Philippe Waty, Sans titre, 1987, Acrylique, 150 × 150 cm.

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty.

La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque (le tournant de la décennie 1970-1980) encore mésestimée mais dont la cote, avec le recul des années, commence à être reconsidérée.

Même si son travail se prolonge jusqu’en 2012, Waty appartient d’abord à la période mythique 1977-1981, une époque à la fois insouciante et grave, proche et lointaine où Paris – mais oui ! – était « gritty », « underground », « borderline ».

Bref, « branchée » – le mot est d’ailleurs apparu à cette époque. Un temps où les stars londoniennes (Sting, Bowie, Mick Jagger, Grace Jones) venaient s’encanailler au Palace, aux Bains-Douches, au Rose Bonbon, au Privilège et autres hauts lieux de la vie nocturne parisienne.

Exposition Philippe Waty

Disparu en 2012, Philippe Waty appartient alors aux Musulmans Fumants, une bande néo pop-punk-rocks qui défend les cultures minoritaires. Ses membres se produisent dans les clubs ou dans la rue, chez Coluche ou à la rédaction de Libération.

Ils réalisent des fresques pour leurs expos-performances. Collaborent avec des créateurs de mode, de cinéma, de musique. Ils inventent des décors de théâtre (pour Farid Chopel) et pour des vidéoclips (la Danse des mots de Jean-Baptiste Mondino).

Le générique de 22, v’là le rock, pour la télé ? C’est eux. Le logo du Palace ? Encore eux ou, plus exactement : c’est Waty. Le groupe réalise aussi de pochettes de disques.
Un vent de liberté souffle sur Paris.

Philippe Waty, Sans titre, 1988, Acrylique, 120 × 200 cm.

Belle gueule, belle âme et belle énergie, Philippe Waty crée sans effort et éblouit son entourage. Il dessine et des centaines d’œuvres à (re)découvrir jusqu’au 22 mai, près du centre Beaubourg-Georges Pompidou – bâtiment qui, d’ailleurs, a vu le jour à la même époque. 

Avec sa série de Mandalas, qui prouve ses talents de coloristes, Waty décline une grammaire hypnotique sur grand format, parfois flashy. On y lit des symboles philosophiques, religieux, industriels, commerciaux. 

C’est peu dire que les organisateurs de l’exposition prennent à cœur cette rétrospective, persuadés que Philippe Waty « est un grand artiste. Et ils ne sont pas les seuls. 

À propos des Musulmans fumants, un certain chanteur britannique déclarait à Paris Magazine en juin 1987 : « Je rêve de rencontrer ce groupe d’artistes géniaux. Ce qu’ils font est très dadaïste et rempli d’humour. C’est tout ce que j’aime. » L’auteur de cet éloge ? Un certain… David Bowie. 

Philippe Waty. Rétrospective 1977-2012. 
Exposition Jusqu’au 21 mai 2022  

24 Beaubourg
24, rue Beaubourg 75003 Paris
Du mercredi au samedi de 13h à 19h

Philippe Waty, Sans titre, 1990, Acrylique, 150 × 150 cm.

Texte : Axel G.

13.05.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

Marilyn forever

Marilyn forever

Soixante ans après sa mort, Marilyn incarne toujours l’éternel féminin. Au cœur du Marais, galerie Joseph, l’Expérience Monroe propose une exposition digitale et poétique jusqu’au 21 novembre, pour mieux connaître le mythe et la femme, start uppeuse avant l’heure, entrepreneuse et moderne pour l’époque (liberté sexuelle, psychanalyse etc.).

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Il y a du David Hockney chez ce peintre-là qui, comme son illustre aîné, illumine le monde avec des couleurs. Mais, comme on le sait, l’Anglais est inabordable – il est l’artiste vivant le plus côté au monde – tandis que l’Australien se négocie entre 1 000 et 5 000 euros selon les formats, à la galerie Gratadou…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Unique club de jazz du Marais, le 38Riv est le temple du cool et du swing. Rue de Rivoli, entre Saint-Paul et Hôtel de Ville, ses caves voutées sont le port d’attache de la nouvelle scène jazz. Chaque soir, la magie opère.

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Connaissez-vous le bao ? Ce petit pain blanc ultra-moelleux et cuit vapeur est un bun d’origine chinoise (mais on en trouve dans toute l’Asie du Sud-Est) traditionnellement garni de viande ou de légumes – ou les deux. Spécialiste du genre, Superbao, à deux pas du Marais (une adresse côté République…

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Le gigantesque chantier de réparation de la cathédrale Notre-Dame de Paris touche à sa fin. Le démontage de l’échafaudage de la flèche a débuté. Elle est à nouveau visible avec, à son sommet, un coq qui trône en majesté. Dans dix mois, les visiteurs pourront retourner sur les lieux dont la réouverture est prévue…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !