 Paris
Du mercredi au samedi de 13h à 19h

Philippe Waty, Sans titre, 1990, Acrylique, 150 × 150 cm.

Texte : Axel G.

13.05.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Le goût d’une cerise. Le goût du beau. Le goût de l’art. Voilà la thématique de l’exposition « Le goût du sujet » proposée par Mélissa Pinon à Rue de Turenne Galerie, au numéro 64 de la même rue, du 20 au 26 juin. Avec ses natures mortes, l’artiste – qui a été membre de la Casa de Velázquez à Madrid…

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

« Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », fait dire Pierre Corneille à Rodrigue, dans Le Cid. Mais la réplique s’applique aussi bien à Paloma Vauthier, plasticienne, photographe, actrice et vidéaste passée par l’école de cinéma Kourtrajmé.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Ben Affleck et Jennifer Lopez dans le Marais

Il s’en passe des choses quand les Maraisiens ont tourné le dos ! Dommage pour ceux qui étaient déjà partis en vacances mais les jeunes mariés Ben Affleck et Jennifer Lopez ont profité de l’absence d’une partie des Parisiens pour visiter le Marais. Samedi 23 juillet l’illustre couple était au musée Picasso…

Atelier 440,  let the music play !

Atelier 440, let the music play !

Au rez-de-chaussée d’un immeuble du haut Marais, la terrasse du café-restaurant Le Progrès ne désemplit pas. Mais deux étages plus haut, c’est un tout autre univers. Ici, bien loin de la foule bruyante, se retrouvent, dans une ambiance cosy, des passionnés de musique, de composition et de production musicale.

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Reÿs, au pays des glaces éternelles

Qui dit mieux ? Un aller-retour pour Cuba en classe économique (ou « glace économique ») pour 3,50 euros : Voilà le voyage gustatif que propose Jean-Pierre Braun avec son Rêve de Cuba, une glace vanille intense avec vieux rhum ambré (7 ans d’âge) et citron vert, le tout fumé au havane !

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !