Quai de la Seine, le lecteur, Paris, 1957. © Adolfo Kaminsky (g.) – Le libraire, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky (dr.)

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky est connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy).

Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne pour la chimie et les encres, et se spécialise, à Paris, dans la fabrication de faux papier pendant l’Occupation.

Dès l’âge de 17 ans, il permet à de nombreux juifs d’échapper aux persécutions. Après la Seconde guerre mondiale, il s’engage en faveur de la décolonisation et poursuit son « art » clandestin pendant trente ans, pour différents mouvements de libération, surtout en Algérie et dans le reste du continent africain, et pour des personnes opprimées par des dictatures, notamment en Amérique du Sud.

Enfant à la fontaine, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky

Toujours, il s’interdit d’être payé. En 1971, il fabrique son dernier faux papier, et met un terme définitif à cette activité.

Le musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ) a rendu hommage en 2019 à cette figure singulière et méconnue de la Résistance. On découvre alors qu’il est aussi un photographe dont l’œuvre est longtemps restée ignoré en raison de ses engagements, de sa discrétion naturelle et son existence en partie clandestine.

Après la Libération, il réalise pourtant des milliers de clichés, offrant un regard en clair-obscur sur le ­monde et le Paris des années.

Ce qui l’intéresse, c’est le populaire. Des puces de Saint-Ouen aux néons de Pigalle, il saisit avec simplicité les regards et les silhouettes parisiennes.

Le poinçonneur, 1955 © Adolfo Kaminsky

Ses instantanés qui se confondent avec la recherche de la vérité. On peut, ces jours-ci, se délecter des images de notre étonnant contemporain, aujourd’hui nonagénaire.

Elles sont accrochées – comme il se doit pour un photographe de rue – dans la rue, sur les trois côtés des grilles de la mairie de Paris Centre (l’ancienne mairie du 3e) jusqu’au 26 février. Il faut prendre le temps de s’y arrêter. Et, avec Kaminsky, se replonger dans ce Paris perdu. Si loin et pourtant si proche.

Mairie Paris Centre
2 rue Eugène Spuller 75003, Paris
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h
Le samedi de 9h à 12h30
Tél : 01 87 02 61 00

Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe – © Mairie de Paris Centre

Texte : Katia Barillot

13.01.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Il ne reste que quelques jours pour admirer les images de Raymon Depardon prises à Glasgow, en Ecosse, en 1980, et accrochées à la galerie RX dans le Marais à Paris, jusqu’au dimanche 16 janvier. En 1980, le photographe français réalise une commande pour le Sunday Times sur la capitale écossaise.

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

Expo : Jean Legros rencontre Jean Arp

Expo : Jean Legros rencontre Jean Arp

Connaissez-vous Jean Legros ? « Ce coloriste s’inscrit incontestablement dans la lignée d’Henri Matisse », explique Christophe Gratadou, galeriste dans le Marais, à Paris, qui expose le travail de ce peintre d’avant-garde français (1917-1981), qui fut aussi philosophe, sociologue…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This