Quai de la Seine, le lecteur, Paris, 1957. © Adolfo Kaminsky (g.) – Le libraire, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky (dr.)

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky est connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy).

Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne pour la chimie et les encres, et se spécialise, à Paris, dans la fabrication de faux papier pendant l’Occupation.

Dès l’âge de 17 ans, il permet à de nombreux juifs d’échapper aux persécutions. Après la Seconde guerre mondiale, il s’engage en faveur de la décolonisation et poursuit son « art » clandestin pendant trente ans, pour différents mouvements de libération, surtout en Algérie et dans le reste du continent africain, et pour des personnes opprimées par des dictatures, notamment en Amérique du Sud.

Enfant à la fontaine, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky

Toujours, il s’interdit d’être payé. En 1971, il fabrique son dernier faux papier, et met un terme définitif à cette activité.

Le musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ) a rendu hommage en 2019 à cette figure singulière et méconnue de la Résistance. On découvre alors qu’il est aussi un photographe dont l’œuvre est longtemps restée ignoré en raison de ses engagements, de sa discrétion naturelle et son existence en partie clandestine.

Après la Libération, il réalise pourtant des milliers de clichés, offrant un regard en clair-obscur sur le ­monde et le Paris des années.

Ce qui l’intéresse, c’est le populaire. Des puces de Saint-Ouen aux néons de Pigalle, il saisit avec simplicité les regards et les silhouettes parisiennes.

Le poinçonneur, 1955 © Adolfo Kaminsky

Ses instantanés qui se confondent avec la recherche de la vérité. On peut, ces jours-ci, se délecter des images de notre étonnant contemporain, aujourd’hui nonagénaire.

Elles sont accrochées – comme il se doit pour un photographe de rue – dans la rue, sur les trois côtés des grilles de la mairie de Paris Centre (l’ancienne mairie du 3e) jusqu’au 26 février. Il faut prendre le temps de s’y arrêter. Et, avec Kaminsky, se replonger dans ce Paris perdu. Si loin et pourtant si proche.

Mairie Paris Centre
2 rue Eugène Spuller 75003, Paris
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h
Le samedi de 9h à 12h30
Tél : 01 87 02 61 00

Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe – © Mairie de Paris Centre

Texte : Katia Barillot

13.01.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Bonne nouvelle ! Les jeux vidéo n’ont pas totalement supplanté les jouets traditionnels, ainsi que le montre la résilience du Lego. Pour fêter ses 90 ans, la brique danoise a choisi d’exposer son savoir-faire dans le Marais, à Paris, dans le haut de la rue de Turenne à l’espace Galerie Joseph, sur deux étages.

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Le goût d’une cerise. Le goût du beau. Le goût de l’art. Voilà la thématique de l’exposition « Le goût du sujet » proposée par Mélissa Pinon à Rue de Turenne Galerie, au numéro 64 de la même rue, du 20 au 26 juin. Avec ses natures mortes, l’artiste – qui a été membre de la Casa de Velázquez à Madrid…

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty. La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque encore mésestimée…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !