Exposition Lego – Photo : Axel G.

Bonne nouvelle ! Les jeux vidéo n’ont pas totalement supplanté les jouets traditionnels, ainsi que le montre la résilience du Lego. Pour fêter ses 90 ans, la brique danoise a choisi d’exposer son savoir-faire dans le Marais, à Paris, dans le haut de la rue de Turenne à l’espace Galerie Joseph, sur deux étages.

Il reste encore quelques jours, jusqu’au 25 septembre, pour y apprécier le potentiel ludique des briques inventées à Billund en 1932 par Ole Kirk Christiansen, un menuisier qui s’était d’abord lancé dans la fabrication de jouet en bois.

Exposition Lego – Photo : Axel G.

En 1936, il trouve le nom de son entreprise florissante, Lego, qui vient de « leg godt » (joue bien, en danois). Trois ans plus tard son atelier compte dix employés. La brique en plastique moulé voit le jour en 1949. Dans les années 1960, l’entreprise emploie 400 personnes et le premier parc Legoland ouvre ses portes à Billund. Depuis, le succès mondial ne se dément pas grâce au potentiel créatif de ce jouet qui permet de réaliser une infinité de choses.

À l’exposition « Lego, 90 ans de créativité », on admire un arbre de quatre mètres de hauteur, des figurines de toutes tailles, des châteaux dont celui d’Harry Potter, une Ferrari rouge, un train électrique, un vaisseau spatial, le Titanic, et même des tableaux cubistes (forcément) ou figuratifs comme ce portrait de Frida Kahlo entièrement constitué de briques faisant office de mosaïque.

Exposition Lego – Photo : Axel G.

C’est ludique, c’est coloré, c’est beau et c’est amusant. « Nous sommes fans », avoue Emilie Le Goff, une technicienne de gestion venue de Bretagne en famille pour visiter l’expo avec son mari menuisier Pierre et leurs deux filles de 12 et 7 ans, Louann et Lilia. « L’hiver, nous étalons tous nos Lego dans une pièce de la maison et nous jouons en famille », témoigne cette maman capable d’énumérer les différentes gammes de la marque, de Lego Friends à Lego Star Wars. « C’est excellent pour développer l’imagination des enfants. Nous ne nous ennuyons jamais. » Et de conclure fièrement : « Nous ne possédons pas de console de jeux, nous n’en avons pas besoin ! »

L’exposition Lego, 90 ans de créativité
Galerie Joseph

116, rue de Turenne, 75003 Paris

Jusqu’au 25 septembre (attention : fermeture 7, 20 et 21 septembre) de 10h à 20h

Tarif : de 8 à 10 euros

Billetterie sur internet : réservez votre créneau horaire.

Exposition Lego – Photo : Axel G.

Texte : Axel G.

03.09.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Mort de Suzanne Tarasiève, galeriste au tempérament de feu

Mort de Suzanne Tarasiève, galeriste au tempérament de feu

Figure haute en couleur de l’art contemporain (et du Marais), la galeriste Suzanne Tarasiève s’est éteinte le 27 décembre 2022, à 73 ans, des suites d’un cancer qu’elle a tenu en respect sans jamais se départir de son tempérament exceptionnel.

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Exposition Yin Xin, du clair-obscur à l’ambiguïté

Depuis la Chine lointaine où il est né, au fin fond du désert de Gobi –qui est aussi la terre des Ouïghours jusqu’aux plus importantes galeries d’art parisiennes et le Marais, la trajectoire du peintre Yin Xin est unique, exceptionnelle, sans équivalent.

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Adolfo Kaminsky, l’as des faussaires est mort à 97 ans

Discret, d’une élévation d’âme rare et un tantinet rêveur, Adolfo Kaminsky, s’est éteint à Paris à l’âge de 97 ans, le 9 janvier. Photographe, résistant et faussaire de génie, ce natif de Buenos Aires, où il était né en 1925, s’engage dans la Résistance à l’âge de 17 ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !