Quai de la Seine, le lecteur, Paris, 1957. © Adolfo Kaminsky (g.) – Le libraire, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky (dr.)

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky est connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy).

Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne pour la chimie et les encres, et se spécialise, à Paris, dans la fabrication de faux papier pendant l’Occupation.

Dès l’âge de 17 ans, il permet à de nombreux juifs d’échapper aux persécutions. Après la Seconde guerre mondiale, il s’engage en faveur de la décolonisation et poursuit son « art » clandestin pendant trente ans, pour différents mouvements de libération, surtout en Algérie et dans le reste du continent africain, et pour des personnes opprimées par des dictatures, notamment en Amérique du Sud.

Enfant à la fontaine, Paris, 1948. © Adolfo Kaminsky

Toujours, il s’interdit d’être payé. En 1971, il fabrique son dernier faux papier, et met un terme définitif à cette activité.

Le musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ) a rendu hommage en 2019 à cette figure singulière et méconnue de la Résistance. On découvre alors qu’il est aussi un photographe dont l’œuvre est longtemps restée ignoré en raison de ses engagements, de sa discrétion naturelle et son existence en partie clandestine.

Après la Libération, il réalise pourtant des milliers de clichés, offrant un regard en clair-obscur sur le ­monde et le Paris des années.

Ce qui l’intéresse, c’est le populaire. Des puces de Saint-Ouen aux néons de Pigalle, il saisit avec simplicité les regards et les silhouettes parisiennes.

Le poinçonneur, 1955 © Adolfo Kaminsky

Ses instantanés qui se confondent avec la recherche de la vérité. On peut, ces jours-ci, se délecter des images de notre étonnant contemporain, aujourd’hui nonagénaire.

Elles sont accrochées – comme il se doit pour un photographe de rue – dans la rue, sur les trois côtés des grilles de la mairie de Paris Centre (l’ancienne mairie du 3e) jusqu’au 26 février. Il faut prendre le temps de s’y arrêter. Et, avec Kaminsky, se replonger dans ce Paris perdu. Si loin et pourtant si proche.

Mairie Paris Centre
2 rue Eugène Spuller 75003, Paris
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h
Le samedi de 9h à 12h30
Tél : 01 87 02 61 00

Adolfo Kaminsky, faussaire et photographe – © Mairie de Paris Centre

Texte : Katia Barillot

13.01.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

Marilyn forever

Marilyn forever

Soixante ans après sa mort, Marilyn incarne toujours l’éternel féminin. Au cœur du Marais, galerie Joseph, l’Expérience Monroe propose une exposition digitale et poétique jusqu’au 21 novembre, pour mieux connaître le mythe et la femme, start uppeuse avant l’heure, entrepreneuse et moderne pour l’époque (liberté sexuelle, psychanalyse etc.).

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Peter Bond, le peintre qui vagabonde

Il y a du David Hockney chez ce peintre-là qui, comme son illustre aîné, illumine le monde avec des couleurs. Mais, comme on le sait, l’Anglais est inabordable – il est l’artiste vivant le plus côté au monde – tandis que l’Australien se négocie entre 1 000 et 5 000 euros selon les formats, à la galerie Gratadou…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Votation sur les SUV : Les résultats dans Paris-Centre

Votation sur les SUV : Les résultats dans Paris-Centre

Paris a voté contre les SUV. Mais seulement 6% des habitants se sont déplacées aux urnes. Sur les 1 374 532 Parisiens inscrits, 78 121 ont participé au scrutin. Avec 54,55 % de votes favorables, la majorité a exprimé sa volonté de taxer ces mastodontes des rues parisiennes.

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Le gigantesque chantier de réparation de la cathédrale Notre-Dame de Paris touche à sa fin. Le démontage de l’échafaudage de la flèche a débuté. Elle est à nouveau visible avec, à son sommet, un coq qui trône en majesté. Dans dix mois, les visiteurs pourront retourner sur les lieux dont la réouverture est prévue…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !