Quai de la Seine, le lecteur, Paris, 1957. © Adolfo Kaminsky (g.) – Le libraire, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky (dr.)

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky est connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy).

Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne pour la chimie et les encres, et se spécialise, à Paris, dans la fabrication de faux papier pendant l’Occupation.

Dès l’âge de 17 ans, il permet à de nombreux juifs d’échapper aux persécutions. Après la Seconde guerre mondiale, il s’engage en faveur de la décolonisation et poursuit son « art » clandestin pendant trente ans, pour différents mouvements de libération, surtout en Algérie et dans le reste du continent africain, et pour des personnes opprimées par des dictatures, notamment en Amérique du Sud.

Enfant à la fontaine, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky

Toujours, il s’interdit d’être payé. En 1971, il fabrique son dernier faux papier, et met un terme définitif à cette activité.

Le musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ) a rendu hommage en 2019 à cette figure singulière et méconnue de la Résistance. On découvre alors qu’il est aussi un photographe dont l’œuvre est longtemps restée ignoré en raison de ses engagements, de sa discrétion naturelle et son existence en partie clandestine.

Après la Libération, il réalise pourtant des milliers de clichés, offrant un regard en clair-obscur sur le ­monde et le Paris des années.

Ce qui l’intéresse, c’est le populaire. Des puces de Saint-Ouen aux néons de Pigalle, il saisit avec simplicité les regards et les silhouettes parisiennes.

Le poinçonneur, 1955 © Adolfo Kaminsky

Ses instantanés qui se confondent avec la recherche de la vérité. On peut, ces jours-ci, se délecter des images de notre étonnant contemporain, aujourd’hui nonagénaire.

Elles sont accrochées – comme il se doit pour un photographe de rue – dans la rue, sur les trois côtés des grilles de la mairie de Paris Centre (l’ancienne mairie du 3e) jusqu’au 26 février. Il faut prendre le temps de s’y arrêter. Et, avec Kaminsky, se replonger dans ce Paris perdu. Si loin et pourtant si proche.

Mairie Paris Centre
2 rue Eugène Spuller 75003, Paris
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h
Le samedi de 9h à 12h30
Tél : 01 87 02 61 00

Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe – © Mairie de Paris Centre

Texte : Katia Barillot

13.01.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty. La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque encore mésestimée…

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

Galleria Continua : les métamorphoses de Paloma Vauthier

« Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », fait dire Pierre Corneille à Rodrigue, dans Le Cid. Mais la réplique s’applique aussi bien à Paloma Vauthier, plasticienne, photographe, actrice et vidéaste passée par l’école de cinéma Kourtrajmé.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

On a testé le vinyasa yoga chez Poses

Nous avons rencontré Lisa, coach sportive à Poses Studio, et testé l’une de ses séances d’entraînement. Nous en sommes ressortis épuisés mais revigorés ! Avant de partir, nous avons pu l’interroger sur le studio.

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

« Moustache », des glaces très rock’n’roll

Quel rapport entre la musique rock et les crèmes glacées ? A priori aucun… sauf un certain François-Xavier Goudemand, un professionnel du marketing également fêlé de rock, hard-rock et métal, qui a publié Oh My Rock ! un livre sur l’origine des noms de 101 groupes de musiques publié en 2021.

Le salon Drawing Now fête sa 15ème édition au Carreau du Temple

Le salon Drawing Now fête sa 15ème édition au Carreau du Temple

Après deux ans d’absence, la plus grande foire de dessin contemporain d’Europe est de retour au Carreau du temple ! Le rendez-vous est un incontournable pour tout amateur d’art qui se respecte. Drawing Now accueille cette année plus de 300 artistes et pas moins de 2000 œuvres. Drawing Now…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This