Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

L’objet de la controverse ? La formulation apposée sous le nom de l’officier supérieur de gendarmerie mort en service, lors de la prise d’otage du Super U de Trèbes (Aude), en 2018.

Le 26 février dernier, la mairie du 3e arrondissement inaugure, « de la manière la plus consensuelle qui soit » selon le Figaro, la place Arnaud-Beltrame, au cœur de l’ancienne caserne de gendarmerie du Marais.

Une plaque est dévoilée, qui indique : « Jardin Arnaud Beltrame 1973-2018. Colonel de Gendarmerie. Assassiné lors de l’attentat terroriste du 23 mars 2018 à Trèbes (Aude) Victime de son héroïsme. »

C’est cette dernière phrase, « victime de son héroïsme », qui fait débat. Les adversaires politiques de la maire Anne Hidalgo lui reprochent une formulation qu’ils jugent “politiquement correcte”. Visiblement, les intéressés auraient préféré voir écrit : “victime du terrorisme islamiste”.

Ils oublient cependant trois choses. Primo, cette formulation a été validée par la famille de l’héroïque colonel. La mère d’Arnaud Beltrame était présente le jour de l’inauguration.

Secundo, cette formulation est empruntée à celle utilisée pour célébrer Jacques Bonsergent, le premier héros de la résistance fusillé par le régime nazi en 1940 et qui a donné son nom à une station de métro. Sur le quai de cette station du 10e arrondissement, une plaque commémorative indique : « Jacques Bonsergent Ingénieur des Arts et Métiers. Premier français victime de son courage et de ses sentiments fraternels fusillé le 23 décembre 1940. » Il n’est pas fait mention du régime nazi.

Tertio, la plaque commémorative dédiée à Arnaud Beltrame ne laisse aucune ambiguïté sur le fait que le colonel est une victime du terrorisme : c’est écrit noir sur blanc.

Cette polémique ferait presque oublier que la transformation et réhabilitation de l’ancienne caserne des Minimes constitue une réussite architecturale. Réalisé par le cabinet rh+ architecture et les paysagistes urbanistes de l’agence OLM, cet ensemble immobilier abrite aujourd’hui 70 logements sociaux, une crèche de 90 berceaux, des locaux commerciaux pour des artisans, un café associatif et un cabinet médical.

La plaque du jardin Arnaud Beltrame, ©Mairie de Paris

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

14.10.20

La Nuit Blanche 2020

La Nuit Blanche 2020

la Nuit Blanche 2020 s’offre le tour de Paris le 3 octobre 2020 de 18h à 2h du matin, heure du dernier métro et cette annonce met en joie les amateurs d’art in-situ. D’autant que cette 19ème édition se veut « ciselée et délicate » selon les mots de Christophe Girard, créateur de cet évènement phare et désormais ex-adjoint…

18-20 septembre : la brocante revient

18-20 septembre : la brocante revient

Après l’annulation de l’édition de printemps pour cause de Covid, revoici la Brocante de la rue de Bretagne ! Directrice du comité des fêtes – autrement dit, l’association qui organise les animations de quartier – Camille Griveau décrit son business model : « Le chiffre d’affaires réalisé auprès des exposants…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le fabuleux destin des Bains Douches

Le fabuleux destin des Bains Douches

Tout le monde connait, au moins de nom, les Bains-douches, la fameuse discothèque de la rue du Bourg-l’Abbé (entre Beaubourg et le boulevard Sébastopol). Mais qui connait l’histoire des vrais bains-douches ? Tout commence en 1885 lorsque la famille Guerbois fait bâtir un bel immeuble, au numéro 7 de la rue…

Irrésistibles Mochis

Irrésistibles Mochis

Quand Mathilda Motte découvre les mochi, c’est le coup de foudre. Très vite cette ancienne anorexique, assez méfiante à l’égard des sucreries, devient addict à ces petites pâtisseries traditionnelles japonaises composées d’une crème de haricot dans une enveloppe de riz gluant.

Le look de Séréna et Luna

Le look de Séréna et Luna

En pleine vacances de la Toussaint, cette jolie paire de filles était de passage dans le Marais après s’être rendues à l’expo L’Exhibition[niste] consacrée au créateur Christian Louboutin. Serena et Luna nous sont vite apparu comme deux jeunes « femmes puissantes » mais aussi comme des « super potes ».

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This